Voir la Terre et Vivre !

Et si vivre l’effet de la vue d’ensemble (Overview Effect) dont parlent les astronautes nous amenait vers une nouvelle prise de conscience ?

Enfant, j’ai voulu me balader dans l’Egypte ancienne du temps des pharaons, au fond des océans et aussi dans l’espace.

Je dois confesser que jusqu’alors, j’avais dû me résoudre à faire ces voyages dans mes rêves.

Et ce dernier vendredi de Janvier, voici qu’à l’issue d’un récit passionnant, Jean-Pierre Goux me montre la BelleBleue telle qu’elle était l’avant-hier. Quand je dis “avant-hier”, je veux dire CE dernier mercredi du mois de Janvier. Quand je dis “telle qu’elle était”, je veux dire la VRAIE planète Terre sur laquelle on vit. Pas une des images de synthèse de Gravity.

‘Faut que vous voyez ça les Ami.e.s !

Montez (ou pas) le son. Prenez 3 grandes respirations. Fermez puis rouvrez les yeux (c’est mieux). Imaginez le noir intense autour de vous. Voyez comme vous flottez lentement dans cette profonde obscurité. Ressentez la chaleur du soleil qui vous caresse le dos. Ecoutez le silence le plus complet autour de vous.

Et maintenant, regardez en 4 minutes la rotation de notre vraie planète Terre telle qu’elle l’était le lundi 22 mai 2016.

Vous venez d’assister à quelque chose d’unique !

Même Thomas Pesquet n’a pas assisté à ça quand il était en orbite :)

En effet, regardons quelques uns de ses clichés

(Magnifiques) photos prises par Thomas Pesquet lors de sa mission à bord de l’ISS entre Novembre 2016 et Juin 2017. Observez cette fine pellicule d’atmosphère qui à elle seule nous protège des radiations.

Les photos de Thomas présentent une partie de la Terre. Jamais TOUTE la circonférence de la planète : c’est parce que la Station Spatiale Internationale n’est pas assez éloignée de nous.

Les photos de Thomas montrent des photos de nuit avec les éclairages : c’est parce qu’il était lancé à 28000 kms/h en orbite terrestre basse et donc plusieurs fois par 24h, Thomas passait au-dessus de zones plongées dans la nuit.

Les photos de Thomas sont des… photos donc statiques et même avec “LivePhotos”, on est loin de voir la rotation continue de la Terre.

Le flux de photos en presque temps-réel de Thomas s’est arrêté : c’est parce qu’il est rentré à la maison !

Et là, en quelques clics, vous avez accès à vidéos en quasi-temps-réel de la Terre toujours éclairée par le Soleil, en rotation sur elle-même et autour du soleil : c’est extraordinaire !

Scientifiquement, c’est beau ce qui a été fait

En 1997, Al Gore, alors vice-président des Etats-Unis, commande à la NASA l’envoi d’une sonde dans l’espace pour filmer la Terre totalement éclairée et diffuser en temps réel ces vidéos sur Internet.

Pour la NASA, le premier enjeu était de déterminer les localisations possibles pour cette sonde : il fallait un endroit où l’équipement pourrait être stable en permanence, un endroit duquel la vue serait toujours sur une Terre éclairée par le Soleil et enfin un endroit où les conditions extérieures seraient de nature à permettre d’imaginer des protections suffisantes pour la sonde.

Pour qu’un objet envoyé dans l’espace soit stable, il faut que les forces gravitationnelles de 2 corps orbitaux s’annulent. On appelle ces points spécifiques les points de libration ou points de Lagrange. Sur l’axe Terre-Soleil, il n’existe que 3 de ces points (L1, L2 et L3).

Points de Lagrange — Sur l’axe Terre-Soleil, se trouvent L1,L2 et L3

Dans la mesure où l’on veut faire une captation de la Terre éclairée par le Soleil, seul L1 était éligible. L1 est situé à 1,5 millions de kms de notre planète (4 fois la distance Terre-Lune).

