Les charlatans du factuel: la Syrie sous le feu conspirationniste 2/4

Marcel Roux — Danse Macabre — 1904

SOMMAIRE GÉNÉRAL:
-Les charlatans du factuel: la Syrie sous le feu conspirationniste 1/4: Attaquer les médias et relayer la propagande russe — Le brouillage des pistes
-Les charlatans du factuel: la Syrie sous le feu conspirationniste 3/4: Guerre informationnelle à Khan Cheikhoun
-Les charlatans du factuel: la Syrie sous le feu conspirationniste 4/4: Une analyse biaisée de la situation politique et sociale syrienne

Les notes de bas de pages comportent parfois des informations complémentaires par rapport aux liens hypertextes parsemant l’article.

De Khan al-Assal à la Ghouta

Après avoir, dans un premier article, eu un aperçu des méthodes conspirationnistes, nous en arrivons maintenant au cœur du premier article de Philippe Lemoine; sa remise en cause de la version communément admise des différentes attaques chimiques ayant eu lieu en Syrie depuis le début de la guerre civile et en particulier de l’attaque sur la Ghouta en août 2013. Bien que Monsieur Lemoine veuille traiter de l’attaque ayant eu lieu à Khan Cheikhoun en avril 2017, il s’attelle d’abord à déconstruire la « propagande » entourant l’attaque chimique la plus connue et médiatisée de la guerre en Syrie. Le parallèle entre les deux événements et leur représentation est établi de la manière suivante :

« I’m not saying that Assad’s regime is not responsible, I’m just pointing out the obvious fact that we are not yet in a position to know that. I have no idea what happened in Khan Sheikhoun the other day, but I sure as hell know that we shouldn’t jump to conclusions, because anyone who is reasonably intelligent and well-informed can tell that it’s way too early for that. This should be even more obvious to anyone who has followed closely what happened in 2013, after another chemical attack took place in Ghouta, a suburb of Damascus under the control of rebel groups. Like the attack on Khan Sheikhoun, it was immediately blamed on Assad by the media, which uncritically accepted the claims made by the US and various other Western government. »

Sauf que l’article de la BBC¹ utilisé par Monsieur Lemoine pour présenter l’attaque sur la Ghouta ne blâme absolument pas Assad comme on peut le constater à sa lecture :

« The United States says it is reserving judgement on whether chemical weapons were used in the attack on a suburb of Damascus on Wednesday, which led to widespread casualties. But as a clearer picture begins to emerge of the alleged attack and its consequences, some experts say they are becoming more convinced that a nerve agent may have been used. »

On peut donc s’interroger sur la notion d’immédiateté développée par Philippe Lemoine.

Il va ensuite s’attaquer au communiqué de presse de l’administration Obama daté du 30 août 201² :

« The White House released a four-page, evidence-free document it called a “government assessment”, which made extremely precise claims about the attack and blamed the regime for it. »

Le document en question, publié 9 jours après l’attaque, est « evidence-free » car comme il est indiqué dans son premier paragraphe :

« To protect sources and methods, we cannot publicly release all available intelligence. »

Cela n’arrête pas notre détective qui nous explique dans son troisième article :

« For instance, after Korean Air Lines Flight 007 was shot down in 1983 and the Soviet Union denied any responsibility, Reagan’s administration decided to release intercepted communications which proved the plane had been shot down by a Soviet warplane. This revealed to the Soviet Union that the US had capabilities of interception that had been kept secret until then. If the US is going to violate international law, which Trump’s airstrike clearly did, because it claims to have proof that Assad used chemical weapons, then it should release the proof in question. »

Pourquoi donc l’administration Obama n’a t-elle pas, en effet, publié les rapports de la CIA et/ou la NSA sur la Ghouta? Peut-être parce-qu’Obama a fait le choix de la « realpolitik » et a choisit de laisser la Russie « régler » le problème syrien. De nombreux articles provenant de nombreux et différents journaux l’expliquent très bien³. A partir du moment où Barack Obama fit ce choix, son administration n’avait aucun intérêt à raviver la flamme de l’interventionnisme en faisant paraître un rapport des services US accusant clairement le régime d’Assad. C’est d’ailleurs pour cela qu’il expliqua, devant un parterre de journalistes, que le chlore n’était pas « historically listed as a chemical weapon ». Il n’a par ailleurs jamais rencontré (au contraire de John McCain) César, la source principale du dossier prouvant les tortures de masse du régime syrien⁶. Finalement, la peur de l’engagement dans un nouveau conflit au Moyen-Orient a énormément pesé sur la politique d’Obama et cela est d’ailleurs touché du doigt par Philippe Lemoine lui-même :

« It’s amazing that people still talk as if the US government was certain that Assad’s regime was responsible for the attack in Ghouta, when not only were some of the claims it made in the aftermath of that attack were later undermined by Lloyd and Postal’s ballistic analysis, but moreover Obama himself later admitted that the US intelligence’s case wasn’t rock solid. Indeed, here is how Jeffrey Goldberg recounts what Obama told him in a widely discussed interview on foreign policy, during which Obama explained why he decided not to intervene against the regime in 2013:
Obama was also unsettled by a surprise visit early in the week from James Clapper, his director of national intelligence, who interrupted the President’s Daily Brief, the threat report Obama receives each morning from Clapper’s analysts, to make clear that the intelligence on Syria’s use of sarin gas, while robust, was not a “slam dunk.” He chose the term carefully. Clapper, the chief of an intelligence community traumatized by its failures in the run-up to the Iraq War, was not going to overpromise, in the manner of the onetime CIA director George Tenet, who famously guaranteed George W. Bush a “slam dunk” in Iraq. »

L’article de The Atlantic cité ici est une analyse en profondeur de la doctrine d’Obama. Ce dernier a engagé le retrait américain de la scène mondiale, malgré les frappes de drones et la guerre en Libye⁹. En ce qui concerne la Syrie, le manque de soutient politique a été bien plus déterminant que de vagues hésitations des services de renseignement US :

« In the days after the gassing of Ghouta, Obama would later tell me, he found himself recoiling from the idea of an attack unsanctioned by international law or by Congress. The American people seemed unenthusiastic about a Syria intervention; so too did one of the few foreign leaders Obama respects, Angela Merkel, the German chancellor. She told him that her country would not participate in a Syria campaign. And in a stunning development, on Thursday, August 29, the British Parliament denied David Cameron its blessing for an attack. John Kerry later told me that when he heard that, “internally, I went, Oops.”
[…]
Obama also shared with McDonough a long-standing resentment: He was tired of watching Washington unthinkingly drift toward war in Muslim countries. Four years earlier, the president believed, the Pentagon had “jammed” him on a troop surge for Afghanistan. Now, on Syria, he was beginning to feel jammed again. »

Quand Jeffrey Goldberg interroge Obama sur les raisons qui l’ont poussées vers la non-intervention en 2013, voici ce qu’il explique :

« Not long ago, I asked Obama to describe his thinking on that day. He listed the practical worries that had preoccupied him. “We had UN inspectors on the ground who were completing their work, and we could not risk taking a shot while they were there. A second major factor was the failure of Cameron to obtain the consent of his parliament.”
The third, and most important, factor, he told me, was “our assessment that while we could inflict some damage on Assad, we could not, through a missile strike, eliminate the chemical weapons themselves, and what I would then face was the prospect of Assad having survived the strike and claiming he had successfully defied the United States, that the United States had acted unlawfully in the absence of a UN mandate, and that that would have potentially strengthened his hand rather than weakened it.”
The fourth factor, he said, was of deeper philosophical importance. “This falls in the category of something that I had been brooding on for some time,” he said. “I had come into office with the strong belief that the scope of executive power in national-security issues is very broad, but not limitless.” »

Le fait que la CIA ou la NSA ne puisse assurer à son gouvernement des sources 100% sûres (ce qui est presque impossible) n’a donc pas été le facteur le plus déterminant du renoncement d’Obama. Ce dernier n’a d’ailleurs eu aucun problème à engager les SEALS à Abbottabad, résidence supposée de Ben Laden au Pakistan, alors qu’il estimait lui-même que la probabilité de la présence du terroriste était de 50%¹⁰. L’administration américaine, fatiguée par deux guerres difficiles en Irak et Afghanistan, a envisagé la non-intervention comme un choix politique et pas comme une conséquence de la faiblesse supposée de ses renseignements. On peut imaginer que cette décision aura des conséquences durables pour la diplomatie américaine et son image dans la région, cette dernière n’étant déjà pas particulièrement reluisante.

Il est par contre dommage que Monsieur Lemoine ne se soit pas penché sur les réactions de la diplomatie russe. Cette dernière réagit dès le 21 août 2013, soit le jour même de l’attaque¹¹ :

« Russian officials, meanwhile, dismissed the claims of chemical weapons as a “provocation planned in advance,” Russian Foreign Ministry spokesman Alexander Lukashevich told Interfax news agency. “The fact that agenda-driven regional mass media have begun an aggressive attack at once, as if on command, laying all the responsibility on the government, draws attention,” the reports quotes Lukashevich saying in a statement Wednesday. “The fact that the criminal action near Damascus was carried out just when the mission of UN experts to investigate the statements on possible chemical weapons use there has successfully begun its work in Syria points to this,” according to the report. »

Mais il est probable que Lemoine n’ait pas lu ce communiqué, ou il n’aurait probablement pas, dans son deuxième article, écrit la chose suivante :

« Moreover, even if sarin was released in Khan Sheikhoun on April 4, this doesn’t change the fact that it was totally premature to report this as fact just a few hours after the attack, which is exactly what the media did at the time. »

Il n’est d’ailleurs pas le seul à ne pas s’intéresser à cette réaction russe. L’article¹² de William Polk que Monsieur Lemoine cite ensuite reprend exactement les points centraux de la communications russe sans citer les officiels de la Fédération :

« First, who gains by the action. I do not see what Assad could have gained from this gas attack. […]Second, to have taken the enormous risk of retaliation or at least loss of support by some of his allies (notably the Russians) by using this horrible weapon, he must have thought of it either as a last ditch stand or as a knockout blow to the insurgents. Neither appears to have been the case. Reports in recent weeks suggest that the Syrian government was making significant gains against the rebels. No observer has suggested that its forces were losing. »

C’est maintenant qu’apparaissent certains des acteurs les plus déterminants du combat ayant eu lieu autour de l’attaque du 21 août 2013 sur la Ghouta, et tout d’abord Theodore Postol. Louis Proyect, sur son blog Unrepentent Marxist en avril 2017, nous présente le personnage¹³. Professeur au M.I.T., Theodore Postol a démontré la piètre fiabilité des missiles Patriot dans les années 90. Il a également prouvé que les roquettes remplies de Sarin ayant atterri sur la Ghouta avaient été tirées à environ 2km de leur point d’impact. Le point le plus intéressant ici est la mise en évidence de la collaboration de Postol (et son collègue Richard Loyd) avec Maram Susli, aussi connue sous les pseudonymes de Partisan Girl, Syrian Sister, Syrian Girl ou Mimi al-Laham. Cette dernière est une australo-syrienne ayant contribué elle aussi à Infowars, RT, Sputnik et Press TV (la chaine télé officielle de la République d’Iran). Elle pense que le 11 septembre est un « inside job » et n’a aucun problème à converser avec David Duke¹⁴, l’ancien responsable du Klu Klux Klan qui déclarait¹⁵ lors d’un événement organisé par le gouvernement syrien en 2005 :

