La toxicité (violence, sexisme…) d’une partie de la communauté ne me permet pas de rester à Wikimédia France

VERSION COURTE

Edit : Le 19 octobre, j’ai reçu une mise en demeure de Mme Nathalie Schmelck, avocate de Christophe Henner, m’enjoignant de “cesser la diffusion” de “propos […] susceptibles de constituer l’infraction de diffamation”. 
Après discussion avec cette dame, il est apparu que, loin de nécessiter le retrait du billet, ne pouvaient en réalité poser problème que des questions juridiques sur lesquelles j’étais imprécis (le dépôt d’une plainte n’entraîne pas ipso facto l’ouverture d’une procédure judiciaire, etc.), qui ne me semblent rien changer à mon propos (qui n’aborde d’ailleurs la question de Christophe Henner qu’incidemment, en lien avec le manque de réaction de la Foundation aux violences), et que je corrige donc.

Divers mécontentements et diverses oppositions se sont conjuguées ces derniers mois au sein de Wikimédia, aboutissant à une remise en cause de sa gouvernance par certains membres. À cette occasion, la communauté a montré un comportement qui n’est pas celui qui convient au fonctionnement démocratique d’une association.

Un comportement de meute a mené au départ de la directrice exécutive, au terme d’un harcèlement qui l’a conduite à porter plainte contre 12 personnes. Celles-ci s’ajoutent à la plainte qu’elle avait déjà portée contre l’ancien président, Christophe Henner, désormais président de la Wikimédia Foundation — la structure internationale. D’autres membres du CA ont été systématiquement harcelés, là encore avec parfois des considérations sexistes inqualifiables, aboutissant à la démission de la quasi totalité de celui-ci.

La Wikimedia Foundation, à qui j’ai envoyé des messages sans interruption de juillet à octobre pour la prévenir de ce qui se passait n’a rien fait pour s’opposer à ces violences, dont une partie s’est passée sur ses listes et ses sites, rien fait pour protéger ces femmes. Elle n’a au contraire cessé de remettre en cause la parole et les actions du CA, donnant de la légitimité à ceux qui répandaient des rumeurs odieuses et menaient ces violences. Sa seule préoccupation semble être d’éviter le scandale, de réduire les victimes au silence, et de protéger son propre président.

Au sein d’une organisation qui peine à renouveler ses membres, qui souffre de difficultés pour attirer les femmes, et qui communique depuis des années, pour contrer cela, sur son désir de mixité et d’inclusivité, cela pose d’autant plus de problèmes.

À l’époque où le monde du spectacle commence à réagir et à dénoncer les Weinstein, il est proprement insupportable que le monde du numérique — et le meilleur — continue à mettre la poussière sous le tapis et à refuser de prendre ses responsabilités contre des comportements malsains, dangereux, violents et sexistes.

Dans ces conditions, ayant perdu espoir d’être entendu en interne, je quitte Wikimédia France, et dénonce fortement le comportement irresponsable et toxique de la Wikimedia Foundation.

La poubelle Wikipédia est à disposition pour que les membres au comportement problématique se séparent de leur sexisme, violence, hargne, jalousie, toxicité, bêtise.

VERSION LONGUE

J’ai décidé de quitter Wikimédia France — après y avoir oeuvré plus de huit ans, cinq au conseil d’administration, trois comme président, trois au conseil scientifique.

Cette décision n’a pas été facile à prendre. Durant ces années, j’ai accompagné le développement de l’association, passant d’un regroupement de quelques amis à une structure professionnelle et efficace d’une dizaine de salariés au service des bénévoles et des projets.

Je demeure persuadé que Wikipédia est le plus important événement intellectuel du début du XXIe siècle et continuerai à y contribuer. Je demeure convaincu que des structures parallèles sont nécessaires afin de faire l’interface entre Wikipédia et la société civile. Wikimédia France a connu un vrai succès, à cette aune, nouant des partenariats nombreux et féconds, faisant entrer l’usage de ces outils dans les mentalités, formant, expliquant. Entre 2007 et nos jours, nous sommes passé d’un projet attaqué par les médias, moqué, incompris, à un site reconnu, utilisé par tous, travaillant la main dans la main avec les plus prestigieuses institutions culturelles mondiales.

