L’enfant peut-il ressentir du plaisir pendant un inceste ?

Oui, malheureusement, mais sans confondre plaisir et réaction physiologique. Ce n’est pas toujours le cas dans un inceste, mais il arrive que l’enfant ait une réaction de plaisir.

Le plaisir peut-il découler d’un acte forcé ?

Oui, parce que l’enfant vit un évènement impossible à comprendre par son cerveau qui le met en état de sidération pour passer ce cap. Cette sidération crée un état de conscience modifié qui préserve le mental de l’enfant qui “va ailleurs”, il se déconnecte de la réalité incompréhensible qu’il vit. C’est pour cela que le corps étant dissocié du mental, va vivre sa vie et réagir tout seul. Dans ce cas, le plaisir ressenti par l’enfant sera une réaction mécanique à des caresses, réaction purement physiologique qui n’aura rien à voir avec le vrai plaisir sexuel éprouvé par un adulte consentant pendant un acte d’amour.

Pour l’enfant, il ne s’agit pas de plénitude puisque le plaisir psychologique et mental est inexistant. C’est comme si le corps réagissait sur un mode réflexe à une caresse intime, sans avoir la sensation agréable et plaisante intérieure connue quand l’on est consentant.

Quelles conséquences de ce plaisir une fois adulte ?

Les conséquences de ce plaisir physiologique de l’enfant vont l’imprégner de culpabilité qui va le gêner dans sa vie d’adulte. Culpabilité et dévalorisation seront permanentes : “Je suis un monstre, j’ai eu du plaisir avec mon père (ou autre membre de la famille), je suis un perverti, je ne vaux rien etc…”. Ces pensées auront une incidence grandissante sur ses actions quotidiennes dans tous les domaines (familial, professionnel, amoureux…) jusqu’à ce que cette personne consulte un psychothérapeute. Celui-ci aura à cœur de le déculpabiliser pour qu’il devienne lui-même par la suite, en s’autorisant le droit au bonheur et à tous les plaisirs de la vie !


Originally published at Oser le Dire.