« It hurts my heart to tell you that part of my country is occupied by Zionists, just as part of your country, the Golan Heights, is occupied by Zionists. […]The Zionists occupy most of the American media and now control much of American government. »

Pour finir, Maram Susli pense également qu’Ebola pourait être une arme biologique américaine¹⁶. C’est donc avec cette personne en apparence très fiable que Theodore Postol décide de travailler car, comme il l’explique dans une interview¹⁷ :

« I was watching her on Twitter. I could see from her voice -I didn’t know her and still don’t know her- that she was a trained chemist. »

Il est dommage que Monsieur Lemoine ne mentionne Maram Susli dans aucun de ses trois articles bien qu’il la connaisse et interagisse avec elle sur Twitter¹⁸. Pourtant, comme pour la très fiable Vanessa Beeley, Partisan Girl/Maram Susli a les faveurs de la diplomatie russe. En effet, si on se penche sur les comptes identifiés dans les images partagées par le compte de la mission russe à l’ONU¹⁹ voici ce qu’on peut voir apparaître durant la journée du 17 avril 2018 :

@VanessaBeeley : à 18h22 et 18h45

@PartisanGirl : à 18h24

@MoonofA (MoonofAlabama que nous avons évoqué en première partie) : à 18h25

Mais sont aussi identifiés des comptes ou des individus que nous n’avons pas évoqués mais qui relaient le discours diplomatique russe sur la Syrie (et/ou l’Ukraine) comme Glenn Greenwald et Jeremy Scahill de The Intercept ainsi que Max Blumenthal, tous trois étant des journalistes américains plutôt marqués à gauche et opposés à l’impérialisme US.

C’est ici que Philippe Lemoine introduit la lutte entre, d’un côté, Dan Kaszeta aidé d’Eliot Higgins de Bellingcat et Ted Postol accompagné de Richard Loyd. Celle-ci a pour point de départ les positions supposées des troupes de l’armée de el-Assad ainsi que la portée des roquettes remplies de sarin utilisées sur la la Ghouta. Lemoine nous explique d’abord que selon Postol et Loyd « the rockets carrying sarin gas that fell on Ghouta had a range of only 2km at the most, which means that they couldn’t possibly have come from deep inside the area controlled by the regime, as the US government and the NYT/HRW analysis had claimed ». Si l’on étudie un peut la question de la distance pouvant être parcourue par les roquettes on se rend compte que Postol et Loyd ne sont pas aussi définitifs que Lemoine. Les deux ingénieurs nous disent ainsi dans une lettre²⁰ publiée par la revue London Review of Books du 22 mai 2014 que les roquettes de 122mm utilisées auraient une portée allant jusqu’à « about 2 to 2,5 kilometers ». De plus, dans un article²¹ du NY Times du 28 décembre 2013, voici ce que nous explique Ted Postol : « the maximum range of the munition would be no more than three kilometers, and likely less ». C.J. Chivers, l’auteur de l’article, nous dit ensuite que « depending on the motors propelling different Grad models, the projected maximum ranges can vary from 2.5 to 3.5 kilometers, or 1.5 to 2.2 miles, Dr. Postol and Mr. Lloyd said. ». On est donc, selon Postol et Loyd eux-mêmes, en présence d’une munition de 122mm dont la portée maximum est de l’ordre de 2,5 à 3,5 km et non pas « only 2km at the most » comme l’écrit Philippe Lemoine. Ensuite quand ce dernier nous dit que les roquettes « couldn’t possibly have come from deep inside the area controlled by the regime » on ne peut qu’être d’accord avec cette assertion. Jamais l’équipe de Bellingcat n’a prétendu que les roquettes avaient été tirées du palais présidentiel situé dans le quartier de Mazzeh. Ils ont par contre prouvé²² que les forces du régime de Bachar el-Assad étaient présentes non-loin de Qaboun et Jobar ainsi que des lieux frappés le 21 août. L’analyse des vidéos de l’Opération al-Qaboun (filmée par l’agence de presse Anna News) permet ainsi d’établir la présence des soldats de l’Armée Arabe Syrienne à moins de 3km (et en fait plus proche des 2km) des points d’impact²³ des roquettes. La présence des forces du régime étant établie, il nous faut maintenant nous tourner vers les munitions utilisées.

Philippe Lemoine prétend pour commencer que « anyone who had access to a machine shop with modest capabilities would have been able to manufacture the munitions used in the attack ». Cela voudrait dire que les rebelles auraient eu en leur possession en août 2013 des roquettes du type utilisé pour cette attaque (auxquelles on a donné plusieurs noms : Volcano, Zilzal et Bourkan). Pourtant seules les troupes gouvernementales semblent être en possession de ces armes à cette période²⁴. Une munition M14 de 140 mm²⁵ a également été retrouvée²⁶ sur les lieux de l’attaque et il est fort peu probable que l’on puisse fabriquer ce type d’arme dans un simple atelier d’usinage. De plus, la revue Jane’s dans son article SSRC : Spectre at the table²⁷ nous apprend que le CERS (Centre d’Etudes et de Recherches Scientifiques) a été le moteur du développement et de la production des roquettes utilisées à Ghouta. Cependant, l’article de Robin Hugues prétend que des roquettes de 107mm de type « Barkan » ont également été utilisées le 21 août 2013, ce qui est peu probable d’après les études de Postol et Loyd ou celles de Bellingcat.

Pour asseoir la crédibilité de Theodore Postol et Richard Loyd, Monsieur Lemoine nous dit :

« He Also can’t [be] accused of being a shill for Assad, since immediately after the attack on Ghouta he had published another analysis which suggested that the regime was responsible. »

Pourtant l’article²⁸ du NY Times donné en lien nous dit plutôt :

« In an interview, Mr. Lloyd said the manufacture of the rockets, if not the deadly nerve agent, appeared to be within the capabilities of both the Syrian government and the rebels. »

Loyd n’exonère donc pas les rebelles mais dit plutôt qu’ils ont pu non-seulement avoir accès aux roquettes et au sarin ayant été utilisés le 21 août 2013 mais aussi avoir été en mesure de les fabriquer.

Philippe Lemoine tente ensuite de décrédibiliser Dan Kaszeta en le qualifiant de « self-proclaimed expert in chemical weapons ». Mais à la lecture de la biographie²⁹ de Kaszeta sur Bellingcat on se rend compte qu’il a une réelle légitimité en ce qui concerne les armes chimiques : il a travaillé pour l’armée US ainsi qu’à la Maison Blanche dans le domaine de la protection NRBC. Ces éléments sont d’ailleurs retranscris dans un dossier³⁰ contenant des échanges de mails entre Kaszeta et Postol et reproduis par ce dernier sans l’autorisation du premier. Kaszeta a d’ailleurs mis fin à la discussion avec Postol quand ce dernier y a inclus SyrianSister/Maram Susli que nous avons présentée plus haut.

Nous entrons finalement dans la partie la plus technique de l’affrontement Postol/Kaszeta avec la controverse autour de la présence d’hexamine dans des échantillons prélevés, entre autres, par l’OIAC. Ce qu’avance Kaszeta, et que Postol tente de réfuter avec l’aide de Maram Susli, est que le régime syrien a utilisé de l’hexamine pour produire son stock de sarin. C’est pour cette raison que Postol commence à communiquer par mail avec Dan Kaszeta et qu’il fait ensuite appel à Susli, étudiante en chimie. On peut, à la suite de Kaszeta, se demander pourquoi un professeur du MIT a eu besoin de l’aide d’une jeune blogueuse -n’ayant aucun problème à s’afficher avec une figure du KKK- pour se faire une opinion concernant la fabrication de sarin en Syrie. On aurait pu croire que contacter certains de ses collègues chimistes de l’institution universitaire du Massachusetts eut été plus évident et aurait donné plus de crédibilité à ses arguments³¹.

Quelques années plus tard nous avons accès à de nouveaux éléments : en janvier 2018 Reuter prétend, à partir de sources anonymes, que les marqueurs chimiques observés dans les échantillons prélevés par l’OIAC seraient similaires dans trois cas (Khan Cheikhoun, Khan al-Assal et la Ghouta). Dans cet article³², daté du 30 janvier 2018, la spécialiste des armes NRBC Amy Smithson décrit la présence d’hexamine comme « a particularly significant match ».

De plus, la France a publié un rapport³³ postulant la présence d’hexamine dans des échantillons collectés à Khan Cheikhoun. L’hexamine est présentée dans ce rapport comme un « stabilisant » (« stabilizer »). Une grenade non-explosée a également été retrouvée par les services français. « Elle contenait 100ml de sarin à une pureté estimée à 60%. L’hexamine, le DF et un produit secondaire, le DIMP, ont également été identifiés. » Finalement, le rapport nous apprend que « la présence d’hexamine indique que ce procédé de fabrication est celui développé par le CERS au profit du régime syrien. »

Jean-Pascal Zanders³⁴ a également publié en 2014 sur The-Trench.org un article³⁵ sur la présence et le rôle de l’hexamine dans le processus de fabrication du sarin syrien. Il nous apprend ainsi que l’hexamine peut aider à décupler la pureté du produit jusqu’à 60%, ce qui va dans le même sens que les conclusions du rapport officiel français.

Enfin, Dan Kaszeta lui-même, dans un article de mai 2017 intitulé Amines and sarin — Hexamine, isopropylamine, and the rest…³⁶ a présenté ses conclusions de la manière la plus claire possible et en fournissant sa bibliographie. Il y explique, entre autres, que l’hexamine ayant été déclaré à l’OIAC par le régime pour destruction (à raison de 80 tonnes), il est fort probable que ce produit ait été une composante du programme d’armes chimiques syrien.

Cela a d’ailleurs été confirmé par l’OIAC dans son rapport³⁷ d’octobre 2017 :

« The results of the analysis carried out by OPCW- designated laboratories confirm the presence of sarin and some of its known degradation products. Moreover, the results confirm that sarin was produced by the binary route, in which DF is combined with isopropanol (iPrOH) in the presence of hexamine.»