Au cours de ces derniers mois, toutefois, se sont passés des événements graves. Pour des raisons très diverses, plusieurs groupes de membres de l’association ont critiqué le travail de la directrice exécutive, Nathalie Martin. Plutôt que d’en référer à son employeur, le Conseil d’administration, des accusations publiques, souvent très graves, souvent diffamatoires, parfois sexistes et parfois ordurières ont été portées en public. Les membres du CA qui l’ont protégée, que ce soit par reconnaissance de son travail ou par obligation légale (en tant qu’employeur) ont à leur tour été attaqués.

Rapidement, sur les réseaux sociaux, une logique de meute s’est mise en place, harcelant les membres du CA, instillant sans cesse le doute sur chaque action, diffusant des rumeurs sur leur vie personnelle — sous pseudonyme, ou avec des comptes collectifs, parfois créés pour l’occasion. On a vu des membres anciens et influents de l’association dénoncer des crimes imaginaires, que le CA était requis de justifier immédiatement. Un esprit complotiste a présidé à une remise en cause non seulement du travail du CA et des salariés, mais de ceux de l’avocat et du commissaire aux comptes de l’association.

Toutes les règles de fonctionnement d’une association ont été battues en brèche par ces individus : droit du travail, obligations de l’employeur, protection des salariés, rôle du CA, certification des comptes, relations avec la Wikimedia Foundation, etc. De manière générale a été nié tout le travail de structuration de Wikimédia France, mené depuis 4 ans collaborativement par les membres, le CA et la directrice générale.

Parmi ces agitateurs, certains étaient naïfs, d’autres ne l’étaient pas du tout — surtout quand ces dénonciations calomnieuses ont suivi des recadrages du CA à leur encontre, visant à faire disparaître des conflits d’intérêt ou des pratiques para-professionnelles douteuses.

Au-delà des outrances individuelles, cet épisode pose surtout la question du rôle et des responsabilités de la Wikimedia Foundation. Il est des comportements que l’on peut pardonner à des individus, mais qui ne sont pas acceptables quand il s’agit d’institutions ou d’organisations. Mon départ est ainsi largement lié à ce qui se passe actuellement au sein de l’instance internationale — qui n’est plus pour moi capable d’être la garante du bon fonctionnement des activités du mouvement.

Le fait que la directrice exécutive, Nathalie Martin, ait déposé une plainte contre le président de la Wikimedia Foundation, Christophe Henner — celui-ci ayant été l’employeur de celle-là jusqu’en 2016 en tant que président de Wikimédia France — aurait dû inciter à une grande prudence.

Pourtant, dès le printemps 2017, la Foundation a mené un jeu dangereux d’ingérence et de déstabilisation de Wikimédia France. Quand la crise a éclaté, pendant l’été, les interlocuteurs de San Francisco ont semblé être plus inquiets des actions judiciaires engagées par les victimes pour se protéger que par la violences des bourreaux.

C’est ce qui alarmait Stephen LaPorte, directeur juridique de la Foundation, quand je l’ai rencontré le 26 juillet. J’ai ensuite tiré la sonnette d’alarme à de nombreuses reprises : j’ai écrit à Katy Love, directrice des ressources ; Katerine Maher, directrice générale ; Christophe Henner, président ; Jimmy Wales, fondateur et “figure” de Wikipédia pour les anglo-saxons. Les 2 août, 4 août, 8 août, 11 août, 28 août, 3 septembre, 4 septembre, etc… J’ai rencontré Christophe Henner, le 4 août. Quand mes plaintes ont commencé à être trop visibles, on m’a renvoyé (au bout de plus d’un mois) vers un sous-bureau spécialisé de la Wikimedia Foundation, qui, étonnamment, pense la même chose que ses supérieurs hiérarchiques : ils sont absolument désolés, bien sûr… mais ne feront rien. Pire, consciente que la démission de la plupart des membres du CA risquait de désorganiser l’association, la Foundation demande alors à Marie-Alice Mathis, l’une des femmes harcelées, de rester faire la transition, et conditionne le versement de la subvention annuelle à sa présence effective !

Le pire est que la violence et le harcèlement étaient parfaitement reconnus… mais le soutien aux victimes ne consistaient donc qu’en de vagues paroles de soutien, et aucune action. Il était même presque impossible d’obtenir une réponse… à moins de parler en public, la peur du scandale semblant être la seule motivation de ces personnes pour [faire semblant d’]écouter les problèmes de violence. Or, non seulement leur refus d’agir est humainement haïssable, mais il est juridiquement très problématique : le harcèlement et les violences se sont passées pour partie sur des espaces dont la Foundation est responsable (“Bistro” de Wikipédia, listes de discussions…). Quand une des listes de discussion de Wikimédia France a été fermée pour mettre un terme aux violences, une liste parallèle, créée uniquement pour les Français, a été utilisée, mise à disposition par la Foundation !

