Un peu de lucidité, quand on est entrepreneur il faut générer du cash.

Je vais choquer de nombreux entrepreneurs / freelances qui ont la conviction de faire un métier par passion. L’argent ce n’est pas votre leitmotiv. Je vous entends déjà me dire “on n’a pas tous l’ambition de faire des millions, on est devenu entrepreneur pour se reconnecter avec soi même et faire quelque chose qui nous passionne”.

D’un certain côté je vous comprends, j’ai lâché mon salariat pour enfin être en cohérence avec moi même, être mon propre patron, prendre mes propres décisions. Décider de les appliquer ou non. Définir mon organisation.

I am the Boss ! I’m in charge now !

C’est la le hic. Maintenant vous êtes seul. Le poids des responsabilités vous incombes. Pour faire ce que vous avez envie il faut pouvoir en vivre. Et pour en vivre, il faut savoir vendre et générer un minimum de Cash (ceci n’est pas un gros mot mais une réalité)

So …

Avant de parler des millions, essayons déjà de gagner entre 2000 et 3000€/ mois afin de pouvoir subvenir à nos besoins et de survivre que l’on soit freelance / une jeune startup ou tout simplement en recherche d’emploi. Soyez vendeur !!

Pour préparer votre pitch (cela parait évident mais je préfère le rappeler) ayez une idée précise de votre service.

Dans le cas où vous avez une idée peu précise de ce que vous voulez faire : soit il faut rapidement se creuser les méninges pour que ce soit plus claire dans votre esprit soit vous arrêtez tout de suite votre projet.

Si vous êtes flou, votre pitch sera flou, vous n’arriverez jamais à convaincre.

Première étape : Définir sa proposition de valeur .

  1. Qu’est ce que je fais ? Quelle est la finalité de mon service ?
  2. À quel public je m’adresse (Quels types de professionnels, quels particuliers etc.)
  3. Combien je vends mon service etc.

Deuxième étape : Let’s go mais … en famille

Avant d’affronter son premier client, affrontez déjà un visage amical : famille, amis, mentor... Des personnes rassurantes et de confiance. Pitcher devant eux, vous permettra de commencer à prendre confiance en vous. Vous bafouillerez au début, vous chercherez vos mots, vous serez hésitant => pas de panique, c’est normal.

Présenter simplement et clairement ce que vous faîtes.

Vous parlez plus de 2 min ? Vous vous enfoncez dans les explications et les justificatifs ? C’est fini, vous ennuyez tout le monde.

Un pitch c’est donner l’envie à votre interlocuteur de vous poser des questions. Vous devez susciter sa curiosité et son envie : C’est tout !

N’oubliez pas que votre entourage sera toujours bienveillant avec vous. Il ne vous dira jamais frontalement que c’est mauvais. Mais gardez à l’esprit que ce n’est jamais votre entourage qui achètera votre service.

S’ensuit naturellement la phase de l’auto-correction. Posez-vous les bonnes questions :

Suis-je flou parce que je ne sais pas structurer mes idées ? Ma proposition de valeur n’est pas claire ? Etc etc etc.

Une fois que vous avez répondu à toutes vos interrogations, recommencez à pitcher devant votre famille. Faites le autant de fois que nécessaire. Vous devez être à l’aise avec votre discours (qui doit tenir en 2 min), les mots que vous choisirez devront vous correspondre.

Troisième étape : Comprendre son interlocuteur

Il faut savoir à qui vous parler. Quelles sont leurs attentes, quelles sont leurs attitudes et comportements. Vous ne pourrez pas correctement interagir (postures, gestuelles, langages) avec eux si vous ne les connaissez pas.

Nous n’échangeons pas de la même façon avec un président d’une société (même si elle est toute petite), qu’avec un commercial ou encore une RH de cette même société. Nous n’avons pas le même discours avec les médias qu’avec des investisseurs.

Savez-vous quel type de discours adopter pour chacun de vos interlocuteurs ? Avez-vous les bons mots spécifiques qui feront mouches ?

Quatrième étape : Être à l’aise

Si vous êtes comme moi je l’étais, stressé face à des médias, bossez sur votre gestion de stress rapidement.