Mais selon un échange de courriels entre Postol et Åke Sellström (chef des enquêteurs de l’UNMIAUCWSAR), ce dernier aurait écrit :

« The presence of hexamine may mean that this substance was used as a scavenger for protons when producing sarin. It is a product simple to get hold of and in no way conclusively points to the government. In addition hexamin [sic] found in samples may be derived from other sources for example, explosives. »

Cependant, Kaszeta prétend que Sellström aurait déclaré dans une interview³⁸ à CBRNe World Magazine en 2014 concernant le rôle de l’hexamine :

« It is in their formula, it is their acid scavenger. »

Cette partie de l’interview n’ayant jamais été publiée, on peut continuer à douter du rôle de l’hexamine ou même de sa présence dans le sarin fabriqué par le CERS si l’on a pas été confronté aux sources que nous avons présentées. Cependant, même si Åke Sellström paraît douter de la qualité décisive de l’argument présentant l’hexamine comme preuve de la culpabilité du gouvernement, celle des rebelles lui apparaît comme encore moins probable³⁹ :

« Several times I asked the government: can you explain — if this was the opposition — how did they get hold of the chemical weapons? They have quite poor theories: they talk about smuggling through Turkey, labs in Iraq and I asked them, pointedly, what about your own stores, have your own stores being stripped of anything, have you dropped a bomb that has been claimed, bombs that can be recovered by the opposition? They denied that. To me it is strange. If they really want to blame the opposition they should have a good story as to how they got hold of the munitions, and they didn’t take the chance to deliver that story »

Dans une autre interview⁴⁰ donnée en mars 2014 au site Carnegie, Sellström reste évasif quant au rôle de l’hexamine:

« Hexamine could be a stabilizer of sarin, but others have claimed that the hexamine found could also be a contaminant being present because of the explosives. »

Et à une question concernant la possession éventuelle de sarin par les rebelles, il répond :

« The source for eventual nongovernmental sarin can merely be speculations at this stage — would it be synthesized or recovered from government stores or what else? »

Le fait qu’Åke Sellström soit aussi évasif ou semble parfois se contredire peut avoir nombre de raisons sur lesquelles nous ne pouvons que spéculer. Il nous semble par contre téméraire d’utiliser ses interventions comme preuve définitive de telle ou telle théorie.

Pour résumer le débat du l’hexamine, nous avons d’un côté un professeur du MIT spécialiste de balistique (sans formation particulière en chimie et/ou expérience professionnelle dans le domaine) appuyé par une blogueuse conspirationniste, et de l’autre des organisations internationales comme l’OIAC et l’ONU, les services de renseignement français et des chimistes ou individus ayant travaillé dans le domaine NRBC. Tout ces faits ont de plus été compilés en juin 2018 par Bellingcat dans un article intitulé What We Know About Hexamine and Syria’s Sarin⁴¹. Mais Philippe Lemoine nous donne deux autres sources pour résumer la polémique :

« There is a lot more in that controversy between Postol/Lloyd and Higgins/Kaszeta, but this post is already long and I don’t want to go into further details. If you want to read more about this, you can check Higgins and Kaszeta’s article in the Guardian where they lay out their case, as well as this excellent review of the controversy by Carmen Russell-Sluchansky on MintPress News and this important article by Gareth Porter on Truthout. I honestly don’t see how someone who has looked at the evidence and read everything could not side with Postol and Lloyd against Higgins and Kaszeta on this, but don’t take my word for it, just check for yourself if you have a doubt. »

Nous ne nous attarderons pas longtemps sur l’article de Mintpress⁴² étant donné les sources qu’il utilise. On note en particulier un lien vers un article⁴³ de voltairenet.org, site web du Réseau Voltaire⁴⁴ dont le « directeur » n’est autre que Thierry Meyssan⁴⁵, personnage ayant écrit un intéressant ouvrage⁴⁶ arguant -entre autres- du fait qu’aucun avion ne se serait écrasé sur le Pentagone en septembre 2001. Il a également publié sur son site une remise en cause de la « version officielle » des attentats de janvier 2015⁴⁷. On peut y lire cette analyse de haut niveau des actes des frères Kouachi :

« La mission de ce commando n’a pas de lien avec l’idéologie jihadiste.
En effet, des membres ou des sympathisants des Frères musulmans, d’al-Qaïda ou de Daesh ne se seraient pas contentés de tuer des dessinateurs athées, ils auraient d’abord détruit les archives du journal sous leurs yeux, sur le modèle de ce qu’ils ont fait dans la totalité de leurs actions au Maghreb et au Levant. Pour des jihadistes, le premier devoir c’est de détruire les objets qui, selon eux, offensent Dieu, puis de punir les « ennemis de Dieu ». »

Si un livre traitant de la Guerre des Gaules citait de façon non-ironique les théories de Franck Ferrand sur Alésia⁴⁸, nous serions en droit de considérer que poursuivre sa lecture serait ridicule dans une optique de compréhension sérieuse du sujet étudié. Le cas présent n’est pas différent.

Pour ce qui est de l’article de Truthout⁴⁹, nous commenceront par nous pencher brièvement sur son auteur, Gareth Porter. Ce dernier a prétendu en 1977 devant le congrès américain qu’aucun génocide n’était en cours au Cambodge en ces termes⁵⁰:

« The situation in postwar Cambodia has generated an unprecedented wave of emotional — and at times even hysterical — comment in the United States and Western Europe. The closing off of Cambodia to the foreign press, making the refugees the only source of information used by the media, and the tendency of many refugees to offer the darkest possible picture of the country they fled have combined to provide a fertile ground for wild exaggeration and wholesale falsehood about the government and its policies. The result is the suggestion, now rapidly hardening into conviction, that 1 to 2 million Cambodians have been the victims of a regime led by genocidal maniacs. This charge is based on a kernel of truth: There were undoubtedly large numbers of killings in the newly-liberated areas immediately after the war by soldiers of the victorious army, motivated by vengeance, and diseases such as cholera and malaria have taken a heavy toll. Moreover, it may well be true that summary executions have been used by local officials to punish foes of the regime as well as others who have violated regulations. But the notion that the leadership of Democratic Kampuchea adopted a policy of physically eliminating whole classes of people, of purging anyone who was connected with the Lon Nol government, or punishing the entire urban population by putting them to work in the countryside after the “death march” from the cities, is a myth fostered primarily by the authors of a Reader’s Digest book which was given massive advance publicity through Time magazine and then again when the book was condensed in Reader’s Digest. The charge is not supported by serious documentary evidence, and it is contradicted by a number of reports from refugees themselves. A careful sifting through the available evidence suggests that this charge, like the infamous “bloodbath” in North Vietnam from 1954 to 1956 is an historical myth. »

Il est intéressant de noter que la teneur du discours de Porter est assez similaire à celle de la propagande russo-syrienne actuelle : un complot des « médias de masse » se servant de témoignages douteux de réfugiés dont la parole ne vaut rien (sauf quand elle va dans le « bon » sens).

Mais étudions quand même une des sources citées par Gareth Porter pour contrer les travaux de Bellingcat concernant les positions de l’armée de Bachar el-Assad le 21 août 2013. Voici ainsi ce que nous dit l’article :

« But apart from the fact that those sites are all farther away from the impact sites than current research supports, the Higgins argument suffers from an additional problem: Charles Wood, a Perth, Australia-based forensic expert who has studied the military situation in that area at the time of the August 21 attack, told Inter Press Service (IPS) that, far from being government-controlled, the entire area in and around the industrial zone was actually thoroughly infiltrated by the rebels through tunnels they had built into the area. Based on videos posted by the rebels themselves, Wood said the rebels had fought off a government attack on a position in the area pinpointed by Higgins on August 21. He also pointed out that, three days later, the insurgents carried out a chemical IED attack against one of the government checkpoints very near the open field from which Higgins says the attack was launched. »

Ce passage à l’air convaincant, mais plusieurs problèmes surgissent pourtant :

-L’article de ISPNEWS dont parle Porter et dans lequel interviendrait Charles Wood n’est pas donné en lien, sa date de parution n’est pas indiquée et le titre ainsi que son rédacteur sont inconnus.

-Une recherche sur ispnews.net avec les termes « charles wood » ne fait remonter aucun résultat probant.

-Un compte twitter, @Mare_Indicum⁵¹, utilisant le nom « Charles Wood » existe par contre. Ce compte a été ouvert en décembre 2013, tweete apparemment depuis l’Australie (peut-être de Mundaring, à Perth) ou la Nouvelle-Zélande et sa description indique « professional researcher and forensic analyst » sans plus de précision. Le compte interagit avec de nombreux acteurs de la sphère complotistes, dont certains présentés ici comme Maram Susli et Vanessa Beeley et est très clairement pro-Iran et pro-Hezbollah.

-Enfin, les vidéos qui auraient été utilisées par « Charles Wood » sont inconnues, rien n’étant sourcé, au contraire des travaux et articles de Bellingcat ou Airwars.

Cette source est-elle pour Gareth Porter « serious documentary evidence »? Si c’est le cas on comprend mieux ses errements au moment du génocide cambodgien.

Ces sources ne convainquent donc absolument pas de la supériorité des arguments de Postol sur ceux de Kaszeta. Un article récent de Cheryl Rofer pour Bellingcat⁵² enfonce le clou et démontre que Ted Postol et Maram Susli ne possèdent pas les compétences de base en chimie :

« Postol is operating from a naive set of assumptions, based on limited experience in a first-year chemistry laboratory, presumably the experience of his informant.[…]Nothing in Postol’s argument sounds like it was written by a chemist or someone with a working knowledge of chemistry. »

On peut d’ailleurs ici faire un aparté sur les erreurs de Ted Postol. Philippe Lemoine nous dit ainsi la chose suivante dans son troisième article :

« I’m not in a position to assess whether everything he says checks out, because I lack the necessary technical expertise, but so do the people who write for Bellingcat. (Again, Postol isn’t infallible and made at least one mistake in another report, which Eliot Higgins immediately pointed out on Bellingcat. But it was not a technical mistake and, to my knowledge, nothing else Postol has written about Syria has been proven wrong since 2013, which is more than I can say about Higgins or the New York Times. »

Notons tout d’abord que l’auteur n’apporte pas de preuves des erreurs supposées de Bellingcat et Higgins. De la même façon, quand Bellingcat interpelle les autorités russes sur les mensonges que ces dernières imputent au site d’investigation à propos du vol MH17 il n’obtient pas de réponse⁵³ :

« We yet again invite, & strongly encourage, @dpol_UN, @mod_russia @mfa_russia, and @RussiaUN to publish the evidence they frequently cite that shows Bellingcat is repeatedly using fake #MH17 evidence. We keep asking, but they choose to stay silent. Curious. »

Nous pouvons ensuite faire la liste des erreurs de Postol concernant la Syrie et d’autres sujets, avec tout d’abord les multiples erreurs en terme de chimie dans son échange avec Dan Kaszeta relevées par Cheryl Rofer dans l’article de Bellingcat sus-cité. Pour ce qui est ensuite de la bévue évoquée par Lemoine, elle n’est pas minime. Postol, dans un rapport rédigé en avril 2017, explique que le rapport US du 11 avril 2017 sur l’attaque du 4 avril sur Khan Cheikhoun est faux car un rapport français⁵⁴ publié le 26 avril placerait l’attaque à Saraqib, à 30 km de là. Le problème étant que le rapport français ne parle pas d’une seule attaque mais en compare deux : l’une ayant eu lieu à Saraqib le 29 avril 2013 et l’autre à Khan Cheikhoun le 4 avril 2017. Postol, ayant lu le rapport, ne fait donc pas la différence entre ces deux attaques bien que cela soit explicitement indiqué dans le rapport français :

« The presence of the same chemical compounds in the environmental samples collected during the attacks on Khan Sheikhoun on 4 April 2017 and on Saraqib on 29 April 2013 has therefore been formally confirmed by France. The sarin present in the munitions used on 4 April was produced using the same manufacturing process as that used during the sarin attack perpetrated by the Syrian regime in Saraqib. Moreover, the presence of hexamine indicates that this manufacturing process is that developed by the Scientific Studies and Research Centre for the Syrian regime. »

Le professeur respecté du MIT a donc une assez faible capacité de compréhension de texte et un sérieux problème avec les données chronologiques⁵⁵.

