L’erasmus, un rêve qui devient réalité

Aller étudier dans un autre pays, ne serait-ce que pour quelques mois, ça a toujours été sur ma liste des choses à faire quand je serais grande, et voilà que justement, mon école nous offrait cette possibilité. J’avoue que mon premier choix n’était pas l’Espagne, bien que ce soit un pays que j’adore, j’avais misé en tout premiers lieux sur le Mexique. Ahhhh Mexico city, c’était pour moi un rêve de petite fille d’aller la-bas; cependant, le destin m’a poussé vers une petite ville d’Espagne, en Andalousie, Murcia.

Le charme naturel de cette ville, la beauté de ses paysages, sa température (qui commence à devenir très très élevée ces derniers temps), son architecture, tout m’a plu lorsque je suis arrivée.

La cathédrale de Murcia
Place de la mairie

J’ai été surprise en découvrant l’architecture de l’université. Le tram nous a posé, Elise et moi, devant un immense bâtiment digne des plus grands châteaux de film. La cathédrale, le décor intérieur, les statuts, tout dans cette université est à coupé le souffle. De plus, comment ne pas se sentir bien lorsqu’on doit travailler dans un environnement pareil ? La vue est apaisante, les palmiers nous donnent l’impression d’être sur le bord de la plage et le ciel bleu, constant, nous pousserait presque à rester prendre le soleil toute la journée.

UCAM
Vue du centre de l’université

Mais je pense que le mieux, ce sont les souvenirs qui vont rester à jamais gravés dans ma mémoire. A partir d’aujourd’hui, j’ai écoulé plus de la moitié de mon séjour et il ne me reste plus qu’un mois pour mon ERASMUS, et je sais que je vais en ressortir grandie. J’ai des souvenirs pleins la tête, j’ai voyagé, j’ai rencontré des personnes extraordinaires de tous les coins de la planète, je me suis améliorée en langue, en bref j’en ressors totalement satisfaite.

Mon coup de coeur de cette aventure, reste néanmoins une française, Emie. Elise et moi avons formé un trio infernal durant ces 4 derniers mois, et je sais que notre amitié n’est pas prête de s’arrêter là.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.