Ensuite, il fallait construire la bonne sonde et l’envoyer : un jeu d’enfants pour les équipes de la NASA ! Un jeu d’enfants si on les laisse jouer… Cette aventure née d’une volonté politique a subit les aléas de changements gouvernementaux en vivant de successifs arrêts et relances.

Jusqu’en juin 2015 où la sonde DSCOVR a atteint le point L1 et où il est devenu possible d’envoyer des clichés réels de la Terre complète (les premiers depuis 1972).

… J’vous entends déjà …

Euh… Mais attends Magalie ! Al Gore, il avait parlé de vidéos de la Terre en rotation, pas de “simples” photos !

Ah ben oui, mais c’est que le système de captation complet (technologie embarquée ainsi que relais terrestre de récupération des images) datent de 1997 et son développement a été limité par des restrictions budgétaires. Nous voici donc en 2018 ne recevant “que” 10 à 20 photos par jour sauf exception.

Frustrés, Jean-Pierre Goux et Michaël Boccara ont décidé, à travers BlueTurn.earth, de poursuivre le travail pour réaliser la promesse faîte Al Gore.

Après moultes heures de développement d’algorithmes automatisant la collecte des images NASA et la transition entre elles en respectant les délais horaires de prise de vue et sans rajouter d’effets, les compères ont réussi à produire des vidéos en quasi-temps-réel de la vraie Terre totalement éclairée par le Soleil !

Un grand BRAVO à l’équipe BlueTurn qui est bénévole sur ce projet.

Désormais, il est possible de voir ces vidéos gratuitement sur tous les systèmes d’exploitation (mobile ou fixe).

L’émotion que je ressens, c’est de l’espoir

En décembre 1972, lorsqu’Apollo17 diffuse la photo BlueMarble, le monde se réveille plein de magie dans les yeux, d’émotion dans le coeur et de nouvelles prises de conscience dans la tête.

Blue Marble — 07 Décembre 1972

Gregory Petsko explique bien ce qui s’est passé dans le monde avec cette image à laquelle il est en partie attribué la croissance d’une conscience écologique.

La Blue Marble (Bille Bleue) est une image icônique car elle représente parfaitement la condition de l’être humain qui vit sur une île au sein de l’univers. Avec toute la fragilité à laquelle est confrontée une île.
— Gregory Petsko (traduction)

Les astronautes racontent tous leur transformation après avoir vu la Terre depuis l’espace : leurs témoignages concordent sur le sentiment de respect pour la planète, sur la compréhension profonde de l’interconnexion de toute vie et un sens renouvelé de la responsabilité de prendre soin de l’environnement. Un livre et une vidéo sont consacrés à ces témoignages.

Ce dernier vendredi du mois, quand j’ai regardé la vidéo de 4 minutes de la rotation de la Terre, sur un grand écran, dans une salle quasi plongée dans le noir, j’ai d’abord retenu mon souffle. Attentive à chaque micro mouvement. Prête à intervenir s’il se passait quelque chose. 
Et puis soudain, j’ai réalisé. J’ai réalisé que je vivais sur cette chose fragile projetée sur l’écran. J’ai scruté les environs : rien… Il n’y avait rien. Rien pour nous sauver si on rendait notre habitat invivable. 
J’ai mieux regardé cette planète qui tournait sur l’écran et j’ai pensé “c’est une perfection de mécanique et de beauté”. 
Alors je me suis mise à rêver de ce jour où la majorité des humains percevra la beauté de notre planète comme une extraordinaire chance collective, comme une invitation à en partager et respecter les trésors plutôt qu’à les privatiser en générant inégalités, frustrations et conflits. 
Et puis, j’ai souri en pensant à ces entrepreneurs qui agissent déjà dans ce respect de la Vie et que j’aide à franchir un cap. 
Et puis, j’ai de nouveau retenu mon souffle en pensant à tous ceux qui aimeraient agir sans savoir comment.