Disons-le clairement : si la plainte pour harcèlement portée par Mme Martin contre Christophe Henner l’empêche et empêche la Foundation de mener la politique inclusive, de respect et d’accueil dont elle se targue, il faut en prendre acte et en tirer les conséquences. Le Conseil d’administration de la structure américaine a depuis indiqué avoir mené une enquête interne et a renouvelé sa confiance à son président. Celui-ci est évidemment présumé innocent, jusqu’à preuve du contraire. Mais la communication de la Foundation ne peut nous rendre que plus circonspect si elle considère comme une garantie suffisante une enquête non-indépendante… qui n’a même pas cherché à entendre la plaignante et victime présumée.

Les plateformes se trouvent aujourd’hui sur la sellette. Elles refusent de prendre leur responsabilité, se cachant derrière les comportements individuels. On le voit avec Facebook ou Twitter. Christophe Henner est très bien placé pour connaître ces problématiques puisque jeuxvideo.com, dont il était récemment responsable marketing, a connu des problèmes de sexisme et de violence parfaitement semblables à ceux qui nous occupent, avec la même incapacité à mettre fin à ces comportements, accompagnée de discours rassurant sur une volonté… qui ne trouvait jamais de solution dans les actes.

Il est désormais nécessaire que la Wikimedia Foundation prenne ses responsabilités et lutte contre la violence et le sexisme sur les sites dont elle a la charge. Des actions marketing à la marge tentant de faire croire que l’enjeu est compris et des actions entreprises ne suffisent plus.

À l’échelle de la communauté, seul un profond renouvellement permettra de sortir de l’ornière. Au lieu de cela, Wikimédia France est en train de se replier sur elle-même : le nouveau président l’a déjà été… il y a 10 ans (Wikipédia en a 16) ; Florence Devouard, l’une des principales actrices du mouvement de contestation, était présidente de la Foundation… en 2004 — les collégiens qui utilisent aujourd’hui Internet n’étaient alors pas nés, les doctorants étaient collégiens !

Parmi les nouveaux membres du CA, Marin Dubroca-Voisin en est à sa 3e tentative pour se faire élire, Charlotte Matoussowsky était déjà stagiaire en 2012, Willie Robert était déjà membre du CA en 2011. La communauté est incapable de s’ouvrir et vit désormais en vase clos. C’est pour éviter cela que j’ai quitté la présidence en 2014 — désirant un renouvellement… qui n’est jamais arrivé : les nouvelles personnes élues au précédents CA ont été considérées comme illégitimes si elle n’étaient pas actives dans la communauté depuis 10 ans. C’est d’ailleurs une des raisons des violences à l’égard de Nathalie Martin et Marie-Alice Mathis : on leur a rapidement fait comprendre, avec peu de courtoisie, qu’elles n’étaient “pas de notre monde”. Des membres du CA non wikipédiens sont mal vus, et les cooptations permettant de faire émerger des profils non-habituels (deux femmes reconnues dans leurs activités depuis plusieurs années) sont presque considérées par certains comme un coup d’Etat insupportable du CA pour nommer des amis…

On se trouve ainsi avec un CA actuel dont plusieurs membres ont participé à ces violences, d’autres les ont légitimées et acceptées.

Aujourd’hui, la situation de Wikimédia France est et restera donc difficile, bien que la Foundation rouvre certainement dans les mois qui viennent les vannes du financement, ayant obtenu ce qu’elle désirait.

