Que pourrais-je raconter de ce bon vieux temps ?

Les derniers grains de sable ne vont pas tarder à s’écouler dans le creux du sablier de la 2015ème année après J.C. Je m’apprête d’ailleurs à le déposer dans un coffre qui se refermera le 31 décembre à minuit pour laisser place à un autre qui… se clôtura un an plus tard de cette même manière.

Photographie : Jon Ottosson

Bon nombre de souvenirs plus ou moins beaux, plus ou moins terribles et/ou merveilleux suivront le sablier.

Ses souvenirs sont composés de multiples questions. Ma vision de l’univers s’est beaucoup affinée cette année. Comme chacun, je fut déstabilisé par les attentats qui ont touchés la France dès le début de l’année. Je fut surtout déstabilisé par le sens qui se trouve derrière tout ça. Le plus triste, c’est que la barbarie ne touche non seulement l’Europe, elle touche la terre entière. Et les “terroristes” ne sont pas les seuls à détruire qui nous sommes et ce qui nous permettent d’être libre de vivre. Sans entrer dans les détails, le monde change d’apparence. Il n’est plus comme quand je l’imaginais enfant. Il n’est plus comme on me l’avait promis. Je me retrouve désormais face à d’innombrables questions qui, je le sais, ne trouverons pas de réponse dans les années à venir.

Me voilà ainsi en cette fin d’année: interrogé du monde qui m’entoure, effrayé et excité de vivre le futur qui ne fait que de commencer.

Photographie par Pablo Garcia Saldana

Alors que la société occidentale s’est vue détruite à plusieurs reprises cette année, je me suis parallèlement vu grandir et découvrir qui j’étais vraiment. Je pensais qu’atteindre l’âge de 18 ans — socialement indiquant: être suffisamment mûr pour être accepté en tant qu’individu responsable et ayant assez de connaissance pour participer en tant que tel dans le mouvement social — n’allait pas changer grand chose dans ma vie. Mais en réalité, en cette fin d’année, je me rend progressivement compte qu’être accepté dans la société m’a permis à accepter qui je suis et à saisir ce qui peut être bien en moi. J’ai accepté de croire en mes passions qui paraissent extravagantes pour de nombreuses personnes. J’ai véritablement accepté de croire— minusculement — en moi.

C’est ainsi que ma dernière année en tant que Lycéen fut extraordinaires. J’ai pu définitivement me nouer d’amitié avec des personnes formidables qui jamais ne me quitterons et ne cesserons de m’encourager. C’est une chose qu‘à peine je ne réalise. Pourtant, nombreuses ont été les déceptions.

J’ai pu m’entourer de fabuleuses personnes, ce qui m’a d’ailleurs permis de réaliser mon tout premier court-métrage “Scored”. Le succès de ce projet m’a conduit au choix de poursuivre mes études dans l’univers du cinéma et de l’internet. Je ne saurais jamais remercier toutes les personnes qui ont participé à ce projet ou qui nous ont soutenu depuis le tout début.

En 2015, j’ai appris à croire en moi.

Photographie souvenir du dernier jour au Lycée

C’est ainsi que j’ai pu être diplômé du Baccalauréat et que j’ai pu rejoindre l’IUT François Rabelais de Blois. Cette année ne signifie donc plus seulement l’année de ma majorité. Elle signifie également le début de ma vie d’étudiant. Une vie, qui me laisse seul au milieu d’un monde qui a alors changé de visage.

J’ai effectué le premier pas sur l’immense pont qui surplombe l’inconnu et qui me guide à l’avenir… Un avenir qui je l’espère sera aussi immense que la forêt qui se trouve face à moi.

Photographie par Nick Scheerbart. Le choix de cette photo représente pour moi le chemin retrouvé qui mène à mon avenir. Le moment est venu de le suivre… Derrière les arbres se trouvent toutes les réponses à mes questions.

Que dois-je retenir avant la traversée de ce fameux pont ? Cette 2015ème année après J.C fut totalement dingue. Entre le succès de mon tout premier court métrage et la nouvelle vie d’étudiant, il s’est passé de très nombreuses choses qui resterons à jamais dans mon esprit.

Cinématographiquement, Hollywood n’a jamais été aussi extravagant. Entre les reboots de sagas cinématographiques (le majestueux Mad Max: Fury Road, le médiocre Jurassic World et le visuellement magnifique Star Wars: The Force Awakens qui avale tout ce qu’il peut — $$$), le retour de Pixar avec Vice Versa, la découverte des créations originales Netflix et l’ensemble des films indépendants qui m’ont transporté avec eux… Mon budget cinéma a explosé cette année. Plus que jamais, j’ai passé la plupart de mon temps au cinéma. Plus que jamais, ma passion pour les salles obscures n’a été aussi forte. Mes yeux sont remplies d’étoiles — pas celles d’Hollywood Boulevard mais presque. Me rendre dans les salles de cinéma m’a permis d’en apprendre humainement sur le monde et de croire en ce dernier. Cette année encore, je n’ai cessé de réaliser l’importance du cinéma pour moi. Cette importance s’est énormément répercuté sur qui je suis. Je n’ai jamais été aussi inspiré pour écrire et dessiner. Cela m’a conduit à la rencontre de cinéastes, d’animateurs radios et ingénieurs sons qui ont accepté de me dévoiler une partie des coulisses de l’immense monde fermé du cinéma. Je vois cela comme un accueil. Cet accueil à bras ouvert va considérablement m’aider à la traversé du pont de l’avenir. Je l’espère en tout cas.

Au delà de ces rencontres professionnelles, je retiens également tout ceux qui m’ont montré qu’ils étaient véritablement présents. Je sais que plus jamais je ne serais seul. Je n’oublierais pas les journées de tournages entre potes pour la déconne ou le plaisir, je n’oublierais pas les journées dans les parcs d’attractions. Je n’oublierais pas les soirées anniversaire entre nous…

Que pourrais-je raconter de cette année 2015 ? Un tas de choses. Avant d’entrer la clef dans la serrure du coffre, aux souvenirs et au sablier je glisserais peut-être un dernier parchemin…

Je pourrais encore écrire des heures entières. Je ne saurais définir la taille du parchemin. Je pourrais conter des histoires et partager ma nouvelle vision de la vie. Et ce que je souhaiterais partager au travers du cinéma. Mais… les heures s’écoulent. Je dois mettre tout cela de côté pour les années à venir. Au revoir, 2015. Te laisser me permettra de poursuivre un long combat…

Je vous donnes rendez-vous en janvier pour la publication d’un nouvel article qui introduira un tout nouvel univers. Bonnes fêtes à tous et meilleurs vœux pour 2016 !


Vous avez apprécié cet article ? N’hésitez-pas à le partager et à cliquer sur le petit cœur de Medium !

Me suivre sur les réseaux sociaux: Twitter — Facebook

Merci d’avoir pris le temps de me lire !

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.