Ce spécialiste des armes a également quelques difficultés à les identifier correctement⁵⁶. En effet, dans un de ses rapports⁵⁷, publié le 8 mai 2017, il confond FAB-250 et OFAB 250–270. Cela n’est pas étonnant quand on voit que même RT en perd son cyrillique⁵⁸. Dans le même rapport, intitulé The Human Rights Watch report cites evidence that disaffirms its own conclusions about the alleged nerve agent attack at Khan Sheikhoun in Syria, il prend également une bombe à fragmentation RBK-500 pour une bombe non-guidée classique FAB-250 ou FAB-500. Les informations concernant ces munitions sont aisément accessibles sur internet, par exemple sur Globalsecurity.org⁵⁹. Dans un autre rapport⁶⁰, il tente d’analyser la direction du vent le 4 avril 2017, se trompe de 180 degrés et corrige son erreur dans un addendum⁶¹. Malheureusement pour Postol, la direction du vent n’a que peu d’importance comparée à la topographie pour ce qui est de la dispersion du sarin comme le montre le raport de l’OIAC du 29 juin 2017⁶² :

« The descending nature of the terrain from the initiation point and the distribution of the casualties support the promulgation of a chemical denser than air, which followed the slightly descending nature of the hill towards lower areas towards the West and South West of the likely initiation location, and along a street descending from the hill in a southerly direction. »

Ce même rapport de l’OIAC démontre également que la tentative de localisation des victimes potentielles par Postol sont fausses.

Enfin, un article de Morgan Carlston sur Bellingcat⁶³ démontre que Ted Postol et Richard M. Lloyd se sont plus que fourvoyés dans leurs analyses du système de défense anti-missile israélien, Iron Dome.

Nous avons donc ici présenté des articles rédigés par des gens ayant une certaine expertise technique et pointant les erreurs -nombreuses- de Postol. Espérons que ces éléments permettrons à Monsieur Lemoine de mettre son dossier à jour.

Ceci étant dit, pour Philippe Lemoine, les « preuves » qu’il présente ne sont pas suffisantes. Il va ainsi s’appuyer sur des déclarations de Carla Del Ponte, membre de la Commission indépendante internationale d’enquête pour la Syrie de septembre 2012 à août 2017 :

« A claim that is often made, not just by Higgins and Kaszeta but also by the media in general, is that the rebels could not possibly have chemical weapons, so any chemical attack in Syria can safely be blamed on Assad. But this claim obviously flies in the face of the facts, no matter how often it’s repeated. Back in 2013, Carla Del Ponte, a member of the Independent International Commission of Inquiry on the Syrian Arab Republic (IICISAR) and the former Chief Prosecutor for the International Criminal Tribunal for the former Yugoslavia and the International Criminal Tribunal for Rwanda, told the BBC that “what appears to our investigations [is] that [chemical weapons were] used by the opponents, by the rebels and we have no indication at all that … the authorities of the Syrian government have used chemical weapons” »

Premièrement, Bellingcat a publié un article⁶⁴ portant sur l’utilisation de gaz moutarde par l’EI. De plus, on trouve dans le Courrier International⁶⁵ ou Slate⁶⁶ le récit de la capture d’armes chimiques par le Front al-Nosra en 2012 (nous traiterons d’ailleurs ce point plus bas). Dire que Higgins et Kaszeta ou « the media in general » pensent que « any chemical attack in Syria can safely be blamed on Assad » est donc faux, surtout quand cette assertion n’est pas sourcée.

Ensuite, Carla Del Ponte a en effet déclaré, durant la première moitié de l’année 2013, que les rebelles avaient eu en leur possession des armes chimiques et s’en seraient servi pour conduire des attaques⁶⁷. Mais Del Ponte elle-même a admis qu’elle n’avait pas de preuves tangibles pour arriver à cette conclusion. Dans une interview avec Euronews du 7 juin 2013⁶⁸, où on lui demande si elle regrette avoir affirmé que les rebelles avaient utilisé des armes chimiques, elle répond :

« No absolutely not and I confirm that, but of course there is not conclusive evidence. There are first elements of an investigation and so let’s see what will happen during the investigation but we have some elements, of course, otherwise I would not speak about it. »

En mai 2013, la commission d’enquête sur la Syrie avait réagit aux propos de Del Ponte en déclarant⁶⁹ :

« The independent international Commission of Inquiry on the Syrian Arab Republic wishes to clarify that it has not reached conclusive findings as to the use of chemical weapons in Syria by any parties to the conflict. »

Et son rapport du 04 juin 2013⁷⁰ enfonçait le clou :

« There are reasonable grounds to believe that chemical agents have been used as weapons. The precise agents, delivery systems or perpetrators could not be identified. »

Rappelons que Del Ponte faisait partie de la commission qui a émit ces rapports et les a donc approuvés.

Le rapport A-HRC-25–65⁷¹ arrivait quant à lui à ces conclusions :

« The evidence available concerning the nature, quality and quantity of the agents used on 21 August indicated that the perpetrators likely had access to the chemical weapons stockpile of the Syrian military, as well as the expertise and equipment necessary to manipulate safely large amount of chemical agents. Concerning the incident in Khan Al-Assal on 19 March, the chemical agents used in that attack bore the same unique hallmarks as those used in la Ghouta. »

Il est également expliqué dans le rapport que la commission n’était arrivée à aucune conclusion quant à l’identité de ceux ayant mené ces attaques bien que le sarin utilisé à Khan Al-Assal, dont nous allons parler ensuite, soit le même que celui lancé sur la Ghouta. De plus, dans les interviews citées par Philippe Lemoine, Carla Del Ponte s’exprime en son nom et pas en celui de la commission d’enquête. Finalement Del Ponte a très clairement pointé⁷² du doigt le régime de Damas en ce qui concerne l’attaque de 2017 à Khan Cheikhoun :

« Clara Del Ponte est «certaine» de la culpabilité du régime de Bachar el-Assad. Elle l’a dit⁷³ à la RTS jeudi dernier, quelques heures avant les frappes américaines contre la base, d’où seraient partis les avions transportant le gaz mortel. »

Pour ce qui est de l’attaque sur Khan Al-Assal en mars 2013, les versions des membres du régime, des Russes et de leurs « supporters » ont été multiples. Une source proche de l’armée syrienne a d’abord évoqué une roquette artisanale remplie de gaz CL17 (chlore) qui aurait été tirée depuis Al-Bab par le Front Al-Nosra (représentant d’Al-Qaïda en Syrie)⁷⁴. La Russie a ensuite remis à l’ONU un rapport⁷⁵ d’une centaine de page (qui n’est pas public à ce jour) expliquant qu’une roquette artisanale aurait en effet été tirée par des rebelles mais que celle-ci contenait du sarin et que les coupables faisaient partie de la brigade « Basha’ir al-Nasr », composante de l’Armée Syrienne Libre⁷⁶.

Quant à la mission de l’ONU, elle ne dissipe pas plus le brouillard quant à l’attaque sur Khan al-Assal :

« The United Nations Mission received contradicting information as to how chemical weapon agents were delivered in the Khan Al Asal incident. Witness statements collected by the UNHRC Commission of Inquiry, provided to the United Nations Mission, supported the position by the Syrian Arab Republic that a rocket was fired from the neighborhood. However, according to other witness statements to the UNHRC Commission of Inquiry, an overflying aircraft had dropped an aerial bomb filled with Sarin. The United Nations Mission was not able to collect any primary information or any “untouched” artifacts relevant to the incident and necessary for an independent verification of the information gathered.⁷⁷ »

Lemoine postule la probabilité d’une attaque par les rebelles à Khan al-Assal car la localité était tenue par les forces gouvernementales et que les victimes étaient en majorité des soldats du régime de Bachar el-Assad. Pourtant il tient le raisonnement inverse pour ce qui est de l’attaque sur la Ghouta : comme le gouvernement n’est, selon lui, probablement pas responsable cela voudrait dire que les rebelles se seraient attaqués eux-mêmes.

Pour Philippe Lemoine, le fait que des membres d’Al-Nosra aient, 3 mois plus tôt, apparemment capturé une base du régime où étaient stockées des armes chimiques⁷⁸ est une autre preuve de la probable culpabilité des rebelles. Pour que cela soit le cas, il eut fallut que les conditions suivantes aient été réunies :

-Que le Front Al-Nosra ait capturé un stock de sarin sur la base gouvernementale du Régiment 111 (ce que l’article de Foreign Policy, en citant une source unique, laisse entendre).

-Que ce sarin ait été conservé, placé dans des roquettes artisanales et lancé sur Khan al-Assal par Al-Nosra.

Tout cela n’est pas impossible mais cette version des faits pose plusieurs question :

-Le gouvernement syrien ment-il quand il dit qu’aucun de ses stocks d’armes chimiques n’a été capturé par les rebelles?

-Le gouvernement aurait-il laissé les rebelles capturer un stock d’armes chimiques alors que ces derniers n’ont pas menés une attaque surprise mais un siège de plusieurs semaines?

-Comment se fait-il qu’aucun rapport d’une attaque au sarin par l’EI ne nous soit parvenu? Ce dernier, selon la source de l’article de Foreign Policy cité par Lemoine, ayant récupéré les stocks d’armes chimiques d’Al-Nosra, pourquoi n’a-t-il utilisé que du gaz moutarde dans les attaques qui lui sont attribuées?

Enfin, il eut fallut que Al-Nosra soit présent à Khan al-Assal en mars 2013 et ait lancé l’attaque, ce qui n’est pas la version retenue par le gouvernement russe qui accuse l’Armée Syrienne Libre dans son rapport.

