Concerts : rangez ce smartphone que je ne saurais voir !

Initialement publié sur le blog de LoveLiveMusic et légèrement édité.

De plus en plus d’artistes demandent à leur fans de profiter de l’instant présent et de ne pas filmer leur concert : Adèle, Prince, Jack White, Björk, Savages… Et récemment, la palme quand même à cette jeune fille qui a joué à Pokémon Go alors qu’elle est devant la scène de la Queen Bee au Stade de France.

Il est vrai que se retrouver derrière une personne qui filme entièreté du concert sur son iPad, qui bloque toute la vue, on a déjà vu mieux pour profiter d’un live. Ou même derrière une groupe de teenagers qui passent leur concert à envoyer des vidéos sur leur Story Snapchat. Et entre nous, malgré la puissance grandissante des appareils photos de smartphone, la qualité est quand même souvent dégueulasse…

Il y a aussi la question des droits d’auteur et des droits à l’image : la vidéo appartient à la personne qui l’a filmée, mais a-t-elle le droit de l’exploiter sans l’autorisation de l’artiste (qui produit le contenu, et qui apparaît sur l’image), des autres personnes du public apparaissant sur la vidéo, ou encore de la salle? La législation est encore très floue à ce sujet.

De mon côté j’assume, je filme en concert : j’aime pouvoir capturer un souvenir du moment que je suis en train de vivre, même si je ne le regarerai peut être pas plus tard. C’est à moi, c’est mon souvenir ! Et d’ailleurs si un artiste ou un organisateur se sent l’envie de me donner une accréditation média, j’adorerai faire ça plus proprement ! (clin d’oeil clin d’oeil coeur, si vous lisez ces lignes envoyez moi un mail !)

Comment ça marche ce brevet d’Apple ?

Un système infrarouge permettra au téléphone de détecter s’il est autoriser ou non à filmer et prendre des photos dans le lieu où il se trouve. Le signal sera émis par exemple depuis la scène et désactivera automatiquement l’appareil photo. Le même système pourra aussi être utilisé pour envoyer des informations sur le téléphone.

On ne sait pas encore quand Apple utilisera réellement cette technologie, l’entreprise déposant chaque année des centaines de brevets sans forcément les utiliser.

D’autres technologies sont déjà en place pour bloquer les téléphones lors des concerts

La startup Yondr a lancé il y a quelques temps sa solution permettant d’empêcher de filmer pendant les concerts. Son dernier concert en date ? Alicia Keys, rien que ça.

Une pochette est distribuée à l’entrée de tous les concerts américains de la chanteuse, pochette qui se verrouille automatiquement lorsque la personne franchit les portes de la salle de concert. L’objectif ? Profiter de l’instant présent sans passer par un écran, mais aussi éviter de voir s’échapper des morceaux inédits que l’artiste pourrait jouer sur scène.

Les pochettes Yondr

D’autres artistes comme The Lumineers ou encore les humoristes Dave Chappelle et Louis C.K. ont eux aussi fait appel à Yondr. Pour les anglophones, retrouvez une présentation de Yondr par son CEO pour Consequence of Sound.

Filmer pendant un concert vous empêcherait de vous en souvenir correctement

D’après le magazine Pitchfork et la chercheuse Linda Henkel, professeur de psychologie cognitive à la Fairfield University, utiliser un appareil photo à un concert pourrait avoir un effet négatif sur votre capacité à vous en souvenir. D’après Linda Henkel,

Lorsque vous utilisez votre appareil photo vous agissez comme si l’appareil était votre mémoire, alors que ce n’est pas le cas. Une photo est une représentation d’une expérience mais ce n’est pas l’expérience.

Depuis toujours nous nous servons des objets, personnes, souvenirs physiques ou digitaux comme des extensions de mémoire. C’est ce que les scientifiques appellent la mémoire transactive : nous utilisons ces objets comme des moyens mnémotechniques pour réussir à nous souvenir de beaucoup de choses, déchargeant ainsi la quantité de travail de mémorisation demandée au cerveau. Ça marche aussi avec les moteurs de recherche, par exemple quand vous allez lui demander quels sont les noms des 5 Spice Girls plutôt que d’essayer de vous souvenir de la réponse.

Mel C, Emma, Mel B, Geri, euh…

Les photos et vidéos de concerts ne dérogent pas à la règle et sont elles aussi une extension mnémotechnique. Sauf que d’après Henkel (et d’après notre propre expérience, ne nous mentons pas) nous ne retournons jamais vraiment voir toutes ces photos. Le risque est de finir par ne se souvenir que des photos prises, en occultant tout le reste : l’expérience passée, le bruit, les odeurs, l’énergie…

Filmer pendant un concert a aussi des avantages pour un artiste

Mais tous les artistes ne rejettent pas en bloc les photos et vidéos de concerts, certains les encouragent même. Radiohead par exemple va même jusqu’à demander à ses fans de filmer leur concert via Periscope. Du coup autant en profiter, certaines vidéos sont toujours dispo :

Il est vrai que pour des artistes émergents, voir son public le filmer avec enthousiasme, le relayer sur les réseaux sociaux, rendre les vidéo disponibles pour que des professionnels puissent ensuite se faire une meilleure idée de leur univers, ça fait plaisir et ce serait dommage de passer à côté !

Oui mais si pas de photos, alors quoi ?

Si les fans filment, c’est aussi pour avoir un souvenir de ce moment qu’ils ont passé avec l’artiste, un souvenir qui leur soit personnel et dont personne d’autre ne pourra avoir une copie identique. On voit qu’une des conséquence de la digitalisation grandissante de la musique, c’est le grand retour du vinyle.

Nous avons aussi besoin d’avoir du concret, du palpable, un lien physique avec nos artistes. Nous avons aussi besoin de nous souvenir des bons moments que nous passons.

Les billets sont dématérialisés, les films et photos bientôt interdits : comment repartir avec un souvenir concret et personnel de cette expérience unique? Le merchandising est une option (plutôt rentable pour les artistes d’ailleurs) mais elle n’est pas individuelle. A réfléchir…

Pour finir, cet article marrant de Noisey “Sérieux, qu’est-ce qui vous motive à prendre les DJs en photo ?” A prendre bien sûr au 2è degré ou plus.

Sources : Le Figaro, Washington Post, Clique, Digital Trends, Pitchfork.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.