Allo ? Il y a quelqu’un ?

Formidable. Un nouveau réseau social. Un nouvel outil. Un nouvel espace d’écriture. Un truc qui va nous changer de Facebook, de Twitter, d’Instagram, de tous ces réseaux usés, dépassés, saturés. Enfin, c’est ce que l’on nous raconte en tout cas.

Bref, je découvre Medium ! J’y vais à tâtons, à l’aveuglette. Je ne sais pas du tout qui est là. Je sais encore moins si les quelques lignes que voici seront lues. Je tente, j’expérimente, je bidouille, je tripatouille. Encore un machin pour attirer le badaud peut-être. Mais quel air aurai-je demain ou après-demain si ce Medium devient the place to be du numérique ? C’est en tenant le même raisonnement que, comme tout le monde, je suis allé me promener sur des blogs, j’ai escaladé des “murs” digitaux, visité des réseaux dont on m’avait assuré qu’ils étaient sociaux. Puis est venu le temps de la lassitude. De la colère aussi. Ces espaces d’expression véhiculent aujourd’hui autant d’immondices que d’informations, autant d’insultes que d’idées.

Alors, Medium… Pourquoi pas. Sera t-il possible ici non seulement de publier, mais aussi d’échanger ? Pourra t-on écrire en mode collaboratif ? Inventer de nouvelles formes d’écriture ? J’avais participé en 2012 au premier Festival International de Fiction sur Twitter. Raconter une histoire à coups de tweets. La twittérature, comme ils disent. C’était amusant. Nouveau en tout cas.

On verra bien. J’en saurai plus dans quelques semaines, quelques mois. Vous aussi d’ailleurs. Soit je suis bien et je reste. Soit je m’ennuie et je vous quitte. Et si je vous ennuie, vous savez déjà quoi faire :-) . Mais, au fait, il y a quelqu’un là ? Allo ?

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Marc Capelle’s story.