La musique, incontournable dans la vie de l’enfant

La musique fait indéniablement partie de la vie des enfants. Si elle a pour mérite de les divertir, elle est bien plus qu’un simple loisir. Quels sont ses bienfaits avérés chez les jeunes ? Et comment favoriser leur éveil musical ?

Pour Monique Désy Proulx, artiste pluridisciplinaire et auteure de l’ouvrage Pourquoi la musique ? Son importance dans la vie des enfants, « la musique est au cœur de la vie », « c’est le fondement de tout, car nous vivons dans un monde de vibrations ». La musicienne croit que « faire de la musique, c’est avant tout chanter et danser ». L’oreille est l’un des premiers sens qui se développe chez le fœtus, si bien que, dès la naissance, le nourrisson est capable de reconnaître la voix de sa mère. « Le langage vient de la musique », explique Mme Désy Proulx, rappelant que les bébés font du bruit et produisent des sons bien avant de commencer à parler.

Exprimer ses émotions

Laura, artiste-poète du Monde magique de Pozi, qui crée des albums destinés aux petits, est convaincue que la musique est un langage universel permettant de rejoindre leur partie émotionnelle. « La musique est aussi un outil pour apaiser les enfants », « pour éveiller leur imagination » et « pour donner un souffle d’optimisme », ajoute-t-elle. L’artiste estime que la musique vient enrichir les paroles de ses chansons et apporter de la justesse aux mots. Monique Désy Poulx pense qu’on ne peut en effet pas se tromper avec la musique, comme un musicien ne peut pas tricher pendant son interprétation. « La musique part du corps, et non de l’esprit » dit-elle, « c’est l’affaire la plus physique, qui donne accès au spirituel ».

Développer son potentiel

Mme Désy Proulx croit que la musique sollicite toutes les dimensions de la vie humaine, à savoir le corps, l’affectivité et le raisonnement. Citant les travaux du neuropsychiatre Boris Cyrulnik, pour qui « l’intelligence n’est pas une qualité cérébrale, c’est une qualité affective », elle met en évidence l’impact de la musique sur l’intelligence. Pourtant, met-elle en garde, ce n’est pas pour devenir intelligent que l’on fait de la musique ! « La musique exige de la passion et de la discipline. Et on ne devient pas musicien sans une bonne dose de curiosité et d’imagination, ainsi que de capacité à s’appliquer », détaille-t-elle dans son livre.

Encourager les apprentissages

« On peut partir de la musique pour tout apprendre », croit Monique Désy Proulx. La musique classique permet de son point de vue de mieux comprendre le monde, la culture, les civilisations et même de s’initier aux langues, à l’histoire et à la géographie. Laura du Monde Magique de Pozi inscrit l’aspect pédagogique au cœur de sa démarche artistique : « si mes chansons se démarquent, c’est qu’elles sont positives, variées et qu’elles racontent de vraies choses qu’on peut ensuite utiliser avec les enfants », partage-t-elle, citant à titre d’illustration les saisons et les émotions.

Image for post
Image for post

Renforcer la cohésion sociale

D’après plusieurs études, le chant en groupe stimule la production d’ocytocine, cette hormone qui permet de faire baisser les tensions et de renforcer les liens affectifs. Numa, 10 ans, fait partie des Petits Chanteurs du Mont-Royal à Montréal. Sa mère souligne l’importance de l’apprentissage du travail en équipe dans la formation : « à l’heure des jeux vidéos, cela fait du bien se de retrouver dans le collectif, témoigne-t-elle, et faire partie d’une chorale ou d’un orchestre, chanter ou jouer ensemble, c’est une belle façon de lutter contre le décrochage scolaire ». Selon Isabelle Peretz, Chaire de recherche du Canada en neurocognition de la musique à l’Université de Montréal, la capacité de la musique à nous montrer comment vivre ensemble constituerait même son principal apport : « la musique, c’est plus qu’une communication, c’est une communion ! ».

Si les avantages de la musique chez l’enfant sont indéniables, reste à savoir comment les initier, surtout quand on n’est soi-même pas mélomane. « La voix offre un lien réel. Si on n’a pas de temps, pas d’instrument, pas de culture musicale, on peut tout simplement chanter des chansons à son tout-petit », conseille Mme Désy Proulx. Entonner des berceuses, faire découvrir les chansons de son enfance ou encore réciter des comptines constitue un bon point de départ. Les enfants devraient-ils aussi apprendre à jouer d’un instrument ? Plutôt que de commencer avec le solfège, l’auteure suggère de débuter avec la méthode Dalcroze, une pédagogie basée sur l’approche corporelle de la musique. Les enfants manifestant une fibre musicale pourront ensuite s’essayer à la pratique d’un instrument. « Quand on est passionné, on aime pratiquer, mais si l’intérêt n’est pas là, ça peut être franchement pénible, partage Mme Désy Proulx. Un instrument, c’est une extension du corps. Il faut le faire chanter, il faut faire danser la musique ! ».

Written by

Nous œuvrons sans relâche pour proposer toujours plus de places en crèche aux parents salariés d’entreprises soucieuses du bien-être de leurs collaborateurs

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store