Ake Sellströrm, dans l’interview⁷⁹ qu’il donne à CBRNe World en février 2014, donne une autre explication possible :

« When we come to Khan al Asal, there are two witness statements on how this happened: one is that it is rockets and the other is that it is friendly fire from a Syrian fighter jet. The interesting thing about those two stories is that the Syrian fighter pilot is missing. It is logical, if you do friendly fire as a pilot you would rather go missing than get caught, or this is your last flight and you are going to work for the opposition then you do something. »

Il souligne ensuite la particularité de Khan al-Assal par rapport aux autres événements où l’utilisation d’armes chimiques a été suspectée :

« It is an interesting case as the government were the first ones to do a real investigation and they invited the Russians, and then us, to do an investigation. The only reason we are not allowed to go there is that because we ask to go to Homs and other places, and the Syrians say, ‘Stop it, stop it. We asked you to come to Khan Al Asal, we didn’t ask you to come to Homs, or any other place. You are welcome to Khan al Asal, you are not welcome to any other place. We don’t want an Iraq in Syria.’ »

On ne peut donc exclure totalement la responsabilité de l’une ou l’autre des forces en présence en ce qui concerne l’attaque de Khan al-Assal. Mais cette conclusion ne prend en compte que les éléments connus au moment de la rédaction de cet article (de mai à août 2018) et de futurs indices nous feront peut-être modifier ce texte pour y inclure de nouvelles pistes de réflexion.

Mais nous retournons maintenant vers les événements de la Ghouta et en particulier les théories de Seymour Hersh sur lesquelles s’appuie également Philippe Lemoine :

« There is still more to cast doubt on the hypothesis that Assad was behind the attack in Ghouta. Seymour Hersh, a famous investigative journalist who, among other thing, broke the My Lai massacre and the Abu Ghraib scandal, argued in two detailed articles⁸⁰ published a few months after the attack that Turkey provided sarin to Syrian rebels. According to him, the Turkish government wanted them to carry out a false flag attack using chemical weapons in Syria, which Erdogan hoped would force the US to intervene against the regime. Indeed, as I already noted above, Obama had declared the use of chemical weapons a red line that Syria could not cross under any circumstances. »

Les théories impulsées par Hersh concernant la Turquie ont été réfutées par Higgins et Kaszeta dans un article⁸¹ du Guardian publié le 22 avril 2014 qui pointe, entre autres, le manque d’intérêt de Seymour Hersh pour les munitions utilisées à la Ghouta en août 2013. Alors qu’il est connu que le gouvernement a utilisé les roquettes de type « Volcano » bien avant la Ghouta, Hersh ne s’arrête pas sur ce détail. Pour lui, la Turquie a fourni des produits chimiques à Al-Nosra qui a ensuite assemblé le tout en Syrie avant de lancer les armes chimiques sur les rebelles pour provoquer une action militaire US contre el-Assad. Le processus est ainsi décrit, de manière pour le moins peu détaillée, dans cette interview de Hersh à Diken en avril 2014⁸² :

« So, materials trucked from Turkey into Syria and Aleppo. Including chemical to make up nerve gas… When they melted together, and they became something different. »

De plus, certaines des thèses de Hersh reposent sur des assertions difficilement vérifiables. Il explique par exemple que le laboratoire anglais de Porton Down aurait testé des échantillons de sarin transmis par les services russes en en aurait conclu que le produit utilisé le 21 août 2013 ne serait pas issu des stocks gouvernementaux⁸³. Pourtant, nous avons vu que les tests de l’OIAC et des services français ont établi que le sarin utilisé à Khan al-Assal, la Ghouta et Khan Cheikhoun avait la même provenance. Il faut donc ici mettre sur la balance une source anonyme de l’OIAC citée par Reuters⁸⁴ accompagnée par les conclusions d’un rapport officiel français face à la source anonyme citée par un journaliste apparemment dépassé par les événements. En effet, ce dernier, interrogé sur le fait que l’OIAC aille à l’encontre de ses théories sur l’attaque de Khan Cheikhoun, se défend d’un lacunaire « I learned just to write what I know, and move on »⁸⁵ pour décrire sa méthode de travail.

L’article de Hersh, The red line and the rat line, nous explique également que le Front Al-Nosra aurait entreprit la production de sarin à une échelle jamais vue depuis les efforts de Ben Laden en ce sens avant le 11 septembre 2001 et l’invasion de l’Afghanistan par la coalition occidentale. Un ouvrage paru en 2018 peut nous éclairer sur ce point précis : L’histoire secrète du djihad⁸⁶, de Lemine Ould Mohamed Salem. Ce dernier à interrogé en 2015 Abou Hafs al-Mouritani⁸⁷, l’ancien mufti d’Al-Qaïda et proche de Ben Laden (au point ou Lemine Ould M. Salem nous dit qu’il était « l’un des rares vrais proches d’Oussama Ben Laden. Il a été son ami, son conseiller, son script, son poète attitré[…]. »)⁸⁸. Un passage du livre traite précisément du désir du chef d’Al-Qaïda d’obtenir des armes non-conventionnelles. Abou Hafs nous dit ainsi que Ben Laden « avait lancé un programme d’obtention d’armes de destruction massive. Il voulait se doter d’un arsenal nucléaire et chimique, et il avait désigné des hommes pour travailler sur ces projets, dont Abou Hafs al-Masri (Mohamed Atef), le chef du département militaire d’al-Qaida. »⁸⁹. N’ayant pas réussi à obtenir du matériel radioactif, Ben Laden se tourne vers les armes chimiques car, nous explique Abou-Hafs, « elles étaient plus faciles à se procurer, puisqu’il suffisait de les fabriquer! ». Il nous décrit ensuite, sans vraiment le détailler, le programme chimique d’Al-Qaïda :

« Sous la direction d’Abou Hafs al-Masri […], al-Qaida avait installé un laboratoire de recherches pour la fabrication d’armes chimiques à Kandahar. Le programme était très avancé. Mais lui aussi s’est dissous après les attaques du 11 septembre. »

Cependant, Lemine Ould Mohamed Salem est circonspect devant les faits présentés par l’ancien terroriste :

« Je n’ai pas la certitude que ce qu’avance Abou Hafs est la vérité, car aucun laboratoire en tant que tel n’a été découvert officiellement à Kandahar. Mais je sais que selon le MI6, les services secrets britanniques, à cette époque des scientifiques pakistanais auraient bien procuré des informations techniques permettant théoriquement la réalisation d’armes chimiques ou nucléaires. Un ancien directeur du Commissariat à l’énergie atomique pakistanais a d’ailleurs été arrêté peu après le 11 septembre 2001, parce que son organisation entretenait des relations avec un mouvement terrorist lui-même lié à al-Qaida. Et un rapport de l’OTAN a révélé que des vidéos découvertes en Afghanistan en août 2002 ont apporté la preuve qu’al-Qaida s’employait a mettre au point des agents chimiques. L’une des vidéos montrait l’agonie de trois chiens soumis à l’action d’un agent chimique, du gaz sarin ou du cyanure gazeux. »⁹⁰

Cela est confirmé dans un article de CNN d’août 2002 expliquant que ces expériences eurent lieu au camp de Darunta⁹¹. On est cependant loin des centaines de morts de la Ghouta. Si Al-Nosra a en effet produit du sarin en quantité suffisante pour un tel massacre, on peut en effet parler d’un énorme changement d’échelle : si Al-Qaïda n’a apparemment pu qu’expérimenter sur une poignée d’animaux en étant totalement libre de ses mouvements en Afghanistan de 1996 à 2001 et que sa branche syrienne a réussi une opération bien plus complexe en quelques mois dans une zone de guerre, cette dernière doit avoir en son sein des génies en terme de logistique et des scientifiques exceptionnels. Il est troublant que le groupe terroriste syrien n’ait pas répété ce type d’opération contre ses ennemis, ce qui devait être pourtant plus aisé à organiser qu’une attaque « false flag » avec l’aide de la Turquie pour obtenir l’aide du plus ancien ennemi d’Al-Qaïda, les États-Unis d’Amérique.

On peut donc se demander quelle version de l’affaire Monsieur Lemoine choisit-il entre celle postulant la capture de sarin par Al-Qaïda (puis l’EI) en décembre 2012, celle de la livraison du produit en pièces détachées par la Turquie ou encore celle d’un effort solitaire d’Al-Nosra.

Dans son article il va en tout cas explorer la deuxième option en citant le cas d’arrestations ayant eu lieu le 30 mai 2013 en Turquie :

« Hersh’s claims were later supported by the allegations made in December 2015 by Turkish members of Parliament, who claimed that, back in 2013, several people had been arrested with chemicals in the South of Turkey a few weeks before the attack in Ghouta. According to them, the prosecutor’s office had wiretapped conversations proving that they were making sarin, but this was almost completely ignored in the Western media.
Back in 2013, when the arrests took place, several Turkish newspapers had reported that the suspects were members of Al Qaeda in Syria and were caught with sarin, but the Turkish government later denied this. The prosecutor in charge of the case was replaced after a week and the suspects were released. According to the Turkish members of Parliament who accused their government in 2015, the suspects immediately crossed into Syria and were never seen again. Erem Erdem, one of the members of Parliament who made those allegations, faced charges of treason as a result. He and his colleagues made those allegations less than a month after two journalists were arrested because they claimed, with pretty damning evidence, that Turkey’s intelligence services had supplied weapons to islamist rebels in Syria. This was another claim that Hersh independently made in the reports he published about the role of Turkey in the Syrian civil war. »

Trois médias turcs (Taraf, Cumhuriyet et Aksam) ont ainsi annoncé que douze membres d’Al-Nosra auraient été arrêté en possession de deux kilos de sarin à Adana, leur but ayant été de conduire des attaques en Turquie. Selon un article⁹² du « western media » le Figaro du 30 mai 2013 les douze hommes auraient été arrêtés à Adana mais également à Istanbul et dans deux autres provinces. De plus, le gouverneur Huseyin Avni Cos a démenti le fait que du sarin ait été découvert lors des arrestations. Cela est confirmé par un article du Hurriyet Daily News du 30 octobre 2013 :

« Qassap was arrested along with five Turkish suspects, who were later released after lab tests proved the chemicals seized during the operation were not sarin gas. »

De plus, contrairement à ce qu’explique Philippe Lemoine, seuls six suspects sur douze furent relâchés.

Pour ce qui est de la conversation enregistrée par le procureur turc et prouvant que les suspects préparaient du sarin, l’analyse en a été faite par Dan Kaszeta sur Bellingcat⁹³. Voici ce qu’il nous dit en conclusion de son article :

« If I wanted to write a recipe for Sarin that looked broadly correct, but which would never result in any actual Sarin (or even harm the producers) it is the sort of thing I would do. The alleged Sarin production plot does not add much, if any, clarity to the events of 8/21. Indeed, even if it were correctly reported, it could not yield Sarin, and certainly not in the quantities that would have been needed for 8/21. All we have at present is a wrong recipe and some odd allegations. »

Nous avons donc une fausse recette, un sarin non-existant et un imbroglio juridique turc où médias et politiques sont mêlés autour d’une probable barbouzerie du régime d’Erdogan pour livrer des armes à des groupes rebelles syriens. Mais supposons que les suppositions de Hersh, et donc de Philippe Lemoine, soient exactes. Cela nous inspire la réflexion suivante : Le gouvernement turc a-t-il fourni en 2013 du sarin à Al-Nosra alors que le groupe préparait des attentats sur son sol? En clair, le gouvernement turc aurait donc livré une demi-tonne de sarin à Al-Qaïda en sachant que le groupe terroriste travaillait contre lui. Et Al-Nosra aurait tenté d’organiser une attaque chimique au sarin contre un de ses probables alliés qui laissait entrer (et peut-être fournissait) armes et combattants en Syrie. Bien entendu il faut aussi prendre en compte le fait que, selon Seymour Hersh, la Turquie n’a pas fourni directement le sarin mais juste ses ingrédients que Al-Nosra auraient ensuite mélangés en Syrie.

