Réduire le stress grâce au sport

Qu’elle était plaisante l’époque où l’on restait derrière son bureau de 8h à 19h, où l’on passait 30 ans dans la même entreprise et où le stress, quand il était considéré, était vu comme une authentique faiblesse à pudiquement dissimuler sur le lieu de travail.

On faisait du fric, on avançait, c’était bien.

Stoooop!

Depuis Darwin et son Expression of the Emotions in Man and Animals (1872), l’idée qu’un être vivant puisse être physiologiquement et émotionnellement impacté par son environnement a heureusement fait un beau bout de chemin, et c’est en 1974 qu’Hans Seyle évoque pour la première fois le “distress”, notion utilisée par la psychologie de la santé jusqu’à aujourd’hui.

Suicides, burn-out, baisse de la performance économique : le stress est bien visible. Cette exposition nouvelle a généré un consensus : la réduction du stress doit faire partie des priorités RH.

Alors comment mettre en place des stratégies de réduction du stress efficaces ? Nouvelles méthodes de management, droit à la déconnection ou travail à domicile ? Notre équipe a choisi de s’intéresser à l’impact du sport sur nos vies professionnelles.

Parlons hormones et neurotransmetteurs. Le sport permet aux individus de libérer de l’endorphine, hormone du plaisir qui est dispersée dans le tissu nerveux. Cette réaction du corps nous fait ressentir une profonde détente directement après l’activité physique. La sérotonine fait partie des autres hormones régulatrices d’humeur à être sécrétées: un vrai boost pour les sportifs ! La revue scientifique PLos One publiait ainsi une étude française montrant que seul 6% des sportifs entrainés souffraient de stress chronique, contre 14% de la population française. Notre corps est donc en mesure de fabriquer un médicament naturel contre le stress. Pourquoi s’en priver ?

J’illustrerai cette idée avec une expérience personnelle, vécue lors d’un stage au sein d’une grande entreprise française de distribution d’articles de sport.

Au moins 3 midis par semaine, les équipes prenaient 1 heure de leur temps pour pratiquer l’activité sportive de leur choix ! Rugby, course à pied, football et basket, il y en avait pour tous les goûts. J’ai notamment eu l’occasion de transpirer avec un manager de mon service, à qui je n’aurais jamais osé adresser la parole en contexte formel. Les échanges entre collaborateurs sont inévitablement plus détendus suite à ces séances, et le stress s’en trouve limité de facto.

Alors peut-être éprouverez-vous une certaine réticence à partager une douche collective avec Gégé de la compta, mais ne sous-estimez pas les bénéfices du sport, ils sont réels !

Théophile Lemaitre, pour Sportifly