This story is unavailable.

Du coup, ton origine ne joue un rôle prépondérant dans ton identité que lorsqu’elle t’es souvent renvoyée à la figure. D’ici apparait donc un lien entre le racisme auquel tu t’attaques, et le “repli identitaire” constaté par certain en France? (même si dans ce cas la, on est plus dans le dilemme de l’œuf et la poule, ou le serpent qui se mord la queue. Comme dirait le vénérable maitre Yoda “la haine engendre la haine”).

Donc, le racisme (même passif) te fais réfléchir sur ton identité, et ce qui diffère chez toi, donc ton origine. Cela te fais donc réfléchir et développer une forme de fierté (consciemment ou non) érigée en carapace, afin de répondre aux multiples attaques envers toi.

A l’inverse, le raciste constatant une place de l’origine hypertrophiée chez les personnes qu’il méprise et insulte (je ne crois pas en la théorie de la “peur” de l’autre, qui a tendance à minimiser le rôle de la personne, l’excusant en partie de son comportement), développe lui aussi une importance grandissante de sa propre origine?

Encore une fois, je réfléchi en écrivant, et théorise plus que ne prêche ^^ (et j’utilise ‘tu’ ou ‘ton’ sans te désigner toi en particulier, c’est un tu indéfini)

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.