Nous pouvons donc maintenant nous intéresser au processus de fabrication du sarin. Rappelons avant toute chose que, pour Seymour Hersh et ceux qui le croient, Al-Nosra a obtenu le produit qu’il aurait utilisé à la Ghouta de la manière suivante :

« So, materials trucked from Turkey into Syria and Aleppo. Including chemical to make up nerve gas… When they melted together, and they became something different. »

Dans une autre interview à CNN⁹⁴, l’ancienne grande figure du journalisme d’investigation précise l’idée qu’il se fait des manipulations à effectuer pour obtenir la formule C4H10FO2P :

« It’s not hard to make sarin. You can mix it in the backyard — two chemicals melded together. »

Il reçoit sur ce point le soutien d’un poids lourd en la personne de Bachar el-Assad qui dans une interview⁹⁵ à Fox News expliquait :

« The sarin gas (is) called kitchen gas. You know why? Because anyone can make sarin in his house »

Nous allons maintenant mettre ces affirmations face au cas le plus célèbre de terrorisme chimique : l’attaque au sarin du métro de Tokyo exécutée le 20 mars 1995 par la secte Aum Shrikyo. Nous ne nous pencherons pas ici sur la secte elle-même ou son idéologie et étudierons simplement sa production de sarin. Monsieur Lemoine, sachant que le cas Aum Shirikyo serait avancé pour discréditer les théories de Hersh, note dans la deuxième partie de son dossier :

« the Japanese sect Aum Shirikyo had shown that a non-state actor could have a facility capable of manufacturing as much as 70 tons of sarin. (Of course, as I explained in my original post, we also have reasons to think that a state, such as Turkey, could have provided rebels with sarin or helped them manufacture it.) »

Signalons tout d’abord que ces actions de la part de la Turquie iraient très clairement à l’encontre de la Convention sur l’interdiction des armes chimiques⁹⁶ et en particulier des articles I et VII dont elle est signataire. La Turquie est également membre -aux côtés de 40 autres états — du Groupe Australie⁹⁷. Cette instance a pour but de prévenir et limiter la prolifération d’armes chimiques. De plus, la Turquie n’a apparemment jamais été un pays producteur de sarin à des fins militaires, et n’a jamais été un utilisateur d’armes chimiques.

Pour ce qui est de la production de sarin par la secte japonaise, nous-nous sommes basés sur l’article Wikipedia relatant l’attaque de mars 1995⁹⁸, un rapport⁹⁹ de juillet 2011 du Center for a New American Security ainsi que sur l’ouvrage Ataxia : The chemical and biological terrorism threat and US response (en particulier le troisième chapitre¹⁰⁰), publié en octobre 2000 et dont les auteurs sont Amy Smithson (que nous avons citée plus haut) et Leslie-Anne Levy. Ces deux derniers textes ont donc été publiés avant les attaques chimiques majeures ayant eu lieu en Syrie et on peut difficilement les accuser de justifier une intervention occidentale en disculpant les rebelles.

Tout d’abord, l’opération à coûté environ 30 millions de dollars à la secte¹⁰¹. La production de sarin dans son usine, baptisée Satyan 7, fut compliquée et ponctuée d’incidents, dont des fuites de produits toxiques¹⁰². Les dirigeants d’Aum Shirikyo désiraient mettre en place une structure capable de produire 70 tonnes de sarin (d’où le chiffre avancé par Philippe Lemoine et Gareth Porter). Mais en réalité, entre septembre 1993 et l’attaque du métro de Tokyo en mars 1995 la secte ne pu produire qu’entre 40 et 50 litres de sarin en employant une centaine de ses membres. Rappelons que cela équivaut à la capacité d’une seule roquette « Volcano » du type de celles — au minimum 8 et au maximum 12 — lancées sur la Ghouta. D’après Amy Smithson, la production de Satyan 7 fut plus proche des 30kg au total alors que le but de la secte Aum était de 2 tonnes par jour.

Finalement, analysant la menace posée par des groupes aux visées similaires à celles d’Aum Shirikyo, voici ce que nous disent les auteurs d’Ataxia¹⁰³ :

« By almost any standard, Aum was a terrorist nightmare-a cult flush with money and technical skills led by a con-man guru with an apocalyptic vision, an obsession with chemical and biological weaponry, and no qualms about killing. This dangerous combination left scars on Japan and by proxy on the rest of the world, but much of what has been written or said about the sect has embellished Aum’s prowess with chemical and biological agents and the effects of its attacks with those agents. The sect’s scientists located the agent formulas readily, but no chemistry book gave them detailed instructions about how to work with these exceedingly volatile materials. Aum’s chemical program experienced several toxic production accidents, and the cult’s attempts to disseminate poison gas often jeopardized the lives of cult members.
While it is theoretically true that a quart of nerve agent contains about a million lethal doses, the oft- discussed basement terrorist would labor roughly two years to make enough sarin to kill five hundred outdoors and another eighteen years to produce the ton of sarin required to kill ten thousand. No one disputes that bathtub manufacturing poses a threat to public safety, but this setting is incongruous with causing mass casualties. »

Il faudrait donc croire que la Turquie, pays membre de l’OTAN et d’organisations ayant pour but la destruction et la non-prolifération des armes chimiques et n’ayant apparemment aucune expérience pour ce qui est de la fabrication de sarin (qui plus est dans des quantités industrielles et de qualité militaire), aurait fournit cette arme chimique ou ses précurseurs à des organisations qui :

-préparaient des attentats sur le territoire turc¹⁰⁴.

Et/ou,

-envisageaient d’utiliser du sarin contre leurs alliés grâce à des copies de roquettes utilisées par l’armée d’Assad depuis au moins novembre 2012¹⁰⁵, tout cela dans le but de peut-être pousser les USA (autre pays membre de l’OTAN) à intervenir contre el-Assad.

C’est donc une bien belle théorie mais nous avons pu constater le cuisant échec de ce plan alambiqué. Échec répété sans arrêt depuis cinq ans d’ailleurs, les rebelles et autres jihadistes n’ayant pas compris que se gazer eux-mêmes ne servirait visiblement pas à provoquer une intervention militaire occidentale pour renverser Assad. Il est par ailleurs étrange que des gens assez féroces pour dévorer leurs ennemis¹⁰⁶ ne le soient pas assez pour utiliser du sarin contre eux plutôt que d’en disséminer dans leurs propres quartiers. Stratégies et tactiques cohérentes ne sont décidément pas à la portée de tout le monde.

Gareth Porter propose pour sa part une autre théorie intéressante. Il explique que la quantité de sarin utilisée à la Ghouta serait non pas d’une demie-tonne environ mais de 50 litres (c’est à dire la production totale d’Aum Shirikyo). Les copies des roquettes « Volcano » lancées par les rebelles sur la Ghouta auraient en fait contenu un mélange approximatif de 90% d’eau et de 10% de sarin. Cela aurait donc permis d’expédier « plus » de sarin sur les cibles visées¹⁰⁷ :

« Kaszeta has estimated that as much as a ton of sarin may have been used in the attack, based on an old US military manual for planning a battlefield attack to achieve sufficient casualties — an amount presumed to be beyond the capability of the Syrian opposition. Postol and Lloyd have estimated, on the other hand, that 600 liters of sarin would have been required to launch the attack on August 21, based on a total capacity of 50 liters of sarin for each rocket and a total of 12 rockets.
That estimate was based on the volume of the rockets, which can hold roughly 50 liters of liquid. Postol told Truthout he believes they must have been fully loaded, because loading them only partially could have resulted in the rockets being unstable and “tumbling,” rather than traveling their full range.
But sarin is soluble in water, and if the pH of the water is neutral (i.e., pH=7), the sarin does not break down for roughly 5.4 hours, according to a 2002 article in the journal Critical Care Medicine. That means that each rocket could have contained as little as 5 to 10 liters of sarin mixed with 40 to 45 liters of water, thus reducing the total amount of sarin used in the attack to as little as 60 liters — the same order of magnitude of Sarin as produced by the clandestine Aum Shinryko laboratory. »

Encore une fois, ces thèses nous poussent à nous interroger sur certains points :

-Pourquoi utiliser 8 ou 12 munitions remplies d’un sarin très dilué plutôt que 6 ou trois plus létales?

-Comment 50 litres de sarin ont-ils pu faire environ 500 morts en extérieur alors que l’attaque de mars 1995 à Tokyo a fait 12 morts avec 10 litres environ? Notons cependant les limites de cette comparaison : la qualité du produit, le mode de dispersion et les soins apportés aux victimes sont différents dans ces deux cas. Il reste que, si l’on suit la théorie de Porter, la question se pose.

-Ensuite, pourquoi mélanger de l’eau à du sarin alors que l’hydrolyse est un des moyens de neutralisation de ce produit¹⁰⁸?

-Quatrièmement, si les rebelles ont produit des dizaines de litres de sarin, où est leur Satyan 7? On ne parle en effet pas ici d’une simple cuve dans un appartement mais d’une véritable usine comme le savent tous ceux qui ont pu voir des photos de l’usine d’Aum Shirikyo.

-Finalement, comment se fait-il que les tenants de cette théorie n’aient pas été capables de retracer les produits utilisés par la Turquie ou les rebelles pour la fabrication de sarin? Syrian Archive et le magazine belge Knack ont pourtant pu tracer¹⁰⁹ les précurseurs du sarin expédiés en Syrie depuis la Belgique¹¹⁰; ce travail est donc possible.

Nous avons donc pu voir que cette « piste » turque repose sur énormément d’incohérences difficilement conciliables avec la réalité. S’il est fort probable que la Turquie ait joué un rôle trouble en Syrie (et continue de le faire), en ce qui concerne le sujet des armes chimiques, et du sarin en particulier, nous sommes ici dans le domaine de l’extrapolation dure, voir de l’imaginaire complet.

