Théorie de Darwinisme moderne

Magali Baude
Jul 5 · 4 min read

oucomment j’ai lâché mes crayons pour écrire du code”

Crédit photo: riccardo1990 — Fotolia

Graphiste print, j’ai la chance de faire de ma passion mon métier. J’ai fait des études littéraires, avec des options en Histoire de l’Art et en Art Plastiques, pour finalement m’orienter vers les Arts Appliqués et passer un BTS en communication visuelle. Bref, nous sommes en 2006 et selon mon entourage, je dessine des logos et j’ai un diplôme pour faire de jolis visuels.

2006 — La nécessité de l’évolution

À la sortie de mon BTS, dès ma première confrontation au marché de l’emploi je constate qu’il me faudrait rapidement évoluer :

  • premier obstacle pour me vendre et trouver un boulot : il me faut une vitrine, je bricole alors mon premier site avec flash 🙈🙉🙊

2011 — Descendance et gradualisme

C’est le moment il faut que j’évolue, mais vers quoi m’orienter ?
Le numérique (un mot très large) me semble être l’évolution naturelle de ma formation de départ, où je pourrais mettre à profit des compétences utiles tirées de mes expériences passées. Rien ne se perd, tout se transforme !

Mais quelle formation ?

Je tente un premier essai mais c’est rapidement le parcours du combattant : je suis seule, je dois par mes propres moyens et sans connaissances trouver une formation. Pas du tout encadrée, je reviens à ce que je sais faire et je reprends un job en tant que graphiste.

La deuxième fois est la bonne : mon conseiller Pôle Emploi m’oriente directement vers la formation UpTo, une « fabrique du numérique » labellisée Grande École du Numérique. Un apprentissage aussi court qu’intense : 10 mois pour découvrir l’algorithmie, écrire ma première ligne de commande dans un terminal, et me former aux outils et technos du métier de développeur. Si cela me demande beaucoup d’efforts, j’y découvre une communauté bienveillante, et un métier où il est normal d’apprendre en faisant des erreurs.

2016 — La sélection naturelle

Mais concrètement avec ma formation en poche, est-ce que je vais pouvoir vivre de ce nouveau métier :

  • est-ce que je vais trouver du travail ?

J’ai la chance pour démarrer de bénéficier du réseaux de ma formation et de l’intérêt des entreprises locales pour cette initiative, ce qui m’a permis d’avoir rapidement une opportunité de stage.

Avoir un profil différent n’est pas un cas rare dans ces métiers où l’on apprends constamment, où les langages évoluent sans cesse. J’ai compris que ce qui compte beaucoup c’est la capacité à apprendre, à se renouveler et relever des défis.

Intégrer l’équipe de développement reste un gros challenge. Une grosse montée en compétences, qui me demande beaucoup d’effort techniquement mais aussi pour ne pas rester paralysée par le syndrome de l’imposteur, toujours me dépasser et réussir à trouver ma place.

Apprendre le domaine métier de l’entreprise demande du temps, ainsi que l’adaptation aux méthodes et aux technos mises en places par l’équipe. J’ai la chance d’être très bien entourée et de bénéficier du mentorat de mes collègues, car encore une fois, il s’agit d’une communauté bienveillante, dans le partage et l’entraide.

2019 — L’émergence d’une nouvelle espèce

Ce qui m’aide aujourd’hui pour continuer mon évolution c’est surtout de rester curieuse. Participer à des meetups, faire du pair-programming avec mes collègues, réaliser des revues de code, créer des petits projets pour découvrir et tester de nouvelles technos, sont pour moi les meilleurs moyens pour continuer mon apprentissage. Les méthodes de travail en équipe sont aussi de vrais challenge dans lesquels j’aime m’impliquer avec l’animation d’ateliers et de gamestorming.

Ce que je retiens de mon parcours, c’est qu’il faut oser aller au bout des choses, ne pas se laisser décourager et apprendre à croire en soi. Savoir prendre son temps, mûrir sa réflexion et explorer différentes pistes pour finir par trouver la bonne. S’entourer de personnes bienveillantes, savoir dire que l’on ne sait pas et écouter les conseils que l’on nous donne pour finalement découvrir le plaisir de la réussite.

Aujourd’hui je suis développeuse front depuis 2 ans au sein de la même équipe, je suis scrum master et facilitatrice, et je poursuis mon évolution vers le design d‘expérience. Je m’intègre à cette communauté qui m’a portée et tente de transmettre à mon tour. Je suis membre de Sunny Tech et fait partie de la communauté des Duchess France.

Le détail qui n’a pas changé : mon entourage ne sait toujours pas trop en quoi consiste mon job, mais maintenant je conçois des interfaces 😉

Magali Baude

Written by

Développeuse front-end chez Tabmo — membre de l’association SunnyTech