L’inceste ne concerne t-il que les femmes ?

L’homme échappe t-il à l’inceste ?

L’inceste fait tellement partie de l’histoire de l’humanité qu’il concerne tout le monde, les hommes comme les femmes. Bien que tabou, on entend plus souvent parler des incestes subis par les femmes dans leur enfance que celui vécu par les hommes. Pourquoi ? Parce que dans l’imagerie populaire et les croyances collectives, l’homme est fort, protecteur, il se défend facilement, il ne peut rien lui arriver, la preuve “il ne pleure pas et ne se plaint jamais” ! C’est un cliché mais qui tient encore très fortement. Pourrait-on dire que la pudeur masculine qui l’amène à ne pas s’exprimer sur ses sentiments viendrait de certains traumas vécus dans l’enfance ? L’idée est séduisante mais demande à être vérifiée.

L’homme est-il différent aujourd’hui ?

Force est de constater, toutefois, que bien que minoritaires dans la patientèle des thérapeutes, leur nombre s’accroit d’année en année. En outre, les mentalités et les modes éducatifs évoluant, la jeunesse masculine a plus tendance à s’exprimer ouvertement que ses aînés avant elle. Tout cela va dans le bon sens de l’ouverture de la parole.

Un homme révèlera t-il facilement son inceste ?

Les hommes révèlent très difficilement leur inceste car pour eux, un autre tabou est encore plus violent : la plupart ont été violés par leur propre mère. Or, toujours dans le cliché collectif, une mère est aimante et protectrice, une déesse intouchable dans la famille, on se doit de la respecter pour nous avoir donné le jour. Comment croire qu’une telle femme puisse violer son fils ?

Chez la femme, on peut admettre plus facilement qu’un père ou un oncle la viole car l’homme peut être protecteur, certes, mais aussi très violent. Les guerres dans le monde le démontrent assez… Or, on n’a jamais vu des tribus de femmes attaquer et envahir des populations, les dépouiller, les torturer et les violer ! Donc, l’image de la mère violant son fils est purement inadmissible et pas croyable dans l’inconscient collectif.

En conséquence, alors que l’inceste est tabou pour beaucoup, c’est plus souvent les femmes qui osent transgresser la loi du silence que les hommes.


Originally published at Oser le Dire.