Je pense que pendant mes pitchs j’étais l’équivalent de Mark Zuckerberg lors d’une de ses premières interviewes :

Un discours long / pénible / inaudible et gênant pour les personnes en face de moi. J’étais surtout à bout de souffle car je ne maitrisais pas ma respiration pendant que je parlais. De mon discours, il en ressortait rien.

Je me souviens encore du jours où j’ai réussi à décrocher une interview média en live sur mon ancienne activité et au moment de me lancer, trop paniqué j’ai demandé à mon associée de pitcher à ma place : La pauvre ! elle n’avait eu aucun temps de préparation. Mais elle avait été au top, car contrairement à moi, elle était naturellement à l’aise. C’est une chance qu’elle a. Pour les autres, ne faites surtout pas ce que j’ai fait, il faut vaincre ce problème et non l’éviter.

J’ai également été confronté dans mon ancienne startup à la phase de levée de fond. Pitcher devant des investisseurs grandes premières ! J’étais dans un flou total. Comme beaucoup de #start-up à Paris, j’ai suivi la formation Koudetat de The Family sur la levée de fond. Cela m’a énormément aidé, je comprenais mieux l’univers et comment appréhender cette phase.

Mais concrètement… On fait comment ?

Le peu d’économies que j’avais, était dédiée à ma société et non à ma formation. Je m’étais jetée à l’eau en apprenant sur le terrain et j’itérais en fonctions des résultats à la sortie des pitchs. Il m’a fallu 6 mois, pour savoir pitcher face à des investisseurs. Je savais ce qu’ils attendaient et je prenais enfin plaisir à pitcher devant eux.

Gros inconvénient de ma méthode : Très long process avant d’avoir du résultat ! La bonne nouvelle pour vous c’est que j’ai maintenant les techniques ;-)

Depuis que j’ai rejoint Cohome, c’est Laura Choisy qui passe devant les médias. Déjà parce que c’est la Boss :-D mais aussi parce que Laura est très à l’aise avec les journalistes. Elle comprend exactement ce qu’ils attendent d’elle. Je me demande si d’ailleurs, ce n’est pas elle qui s’amuse avec eux… Elle a confiance en elle, elle croit en Cohome, elle sait le défendre et elle sait transmettre.

Petit démonstration de pitch Cohome de Laura à BFM Business

Cinquième étape : bonne nouvelle, chez Cohome on vous accompagne mais uniquement en juin.

Pitch Killer Week by Cohome

Laura et moi réunies, nous savons pitcher Cohome à des investisseurs, à des médias et en BtoB (cela fait 4 ans que nous le pratiquons). On a su unir nos nos forces pour vous les transmettre lors de la Pitch Killer Week.

C’est pendant une semaine, on vous propose 3 formats :

  • une version condensée sur une soirée en 3h à 69€
  • une version soutenue et dense sur 5 soirs (où on reprendra les étapes définies ci-dessus) afin de vous garantir de décrocher des contrats dans les semaines qui suivent. Petit bonus pour les membres Cohome, un tarif préférentiel vous est réservé (250€ au lieu de 400€).
  • Vous préférez travailler votre pitch en one to one, contactez nous à madhu@cohome.in.

Ces formations ne sont pas théoriques mais pratiques. Pour la théorie, vous avez des belles formations en ligne qui existent déjà , n’hésitez pas à aller voir sur Youtube. En revanche, nous saurons vous transmettre nos techniques en les adaptant à votre cible, à vos businesses, à vos besoins. Vous serez votre acteur pendant cette formation, don’t be shy !

Concernant les prix, pour l’avoir vécu, nous savons que vos économies doivent être réservé au développement de votre société, donc nous avons fait des petits prix (à partir de 69€).

Nous vous garantissons qu’à la fin de la formation (que ce soit le format condensé) ou le format intense vous aurez retrouvé la confiance et vous serez plein d’énergie pour décrocher des contrats pour votre activités. Notre formation sera rapidement rentabilisée (une journée de freelance et hop c’est remboursé).

Nous nous adressons aux freelances, aux start-upers, ou aux demandeurs d’emploi, après tout l’objectif est le même : SAVOIR CONVAINCRE !

Pour être efficace, nous proposons une formation que en petit groupe de 10, réservez vite votre place ici : http://pitchkillerweek.cohome.in/

Nous sommes Cohome, société à vocation sociale qui accompagne dans le bien-être et le développement des entrepeneurs, salariés et demandeurs d’emploi.