Philippe Lemoine cite cependant un dernier élément en faveur de la culpabilité des rebelles en ce qui concerne l’attaque sur la Ghouta. Il rapporte ainsi l’affaire Piccinin et Quirico, un écrivain belge et un journaliste italien à la Stampa pris en otage en 2013 en Syrie et relâchés en septembre peu après l’attaque du 21 août :

« There is more evidence in favor of the hypothesis that the attack in Ghouta was a false flag attack perpetrated by rebels in the hope of dragging the US into the civil war. In April 2013, Pierre Piccinin and Domenico Quirico, respectively a Belgian writer and a journalist for La Stampa in Italy, were abducted by rebels in Syria. (The group that kept them hostages, by the way, was the Farouq Brigade. This particular group was described as “moderate” by the media, until its commander was filmed mutilating the body of a dead Syrian solider and eating his heart. If this is what journalists call a moderate, I’d hate to run into someone they consider extremist in a dark alley.) »

Comme nous l’avons maintenant vu à plusieurs reprises en étudiant les textes de Monsieur Lemoine, il faut y démêler les faits des approximations, cette anecdote ne faisant pas exception. L’homme que Lemoine présente comme le commandant de la brigade al-Farouq est Abou Sakkar, kunya de Khaled al-Hamad¹¹¹. S’il a en effet commis un acte de cannibalisme sur un ennemi décédé il n’est par contre pas le commandant de la Brigade al-Farouq mais aurait été probablement à la tête d’une de ses subdivisions : la Brigade Indépendante Omar al-Farouq. De plus, au moment de l’enlèvement des deux occidentaux, la Brigade al-Farouq est un mouvement en état de délitement. Comme le dit une source anonyme à Lalibre.be¹¹² :

« Ma source souligne l’état de décomposition d’Al Farouk depuis plusieurs mois, l’assèchement des sources de financement et la dérive criminelle de certaines branches. Cela ne prouve pas la responsabilité du haut-commandement des bataillons Al Farouk mais il semble bien que des commandants d’un certain niveau soient impliqués. »

Il est donc fort probable que dans ces deux cas, des groupes ou individus plus ou moins affiliés à l’Armée Syrienne Libre auraient commis des exactions. Cependant il faudrait confirmer l’identité du groupe ayant enlevé et retenu les deux otages. Il faut finalement noter qu’Abou Sakkar, ayant rejoint Al-Nosra, aurait été tué dans des combats contre l’Armée Syrienne Libre.

Pour ce qui est du cœur de l’affaire qui nous concerne ici, on peut le résumer de la manière suivante : les deux occidentaux auraient entendu de leur(s) cellule(s) une conversation en anglais sur Skype entre trois individus (dont un se présentant comme un général de l’Armée Syrienne Libre). Ces derniers auraient estimé que l’attaque sur la Ghouta aurait été le fait des rebelles pour provoquer une intervention occidentale. Si Piccinin estime que cette conversation est une description de la réalité et y voit une preuve de la culpabilité des rebelles, Quirico est beaucoup plus nuancé et précise¹¹³ qu’il est « fou de dire que je sais que ce n’est pas Assad qui a utilisé le gaz », et de poursuivre, « Je n’ai aucun élément qui vient confirmer cette thèse ni aucune idée de la fiabilité ou de l’identité des personnes qui parlaient », pour enfin conclure que, « dans ce contexte, il est impossible de savoir si c’était des «bavardages» ou des informations pertinentes ».

La version de Piccinin constitue pourtant pour Philippe Lemoine une preuve quasi-certaine de la culpabilité des rebelles :

« it’s clearly evidence in favor of the hypothesis that the attack in Ghouta was not perpetrated by the regime, but was a false flag attack committed by rebels in order to drag the US into the war. »

Il paraît cependant imprudent de tirer ces conclusions de l’interprétation de cette conversation par Puccinin, un homme qualifié par le journaliste Christophe Ayad « d’aventurier sans fantaisie, [de] chercheur sans qualification […] bref, un touriste de la guerre »¹¹⁴. De plus, il est intéressant de noter que la conversation entendue par les deux otages se serait tenue en anglais. Nous aurions pensé que des rebelles syriens se seraient exprimés en arabe. A moins que le troisième interlocuteur ne soit pas arabophone. Nous ne voudrions cependant pas ouvrir la porte à de nouvelles théories farfelues et en resteront là.

Nous pensons donc ici avoir fait le tour de la question en ce qui concerne l’attaque au sarin sur la Ghouta, Pour reprendre la terminologie de Monsieur Lemoine, nous ne disons pas que les rebelles ne sont pas responsables, mais que les arguments utilisés pour disculper le régime souffrent, au mieux, d’un manque d’information et, au pire, d’une mythomanie effrontée.

Les mêmes techniques et la même rhétorique sont mis en œuvre pour proposer une réalité alternative quant à l’attaque d’avril 2017 contre la ville de Khan Cheikhoun que nous étudions dans une troisième partie.

SOMMAIRE GÉNÉRAL:
-Les charlatans du factuel: la Syrie sous le feu conspirationniste 1/4: Attaquer les médias et relayer la propagande russe — Le brouillage des pistes
-Les charlatans du factuel: la Syrie sous le feu conspirationniste 3/4: Guerre informationnelle à Khan Cheikhoun
-Les charlatans du factuel: la Syrie sous le feu conspirationniste 4/4: Une analyse biaisée de la situation politique et sociale syrienne

[1] http://www.bbc.com/news/world-middle-east-23806491

[2] https://obamawhitehouse.archives.gov/the-press-office/2013/08/30/government-assessment-syrian-government-s-use-chemical-weapons-august-21

[3] https://www.theguardian.com/commentisfree/2016/sep/22/syria-obama-us-president-putin-russia

https://www.washingtonpost.com/opinions/global-opinions/what-exactly-nonintervention-has-produced-in-syria/

https://www.independent.co.uk/voices/syria-civil-war-barack-obamas-policy-has-utterly-failed-and-left-him-looking-less-effectual-on-the-a6872506.html

https://www.bbc.com/news/world-us-canada-38297343

[4] https://www.nytimes.com/2013/09/01/world/middleeast/syria.html

[5] https://www.theguardian.com/world/2015/may/24/syria-regime-accused-of-using-chlorine-bombs-on-civilians

[6] Le Caisne G., Opération César, Editions Stock, 2015, pp. 216 et 220

Étant donné que cette question est également expédiée en une phrase par Philippe Lemoine, citant un autre article de Rick Sterling (le peu sérieux rédacteur du dossier sur les Casques Blancs évoqué plus haut) nous ne nous attarderons pas sur cette question, à laquelle Garance Le Caisne a consacré un ouvrage.

[7] https://necpluribusimpar.net/beware-propaganda-syria/

[8] https://www.theatlantic.com/magazine/archive/2016/04/the-obama-doctrine/471525/

[9] L’intervention de 2011 en Libye a d’ailleurs surtout été le fait de la France et du Royaume Uni.

[10] https://www.theatlantic.com/international/archive/2012/10/this-is-50-50-behind-obamas-decision-to-kill-bin-laden/263449/

[11] https://www.cnn.com/2013/08/21/world/meast/syria-civil-war/index.html

[12] https://www.theatlantic.com/international/archive/2013/09/your-labor-day-syria-reader-part-2-william-polk/279255/

[13] https://louisproyect.org/2017/04/17/going-postol-how-an-mit-professor-ended-up-in-bashar-el-Assads-camp/

[14] https://www.youtube.com/watch?v=4TgwkhmHHfY

Syria: David Duke Interviews SyrianGirlpartisan — April 10, 2013

[15] https://www.memri.org/tv/american-white-supremacist-david-duke-addressing-damacus-demonstration-support-syrian-president/transcript

[16] https://www.thedailybeast.com/the-kardashian-look-alike-trolling-for-assad

[17] http://www.ancreport.com/podcast/ted-postol-talks-of-syrian-girls-case-against-the-criminal-neocons-attack-on-her/

[18] @PartisanGirl est ainsi mentionnée par Philippe Lemoine sur Twitter les 3 et 4 juillet 2017 quand il met ses deux derniers articles sur la Syrie en ligne :

https://twitter.com/phl43/status/881905408234971136

https://twitter.com/phl43/status/882280644272943105

[19] https://twitter.com/RussiaUN/media

[20] https://www.lrb.co.uk/v36/n10/letters

[21]https://www.nytimes.com/2013/12/29/world/middleeast/new-study-refines-view-of-sarin-attack-in-syria.html

[22] https://www.bellingcat.com/news/mena/2014/07/15/identifying-government-positions-during-the-august-21st-sarin-attacks/

https://www.bellingcat.com/resources/articles/2015/01/01/updated-google-earth-imagery-from-august-24th-2013-reveals-more-details-about-the-august-21st-sarin-attack/

[23] https://www.bellingcat.com/resources/case-studies/2014/08/10/locating-the-rockets-used-during-the-august-21st-sarin-attacks-in-damascus/

[24] https://www.bellingcat.com/resources/case-studies/2014/07/15/volcanoes-in-damascus/

https://www.bellingcat.com/news/mena/2018/06/14/chemical-munitions-used-syrian-government-2012-2018/

https://www.bellingcat.com/news/mena/2017/11/11/latest-opcw-reports-provide-connections-syrian-government-august-21st-2013-damascus-sarin-attacks/

[25] https://www.bellingcat.com/news/mena/2018/06/14/chemical-munitions-used-syrian-government-2012-2018/

[26] http://www.un.org/zh/focus/northafrica/cwinvestigation.pdf

Appendice 5 du rapport de l’OIAC intitulé Report on the Alleged Use of Chemical Weapons in the Ghouta Area of Damascus on 21 August 2013.

[27] http://www.janes360.com/images/assets/839/32839/syrian_chem_weapons.pdf

Voir aussi l’article de Jonathan McLaughlin pour le Wisconsin Project intitulé : A Resilient Threat: SSRC’s Role in Syria’s Chemical Weapon Program

https://www.wisconsinproject.org/a-resilient-threat-ssrcs-role-in-syrias-chemical-weapon-program/

[28] https://www.nytimes.com/2013/09/05/world/middleeast/rockets-in-syrian-attack-carried-large-payload-of-gas-experts-say.html

[29] https://www.bellingcat.com/author/dankaszeta/

« I have been trained and qualified as a military CBRN defense specialist (honor graduate at the US Army Chemical School), a fully trained Hazardous Materials Technician, a licensed Emergency Medical Technician (EMT), a Secret Service advance coordinator, an antiterrorist search adviser, and many other qualifications in the defense and security fields. »

[30] https://cryptome.org/2014/08/postol-debunks-kaszeta.pdf

Notons que le rapport s’intitule A Brief Assessment of the Veracity of Published Statements in the Press and Elsewhere Made by Dan Kaszeta, A Self-Described Expert on the Science and Technology of Chemical Weapons. Postol parle de « self-described expert » et Philippe Lemoine, peut-être inspiré par cette formulation, de « self-proclaimed expert ».

