Alors il est comment le dernier Ferre Gola- QQJD?

Yvon Edoumou
Jun 17, 2017 · 3 min read

Kinshasa, 17 juin

Grand fan de l’artiste bien avant que je ne pose mes valises dans la capitale kinoise, chaque sortie de tube ou d’album est un moment d’excitation. Ma sonnerie de téléphone actuelle est « Cobetox », chanson dans laquelle il est en featuring avec le grand Koffi Olomide [Allez-y, faites-moi plaisir appelez-moi !] Ah pardon, vous ne savez pas de qui je parle, je parle de Ferre Gola, ancien membre des orchestres Wenge Musica et Koffi Olomide, qui a entamé sa carrière solo voilà maintenant une décennie. Il fait partie de la nouvelle vague de talents musicaux congolais dont les noms circulent au-delà des rives du Fleuve Congo, à l’instar de Fally Ipupa, Héritier Watanabe, Celeo, Inoss B’, Laurette Laperle, etc.

Lorsque, la semaine passée, j’apprends qu’il sort un nouvel album, je me demande comment ais je pu rater une telle information ? Inutile interrogation, le plus important est de le procurer et d’offrir du bonheur à mes oreilles et à mon esprit. Lundi : direction Matonge, rond-point victoire, chez un des nombreux disquaires. 5 dollars le CD, trois CD, 15 dollars. C’est ici que s’arrêtent ma joie et mon bonheur.

Le soir, je m’embarque dans la trilogie « QQJD- qu’est-ce que j’avais dit », titre de ce nouvel opus : plus de trois heures de musique, ok. Je n’ai pas eu la chair de poule, mon rythme cardiaque intact. Je me dis on laisse passer quelques jours, et je vais réécouter. Jeudi soir : je refais la séance d’écoute. Encore trois heures d’écoute minutieuse : un morceau sebene avec un rythme du terroir congolais par-ci ; un autre avec un sampling d’« ancien combattant » de Zao ; tous les morceaux sont remplis de mabanga le fameux « name dropping » congolais. Je cherche, je ferme les yeux, mais rien, rien qui m’accroche.

Mon verdict : je suis déçu. « Ferre-QQTNF » — « Ferre, qu’est-ce que tu nous as fait » ?

Ferre est talentueux. A voir la qualité de ses clips et ses récentes collaborations, on sent qu’il a pris de la graine sur le fonctionnement de l’industrie musicale. Mais je crains que sur ce dernier travail il a raté la marche. Musicalement, les morceaux se ressemblent et s’enchaînent dans le même tempo, même rythme. Je n’ai senti aucune prise de risque musicale sur aucun des 33 morceaux. L’artiste ne s’est pas mouillé.

Avec son album « Qui est derrière toi », album qui évidement était musicalement abouti au point où l’artiste l’a reproduit en version acoustique accompagné de violons et autres instruments à cordes frottées, Ferre avait défini le seuil minium par lequel nous devrons le juger. « Boîte noire » et « QQJD » demeurent, pour l’heure, pour moi, en dessous de ce standard.

L’autre grande interrogation est la stratégie commerciale, la logique marketing de sortir trois albums d’un coup. Il faut reconnaître que l’artiste nous a habitué à sortir des doubles albums (Qui est derrière toi ? / Boîte Noire) mais de là à sortir un triple album, il faut le faire. Pourquoi ? est-ce dû à la compétition, la pression imposée par ces « concurrents directs » ? Les mélomanes viennent à peine de digérer le double-CD « Boîte noire » — dont le succès n’a pas été retentissant- que voilà l’artiste vient nous servir 33 tubes! Ferre et son équipe n’ont-ils rien appris de la sortie du quadruple album d’Olomide ? J’ose croire qu’ils ont bien reflechi sur cette strategie commerciale.

L’appréciation d’un album peut évoluer au fil du temps, peut être que ce sera le cas avec “QQJD”. On peut en reparler dans trois mois.

�;�Ϫ�.

Yvon Edoumou

Written by

Arts&Culture aficionado, www.themalabogroup.com, Kinshasa DR Congo

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade