Poétie #2

(source)

tout

sa main qui me touche, ses bras qui m’étouffent,

ses yeux qui me regardent, ses blessures que je garde,

ses insultes, ses calomnies, sa colère, ses blagues et sa chevelure d’enfer,

sa droiture, sa sagesse, ses choix incongrus et sa maladresse,

je reste convaincu que, sans détour, c’est de l’amour.