6 étapes pour foirer le design de son portfolio

Un potentiel client peut juger très rapidement votre talent via la qualité de votre portfolio. En partant de cette constatation, un processus assez étonnant se met en place : toutes les bonnes pratiques concernant le design et l’accessibilité d’un site Web semblent être oubliées lorsque nous créons un portfolio seul dans notre coin.

Après l’examen de nombreux sites Web pour mes collections d’UI inspirations, j’ai souhaité partager avec vous 6 erreurs les plus souvent faites lors de la conception d’un portfolio. Bien entendu, ces dernières sont relatives à votre contexte et à votre objectif. Choisissez les plus pertinentes pour vous.

1. Une punch line bullshit

En examinant des centaines de portfolio, j’ai relevé une tendance dans la structure des introductions. 90% d’entre elles proposent une phrase telle que “La passion du pixel perfect”, “Conception et réalisation de sites internet innovants et performants” combinée avec un MacBook Pro 15 pouces et une tasse de cappuccino. Oui, tous les designers aiment le café !

Intrduction de portfolio ayant peu de valeur ajoutée.

Il est généralement admis que les personnes ne lisent pas sur le Web. Il faut donc faire court. Votre punch line doit être concise pour décrire votre nature et votre promesse.

Néanmoins, concis ne veut pas dire introductions vides de sens prenant beaucoup de place et que l’on retrouve sur 90% des portfolio de la concurrence. Solution : supprimez cette introduction ou mettez en scène votre originalité en présentant qui vous êtes. Par exemple, John, designer avec un penchant pour les applications mobiles. 26 ans, Paris.

Dites simplement qui vous êtes et trouvez un nom pas trop compliqué pour décrire votre métier — peu de personnes savent ce que signifie UI designer. Dernier conseil, évitez de mixer des titres de fonction au risque de vous disperser — le fameux UI/UX designer ou le fullstack hmm hmm.

2. Mes projets depuis France 98

Pensez votre porfolio comme un vinyle de vos meilleurs morceaux. Mettez en scène uniquement vos hits — la crème de la crème, le travail le plus représentatif de votre talent — et laissez le reste de côté. A l’instar d’un top 5, votre portfolio doit transformer un novice en fan.

Awesome mix vol.1 — source : marvel.com.

Analyser et supprimer des projets de votre portfolio peut être douleureux, mais c’est la meilleure manière d’évoluer en tant que designer.

De plus, vouloir présenter tous ses projets depuis 1998 est le moyen le plus sûr de ne jamais lancer son portfolio. Concentrez vous sur l’essentiel car personne ne passera trois heures à explorer l’ensemble de votre travail.

3. Se trouver des excuses

Mieux vaut mettre quelque chose en ligne plutôt que rien du tout. Arrêter de cherchez des prétextes pour repousser sa date de mise en ligne.

Si vous attendez que votre pote développeur fasse le job pour vous, n’ayez pas honte dans un premier temps de créer un site gratuitement avec des outils tels que Squarespace, Wix & Cie. Personne ne vous en tiendra rigueur, à part les haters qui n’ont jamais rien construit et présenté devant un public.

Les bonnes idées ne coûtent rien, les mettre en oeuvre est tout ce qui compte. Tweeter

Peu importe ce que vous pensez être le minimum pour mettre en ligne votre portfolio, faites-le. Ce n’est qu’une première itération, vous aurez tout le temps de l’améliorer par la suite. La perfection n’est pas un but en soi. Elle existe uniquement dans l’esprit des personnes souhaitant se donner de l’importance via des critères d’exigence insensés.

4. Dissimuler votre rôle

Je ne sais pas pour vous, mais j’ai l’impression que chaque designer présente dans son portfolio un projet pour Adidas, Nike, Orange. Jusqu’ici rien de choquant, si ce n’est l’absence de description concernant leur rôle dans ce projet. Ont-ils créé une page, le site entier ou juste les bannières de lancement pour des pubs sur Facebook ?

Lorsqu’on travaille pour des grandes marques, ce genre d’erreurs est fréquent. Il peut être très vite résolu en proposant une courte description de votre rôle dans le projet, accompagnée du processus de création et des personnes ayant travaillé avec vous. Pensez-le comme un film avec la longue liste des crédits à la fin.

L’honnêteté est votre meilleur allié. Cela évitera la confusion et la suspicion en présentant des projets de différentes qualités sans aucune indication sur le rôle que vous avez joué dans le résultat final.

Développez vos process de design avec The sprint book.

5. Des redesigns non sollicités

Le redesign de sites et d’applications des compagnies les plus hypes du moment est un excellent moyen d’attirer l’attention sur vous. J’adore explorer de potentielles alternatives à un apple.com ou un youtube.com. Par contre, ce qui m’ennuie avec ce genre d’exercice est l’absence de description concernant les choix faits. Pourquoi cette solution pourrait être plus adaptée que l’actuelle ?

Même si c’est moins photogénique, vous devez expliquer la recherche soutenant le livrable. Tweeter

Un designer ne se limite pas à créer de jolies interfaces. Il est avant tout un chercheur de solutions à des problèmes. Il doit donc faire ses devoirs avant de proposer une nouvelle interface contenant toutes les dernières tendances du Web design.

Expliquer les raisons qui vous ont poussé à faire tel ou tel choix est votre meilleur gage de crédibilité. Cela permet de mettre en avant vos qualités pour résoudre de réelles problématiques d’usages.

6. L’amalgame entre portfolio & oeuvre d’art

On a souvent tendance à voir notre site Web personnel comme un exutoire créatif. Un terrain de jeu où notre âme d’artiste peut enfin se libérer après ces longues journées passées sur des projets client frustrants. Si cela peut être vrai pour un artiste libéré de toutes contraintes d’un carnet de commandes, elle l’est beaucoup moins pour un designer, dont la mission n’est pas de questionner des problèmes mais bel et bien de les résoudre.

L’art questionne les problèmes, le design tente de les résoudre. Tweeter

En ne prenant pas garde, on peut vite arriver à créer son oeuvre d’art mettant en scène une navigation extravagante accompagnée d’un contraste n’offrant aucune lisibilité.

Si vous souhaitez être embauché par certaines entreprises, imaginez-les en train d’examiner votre portfolio. Leur temps est compté et la consultation de portfolio n’est généralement pas prévue au programme de leur journée.

Si je dois exécuter un konami code pour accéder à vos remarquables créations, j’irai vite voir ailleurs peu importe si le travail est de moins bonne qualité. Le temps est ce qu’il y a de plus précieux, pour vous, comme pour vos potentiels clients.

Se concentrer sur l’utilisabilité de votre portfolio est tout aussi important que les projets présentés. Composez votre portfolio de telle manière à ce que toutes les attentions se portent sur votre travail et non sur une navigation gadget.

Conclusion

Si vous évitez ces 6 erreurs, vous êtes sur la bonne voie pour construire un portfolio de qualité mettant en scène d’une manière claire et honnête vos meilleurs projets. Je suis sûr que vous avez beaucoup de questions, n’hésitez pas à m’en faire part sur Twitter.

Vous êtes génial, continuez. Guillaume, UX designer aka chercheur et designer d’expériences 😉.

Si vous connaissez des designers avec des portfolio, n’hésitez pas à leur partager cet article. Posez toutes vos questions sur twitter. Je serai ravi de vous apporter mon aide.


Publié sur www.magazineduwebdesign.com le 12 juin 2016.

Like what you read? Give Magazine du Webdesign a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.