  • Cette ingérence dans la gouvernance de l’association est juridiquement très risquée : les conditions posées par la Wikimedia Foundation à Wikimédia France (selon un système censé être indépendant) sont tellement aliénantes qu’un tribunal reconnaîtrait certainement que Wikimédia France n’est plus indépendante, et n’est qu’une sous-entité de la Foundation, et donc responsable en tant qu’hébergeur du contenu de la Wikipédia francophone.
  • La remise en cause systématique de toutes les procédures et d’une gouvernance saine par les membres peut conduire au refus de la “Reconnaissance d’utilité publique”, qui était presque acquise après un gros travail de structuration et de bonne gouvernance.
  • Les accusations calomnieuses réitérées de mauvaise gestion a — et on le comprend — aliéné les acteurs chargés du contrôle, de l’audit et de la certification de WMFr, dont le travail était ipso facto nié, voire la mauvaise foi avancée, par certaines personnes qui se trouvent désormais au CA.
  • Les cadres ayant quitté la structure, ce sont des bénévoles (à temps forcément très partiel), qui ont entrepris de gérer l’équipe salariée, n’apprenant rien des expériences négatives passées à ce sujet.
  • De nouveaux cadres devront être embauchés, qui seront conscients (puisque c’est le fonctionnement qui est ressorti des discussions pendant la crise) que :

*Leur salaire sera public et soumis à la critique des membres

*Leur travail peut être publiquement critiqué à tout moment sur les réseaux sociaux,

*Les salariés pourront ignorer leurs directives en invoquant leurs valeurs personnelles ou le bien de la communauté,

*Les membres du CA pourront à tout moment désavouer leurs décisions managériales et intervenir dans leur gestion

*Les mêmes personnes qui les ont embauchées pourront publiquement demander leur tête dès que ça leur chante, sans passer par les procédures de licenciements ou de rupture conventionnelles (deux des principaux agitateurs, Pierre-Yves Beaudouin et Pierre-Selim Huart ont directement et activement participé au choix de Nathalie Martin comme directrice en 2013, respectivement comme membre du comité de recrutement, et membre du CA de l’époque)

  • Le travail passé, mené en concertation avec l’ensemble des membres, de stratégie de développement de la structure a été tout simplement nié et annulé. Non seulement on revient cinq ans en arrière, mais il est très inquiétant que la vie démocratique ait été niée pour appliquer les idées de la dizaine de personnes qui parlent le plus fort et saturent les listes de leur prose.
  • Trois membres du CA actuels sont sous le coup d’une plainte liée à leur comportement au sein de l’association — peut-être cinq prochainement, selon les résultats des élections lors de la prochaine Assemblée générale (qui a dû être repoussée sine die en raison de la désorganisation actuelle de l’association). Le CA envisage de présenter des excuses à d’autres personnes également sous le coup d’une plainte (dont l’adhésion/réadhasion avait été refusée par l’ancien CA en raison de leur violence). En cas de condamnation judiciaire, une nouvelle crise est donc à prévoir (sauf à légitimer la violence et le harcèlement).

Wikimédia France a été pendant des années un endroit où s’est développée une éthique de la connaissance, ayant à la fois des moyens pour réaliser des projets extraordinaires et la liberté pour se concentrer sur les vrais enjeux, sur nos buts profonds.

J’y ai oeuvré pendant des années, pense y avoir fait du bien, et ai laissé la main à d’autres afin qu’ils approfondissent mon travail — afin d’éviter que des personnalités ne soient identifiées à un mouvement forcément collectif.

Je prends acte que la structure est le lieu de luttes de pouvoir qui ont des conséquences humaines que je refuse. Je prends acte que quelques dizaines de membres, toujours les mêmes, font tout pour rester entre eux, dans un fonctionnement qui n’a plus rien à voir avec la vraie vie, les besoins des contributeurs et des lecteurs, la loi française ou tout simplement le minimum de courtoisie qui permet à une société de vivre, à des humains de collaborer.

Dans ces conditions, je démissionne de son Conseil scientifique, renonce à mon statut de membre et quitte l’association.

Je dénonce fortement le comportement de la Wikimedia Foundation, dont les actions sont à l’opposé de son discours marketing d’inclusivité et de féminisme, et qui préfère fermer les yeux sur des faits très graves plutôt que de risquer de bousculer sa communauté en lui imposant d’être ouverte et safe, et en en excluant les individus au comportement toxique.

Nota : Marie-Alice, vice-présidente démissionnaire de Wikimédia France, est mon épouse. 
Nota bis à l’attention de ceux qui voudraient amener un peu de leur sexisme ici aussi : Elue par les membres de l’association, wikipédienne depuis plus de huit ans, titulaire d’un double doctorat en neurosciences après être passée par l’Ecole normale supérieure (Lyon), parfaitement bilingue — entre autres qualités — oui, Marie-Alice est tout-à-fait légitime et, non, une femme qui fait des choses extraordinaires n’est pas forcément manipulée par son mari, comme on a pu le lire lors des épisodes narrés ci-dessus.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.