Risques nucléaires face aux lobbys: la réaction de Cécile Duflot

Mardi 11 octobre, la Haute Autorité de Sûreté Nucléaire a exigé d’EDF l’arrêt en urgence de cinq de ses réacteurs, en raison d’“anomalies sérieuses”. Face aux menaces, quelles alternatives ? Ce matin, la candidate d’Europe Ecologie Les Verts Cécile Duflot était l’invitée de Thomas Sotto sur Europe 1: elle a dénoncé les obstacles auxquels se heurte le débat sur les alternatives au nucléaire.

Le poids des lobbys, le plus grand frein au débat sur le nucléaire

J’ai vu à quel point le lobby nucléaire éteignait toute contestation, tout débat”. Cécile Duflot veut tirer la sonnette d’alarme: elle insiste sur les riques que présentent nos réacteurs nucléaires vieillissants, “tous de la même génération”. Mais le débat sur la transition énergétique se heurte, selon elle, au lobbying actif des industries du nucléaire.

Citant un article de Mediapart qui révèle des pressions exercées par EDF sur les inspecteurs de la Haute Autorité de Sûreté Nucléaire, elle souligne la difficulté de mener le débat en toute indépendance. “La culture du secret du nucléaire nous met dans une situation de grande fragilité”, résume la candidate d’Europe Ecologie Les Verts.

Une “France 100% renouvelable” est-elle possible malgré tout ?

Pour Cécile Duflot, la réponse est oui. Elle affirme ne pas être une “anti-nucléaire” mais penser néanmoins que “la France pourrait être à 100% d’énergie renouvelable”. La candidate d’Europe Ecologie Les Verts s’appuie sur un rapport de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) qui élabore le plan prospectif d’une transition énergétique vers le renouvelable, à l’horizon 2030 et 2050. La France laisserait ainsi le nucléaire définitivement derrière elle.

Cécile Duflot accuse le ministère de l’Energie d’avoir “interdit de publier ce scénario” et d’empêcher, par conséquent, qu’un véritable débat s’installe. “C’est une mesure de sûreté, mais c’est surtout une mesure d’investissement”, résume la candidate. “Tous les pays, y compris la Chine, investissent dans le renouvelable: nous sommes les seuls à rester en retrait”.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.