[31] Mais quand on lit cette interview de Jeanne Guillemin, travaillant au MIT, sur l’utilisation d’armes chimiques par le régime de Damas on comprend pourquoi :

http://news.mit.edu/2017/jeanne-guillemin-discusses-syria-chemical-attack-0420

[32] https://www.reuters.com/article/us-syria-crisis-chemicalweapons-exclusiv/exclusive-tests-link-syrian-government-stockpile-to-largest-sarin-attack-sources-idUSKBN1FJ0MG

[33] https://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/170425_-_evaluation_nationale_-_francais_-_final_1_cle0a7971.pdf

Évaluation nationale Attaque chimique du 4 avril 2017 (Khan Cheikhoun) Programme chimique syrien clandestin

[34] http://graduateinstitute.ch/home/research/centresandprogrammes/ccdp/who-we-are/affiliates/jean-pascal-zanders.html

http://www.the-trench.org/biography/

https://www.frstrategie.org/frs/chercheurs/jean-pascal-zanders

[35] http://www.the-trench.org/syrias-cw-declarations/

[36] https://www.bellingcat.com/resources/2017/05/03/amines-and-sarin-hexamine-isopropylamine-and-the-rest/

[37] https://www.securitycouncilreport.org/atf/cf/%7B65BFCF9B-6D27-4E9C-8CD3-CF6E4FF96FF9%7D/s_2017_904.pdf

Letter dated 26 October 2017 from the Secretary-General addressed to the President of the Security Council

[38] http://www.cbrneworld.com/_uploads/download_magazines/Sellstrom_Feb_2014_v2.pdf

[39] Ibid.

[40] http://carnegie-mec.org/diwan/54863?lang=en

[41] https://www.bellingcat.com/news/mena/2018/06/21/know-hexamine-syrias-sarin/

Ce dossier présente d’ailleurs le travail effectué par le site d’information Mediapart dans deux articles de René Backman :

https://www.mediapart.fr/journal/international/020617/armes-chimiques-le-regime-syrien-construit-son-arsenal-avec-laide-de-plusieurs-pays

https://www.mediapart.fr/journal/international/010617/comment-bachar-el-Assad-gaze-son-peuple-les-plans-secrets-et-les-preuves

[42] http://www.mintpressnews.com/the-failed-pretext-for-war-seymour-hersh-eliot-higgins-mit-professors-on-sarin-gas-attack/188597/

[43] http://www.voltairenet.org/article180284.html
Ghouta chemical weapons came from Turkish Army

[44] https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9seau_Voltaire

[45] https://fr.wikipedia.org/wiki/Thierry_Meyssan

[46] https://fr.wikipedia.org/wiki/L%27Effroyable_Imposture

[47] http://www.voltairenet.org/article186408.html
Un 11 Septembre français ? Qui a commandité l’attentat contre Charlie Hebdo ?

[48]http://www.lefigaro.fr/vox/histoire/2014/05/27/31005-20140527ARTFIG00100-non-franck-ferrand-le-site-d-alesia-n-est-pas-une-supercherie.php

[49] http://www.truth-out.org/news/item/23368-new-data-raise-further-doubt-on-official-view-of-aug-21-gas-attack-in-syria

[50] https://en.wikipedia.org/wiki/Gareth_Porter

[51] https://twitter.com/mare_indicum

[52] https://www.bellingcat.com/news/mena/2018/08/06/naive-set-assumptions-experts-view-ted-postol-hexamine-theories/

[53] https://twitter.com/bellingcat/status/1025446433028231168

[54] http://www.diplomatie.gouv.fr/en/country-files/syria/events/article/chemical-attack-in-syria-national-evaluation-presented-by-jean-marc-ayrault

[55] https://www.bellingcat.com/resources/articles/2017/04/28/professor-theodore-postol-mit-vs-concept-time/

[56] https://www.bellingcat.com/news/mena/2017/07/28/khan-sheikhoun-seymour-hersh-learned-just-write-know-move/

[57] https://normanpilon.files.wordpress.com/2017/05/theodore-a-postol.pdf

[58] https://www.youtube.com/watch?v=1bq0seicPsI

[59] https://www.globalsecurity.org/military/world/russia/bombs.htm

[60] http://www.moonofalabama.org/images5/KhanSheikhunPostolSummary.pdf

[61] https://www.globalresearch.ca/important-correction-the-nerve-agent-attack-that-did-not-occur-khan-sheikhoun-syria/5586891

[62] https://www.opcw.org/fileadmin/OPCW/Fact_Finding_Mission/s-1510-2017_e_.pdf

[63] https://www.bellingcat.com/news/rest-of-world/2016/02/18/dont-doubt-the-iron-dome/

[64] https://www.bellingcat.com/news/mena/2016/09/21/signs-mustard-gas-use-september-isis-chemical-attacks/

[65] https://www.courrierinternational.com/article/enquete-comment-daech-sest-procure-ses-armes-chimiques

[66] http://www.slate.fr/story/122361/armes-chimiques-etat-islamique

[67] Déclarations bien entendues relayées à l’époque par les « mainstream media », dont Le Monde :

https://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2013/05/06/les-rebelles-syriens-ont-utilise-du-gaz-sarin-selon-carla-del-ponte_3171289_3218.html

[68] http://www.euronews.com/2013/06/07/the-realities-of-the-syrian-conflict-carla-del-ponte

[69] https://www.reuters.com/article/syria-crisis-chemical/update-1-un-distances-self-from-report-syrian-rebels-used-nerve-gas-idUSL6N0DN2KQ20130506

[70] https://www.ohchr.org/Documents/HRBodies/HRCouncil/CoISyria/A-HRC-23-58_en.pdf
A-HRC-23–58 Report of the Independent International Commission of Inquiry on the Syrian Arab Republic

[71] https://www.securitycouncilreport.org/un-documents/document/ahrc2565.php

et http://www.ohchr.org/en/hrbodies/hrc/regularsessions/session25/documents/a-hrc-25-65_en.doc

[72] https://www.letemps.ch/monde/damas-responsable-trois-quarts-attaques-chimiques-syrie

[73] https://www.rts.ch/info/monde/8524527-carla-del-ponte-la-responsabilite-d-assad-est-certaine-dans-l-attaque-chimique.html

[74] https://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/middleeast/syria/9950036/Syria-chemical-weapons-finger-pointed-at-jihadists.html

[75] https://www.mcclatchydc.com/news/nation-world/world/article24755251.html

[76] https://m.rusemb.org.uk/article/press-statement-by-he-ambassador-vitaly-churkin-permanent-representative-of-the-russian-federation-to-the-united-nations-on-the-use-of-chemical-weapons-in-syria

[77] https://unoda-web.s3.amazonaws.com/wp-content/uploads/2013/12/report.pdf
United Nations Mission to Investigate Allegations of the Use of Chemical Weapons in the Syrian Arab Republic

[78] https://foreignpolicy.com/2016/08/17/how-the-islamic-state-seized-a-chemical-weapons-stockpile/

[79] http://www.cbrneworld.com/_uploads/download_magazines/Sellstrom_Feb_2014_v2.pdf

[80] https://www.lrb.co.uk/v35/n24/seymour-m-hersh/whose-sarin

https://www.lrb.co.uk/v36/n08/seymour-m-hersh/the-red-line-and-the-rat-line

[81] https://www.theguardian.com/commentisfree/2014/apr/22/allegation-false-turkey-chemical-attack-syria

[82] http://www.diken.com.tr/seymour-hersh-in-an-interview-with-diken-claims-that-turkish-intelligence-and-military-were-behind-the-sarin-gas-attack-in-syria/

[83] https://www.lrb.co.uk/v36/n08/seymour-m-hersh/the-red-line-and-the-rat-line

[84] https://www.reuters.com/article/us-syria-crisis-chemicalweapons-exclusiv/exclusive-tests-link-syrian-government-stockpile-to-largest-sarin-attack-sources-idUSKBN1FJ0MG

[85] https://www.bellingcat.com/news/mena/2017/07/28/khan-sheikhoun-seymour-hersh-learned-just-write-know-move/

[86] https://editions.flammarion.com/Catalogue/hors-collection/recits-et-temoignages/lhistoire-secrete-du-djihad

OULD M. SALEM, Lemine. L’histoire secrète du djihad — D’al-Qaida à l’État Islamique, Paris, Flammarion, 2018, 240p.

Voire la recension de l’ouvrage par Romain Caillet sur son blog :

http://jihadologie.blogs.liberation.fr/2018/02/19/lhistoire-du-jihad-contemporain-raconte-par-un-membre-influent-dal-qaida/

[87] De son vrai nom Mahfoud Ould el-Waled.

[88] Op. Cit., p.11

[89] Ibid., p.159

[90] Id., p.160

[91] https://web.archive.org/web/20130407174830/http://archives.cnn.com/2002/US/08/19/terror.tape.chemical/

Voir aussi cet article de la BBC sur l’utilisation d’armes chimiques par les mouvements djihadistes :

https://www.bbc.com/news/world-middle-east-34262447

[92] http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/05/30/97001-20130530FILWWW00751-turquie-des-islamistes-syriens-arretes.php

[93] https://www.bellingcat.com/news/2015/10/28/turkishsarin/

[94] https://edition.cnn.com/videos/world/2013/12/09/exp-lead-intv-seymour-hersh-syria-whose-sarin.cnn

À 5:50.

[95] http://www.foxnews.com/politics/2013/09/19/defiant-assad-claims-government-did-not-use-chem-weapons-vows-to-abide-by.html

À 8:20.

[96] https://www.opcw.org/fr/convention-sur-linterdiction-des-armes-chimiques/

[97] http://www.australiagroup.net/en/participants.html

[98] https://en.wikipedia.org/wiki/Tokyo_subway_sarin_attack

[99] https://s3.amazonaws.com/files.cnas.org/documents/CNAS_AumShinrikyo_Danzig_1.pdf

[100] https://www.stimson.org/sites/default/files/file-attachments/atxchapter3_1.pdf

[101] https://en.wikipedia.org/wiki/Tokyo_subway_sarin_attack#cite_ref-14

[102] https://www.stimson.org/sites/default/files/file-attachments/atxchapter3_1.pdf

[103] https://www.stimson.org/sites/default/files/file-attachments/ataxiaexecsum_1.pdf

[104] http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/05/30/97001-20130530FILWWW00751-turquie-des-islamistes-syriens-arretes.php

[105] https://www.bellingcat.com/resources/case-studies/2014/07/15/volcanoes-in-damascus/

[106] https://www.ibtimes.co.uk/syria-rebel-bite-heart-abu-sakkar-homs-467440

[107] https://truthout.org/articles/new-data-raise-further-doubt-on-official-view-of-aug-21-gas-attack-in-syria/

[108] https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1566810/

[109] https://www.bellingcat.com/resources/case-studies/2018/04/19/methodology-tracked-illegal-shipment-sarin-precursor-belgium-syria/

[110] https://syrianarchive.org/en/investigations/belgium-isopropanol/

[111] https://fr.wikipedia.org/wiki/Brigade_al-Farouq

[112] http://www.lalibre.be/actu/international/pierre-piccinin-a-bien-ete-detenu-par-al-farouk-524650f335703eef3a091d75

[113] http://www.liberation.fr/planete/2013/09/09/gaz-sarin-dissension-entre-les-deux-otages-de-retour-de-syrie_930519

[114] https://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/06/06/les-mesaventures-de-tintin-au-pays-de-bachar_1712985_3218.html