La vidéo s’est arrêtée. Le silence total s’est fait. Jean-Pierre a rallumé la lumière. J’ai regardé les autres visages dans la salle. J’y ai lu de l’émotion et de l’envie de faire, d’agir, de vivre en harmonie avec la planète.

Alors j’ai pris une grande respiration et j’ai senti l’espoir me remplir. Je me suis abandonnée à cette douce et galvanisante émotion.

L’intention qui vibre, c’est celle de partager

Autant vous dire qu’en sortant, je flottais un peu, désireuse de partager cette expérience avec tous ceux que je croisais : c’est d’ailleurs ce que je faisais 15 minutes plus tard dans le métro en présentant l’application Blueturn à cet inconnu, assis en face de moi dans le métro et qui avait eu la bonne idée de mettre la Terre en fond d’écran de son téléphone.

En partageant ces vidéos, j’ai la sensation de répandre un “esprit d’unité planétaire” en: 
• diffusant du beau, 
• montrant au plus grand nombre ce que l’on a la chance “d’avoir” (enfin, ne pas parler de ce que l’on n’a pas) et en rendant ainsi les gens fiers,
• motivant notre responsabilité individuelle et collective de préservation et donc d’action.

Je vais désormais commencer bon nombre des prochaines rencontres que j’animerai par un tour de Terre plutôt qu’un tour de table. 
Je tire cette idée de commencer mes réunions par une vidéo qui m’a interpellée (rires, larmes, stupeur…) de l’Institut des Futurs Souhaitables.

Un jour, j’aimerais vous parler du travail formidable de cette équipe de l’IFS.

Et vous, comment et à qui allez-vous partager ces vidéos de notre Gaïa ? 
Ce serait fantastique de lire vos témoignages dans les commentaires à la fin de ce billet.

L’envie que je ressens, c’est celle de co-agir

En discutant avec Jean-Pierre, j’ai compris qu’il souhaitait diffuser les vidéos de BlueTurn le plus possible et que pour ça, il était à l’écoute des suggestions et des besoins de toutes celles et ceux qui souhaiteraient porter une initiative.

J’ai envie d’être de ces personnes là. De ces personnes qui partagent du beau, de la fierté et de la réalité. J’ai envie d’en être. Avec plein d’autres.

Peut-être vous ? Oh oui ! Ce s’rait extraordinaire !

Frappée par le calme, l’apaisement et le sentiment d’unité suite à la diffusion de la vidéo, je pense que ces rotations de la Terre seraient magiques dans les lieux où la tension peut monter et où il y a de l’attente. Des lieux comme les transports en commun (métro, bus, RER, TGV, avion…), les salles d’attente des centres médicaux, des hôpitaux, de la Poste, des bureaux…

Habitant Paris, j’ai très envie d’y faire un test dans le métro ou dans le RER en y diffusant une vidéo similaire à celle de début de billet (ou dans un centre médical ou…)

Pour préparer ce test, il y a déjà du temps à y passer. Si vous avez envie de vous engager dans une action sympa qui a du sens, manifestez-vous ici !

Ce temps sera utilisé pour :

  • professionnaliser la vidéo : contenu du message d’introduction, voix-off, images et musiques
  • produire un site d’une page pour raconter notre Terre et ses défis et notre capacité d’action individuelle : contenu de la page, développeur front-end
  • encadrer l’intervention-test : matériel audio et vidéo pour diffuser la vidéo, captation de l’intervention-test, communication
  • se rencontrer entre “partisans” de la Vie

Toutes les énergies constructives sont bonnes et utiles (donc ça veut dire que le désaccord est possible) : diffusez ce message largement & commentez pour partager votre ressenti ou votre prochaine action inspirée par ce billet ou la vidéo ou l’un des liens ou…

Pour participer ou suivre le projet, c’est par ici.

Belle journée, belle rotation ! ♥️

Like what you read? Give Magalie Pigeon a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.