C’est notre deuxième semaine de cours en DWM et voilà que notre premier et dernier workshop est lancé. Le sujet se dévoile, il s’agit de repenser des interfaces de bornes. Trois choix de supports s’offrent à nous : des distributeurs d’argent, des distributeurs de billets de train ou des bornes de location de vélos.

Après concertation, nous avons décidé d’opter pour les interfaces de bornes de la SNCB pour la simple et bonne raison que la première étape lors de nos déplacements à travers la Belgique commence souvent par l’achat du titre de transport. Notre objectif pour ce workshop est de rendre cette étape intuitive, plus simple et accessible à l’ensemble des usagers.

Comprendre avant d’entreprendre

La première étape de notre travail était d’identifier concrètement les problèmes auxquels faisaient face régulièrement les utilisateurs de ces bornes mais aussi de recueillir les besoins et les attentes de ceux-ci. Pour cela nous avons décidé de mener une étude de terrain qui consistait à conduire des observations auprès d’un panel d’utilisateurs représentatif de la cible.

Nous avons également lancé un formulaire de sondage sur internet et mené des interview dans différentes gares. Nous avons aussi analysé en détail l’interface des bornes

afin de repérer précisément les problèmes d’ergonomie qu’un usager pouvait rencontrer lors de l’achat de son billet tout en retenant également le positif.

Cette étape a été un pilier important de notre travail. Elle nous a permis de cibler les problèmes pour mieux les solutionner.

Première présentation et levée de fonds

Une semaine après le début du workshop, nous devions vendre notre projet auprès des 2ème année en DWM. Pour l’occasion les professeurs ont imprimé de l’argent sous forme de billets à l’effigie du directeur de l’école, monsieur JACOB. Ils ont ensuite distribué 600 Jacob par étudiant qui pouvaient les investir comme bon leur semblait dans le ou les projets qui les attiraient le plus.

Repenser la structuration et les fonctionnalités

À partir des résultats obtenus grâce à l’étude sur le terrain, nous pouvions repenser la structuration des contenus et des fonctionnalités de l’interface des bornes(par la méthode de tri à carte) et proposer des informations et des outils mieux adaptés à l’expérience des utilisateurs.

Pour cela nous avons créé des personas afin de rendre notre projet plus réaliste et de se mettre à la place des utilisateurs divers tout en s’appuyant sur des situations bien réelles. Nous avons également mis en place des objectifs concrets afin de visualiser au mieux la direction qu’allait prendre notre projet et faciliter l’étape de la conception.

Conception des maquettes d’interface

Une fois la correction de l’architecture du contenu réalisée, nous pouvions nous pencher sur la conception de la maquette d’interface et la mise en place de l’identité graphique.

Nous tenions à nous débarrasser de tout ce qui pouvait être superflu afin de ne pas créer une masse d’information inutile dans laquelle l’utilisateur risquait de se perdre. Nous pouvions alors nous attaquer à la réalisation des wireframe en nous basant sur l’architecture du contenu décidé lors de l’étape précédente. Cela nous a permis de concevoir notre prototype qui nous servira à tester la compréhension des contenus, la navigation, la facilité d’interaction et l’utilité des fonctionnalités.

Le prototype en main, nous avons commencé les tests utilisateur. Sur base d’observations, de remarques et de recommandations, la conception des interfaces a fait l’objet de plusieurs itérations afin de construire progressivement les futures interfaces de notre borne.

Quant au design, nous avons choisi l’épuration et la sobriété. Notre but étant la mise en évidence de l’information, il nous fallait à tout prix éviter la surcharge.

L’application mobile en complément

En complément aux interfaces de bornes nous avons développé une application mobile. Cette dernière permettrait aux utilisateurs de pré-configurer leurs trajets avant même d’arriver à la gare. Un QR code est généré par la suite. Une fois à la gare, ils n’ont plus qu’à scanner le QR code à la borne et récupérer leur tickets.

Repenser entièrement la borne

Nous avons décidé de ne pas faire les choses à moitié. Nous avons donc pour l’occasion construit une borne.

L’équipe

Pour ce workshop notre équipe était composées de sept personnes. Une équipe de communication composée de quatre personnes, un facilitateur et deux développeurs.

Voir le site de présentation

Show your support

Clapping shows how much you appreciated meriem siouani’s story.