Icarius Predictor #2

Episode #1 : Icarius Predictor (nouvelle)


La nuit est tombée. Me prend l’envie de goûter l’air plus frais, dehors. Je sors. Equipée de ma frontale, car déjà on ne distingue plus vraiment les formes. Après l’effondrement, on a appris à se passer des usages superflus d’énergie, comme les éclairages publics. Maintenant, chacun doit sortir muni de sa propre lampe.

Magritte, Le Banquet

L’effondrement. 2020–2030. Je suis née en 2020. Pile à l’heure pour la fête ! Je frissonne autant de cette pensée que de la brise qui vient de se lever. L’effondrement. La mélancolie m’envahit. Je m’assieds au pied d’un vieux chêne. Je dépose mon dos contre son tronc noueux, vertèbre après vertèbre. Je respire. La respiration, celle qui nous accompagne tous de la première à la dernière seconde de notre vie. Je respire la présence du chêne, cet ancêtre.

Plus loin le chemin mène jusqu’à la mer. Demain j’irai. Avant de prendre tout à fait racine au pied du chêne je me lève et reprend le chemin de ma loge. Petit passage par le potager : 6 tomates, 3 aubergines, 8 courgettes — satisfaisant— douche solaire et au lit.


Je me laisse réveiller par la lumière du jour. Il semble faire beau. J’émerge. Ce matin je dois passer à la coop. Le café, ce luxe dont je ne saurais me passer, malgré son empreinte carbone. “Empreinte carbone 3, solde 348 564”. Merci IP.

A bicyclette. Mon chemin préféré, qui passe près du grand chêne. Parfum des sous-bois qui s’éveillent. Il me faut 13 minutes pour rejoindre le terrain de la coop. Le bâtiment est dissimulé sous une épaisse couche de végétation. Sur les toits, un potager collectif, des grimpantes sur chaque mur, une forêt de fruitiers, arbres et arbustes, tout autour. Je cueille en passant une belle quantité de framboises.

Irma m’attend devant la porte principale. Ma meilleure coéquipière depuis que j’occupe ce rôle dans le cercle “vie végétale” de notre Unité. Nous devons faire le bilan mensuel des différentes actions. Préservation de la biodiversité, aide à la résilience, nettoyage et dépollution, plantations comestibles diverses… autant de tâches qui nous incombent.

Nous comptons le nombre d’arbres plantés, évaluons la productivité des potagers collectifs, mesurons la capture de carbone… C’est que nous avons des objectifs à tenir ! Bientôt, la grande assemblée, où les décisions les plus importantes se prendront, en collectif, et où les rôles pourraient bien changer.