Je suis en affaires, et je suis en principe contre l’aide gouvernementale aux entreprises.

En principe, parce que je crois que les jeunes entreprises ont parfois besoin d’un coup de pouce pour franchir certains seuils. Je crois aussi que des entreprises florissantes, créatrices d’emplois, peuvent trébucher et avoir besoin d’une aide temporaire pour se relever.

Si vous êtes adepte de la “main invisible du marché” comme régulatrice de l’économie, vous savez que cette doctrine ne peut fonctionner que si toutes les entreprises sont en réelle compétition, et que les mêmes règles s’appliquent à tous. …


L’article « Simons à la croisée des chemins » nous apprend que le détaillant, après avoir ouvert son 15e magasin à grande surface suite à des investissements de +200M$, cherche des partenaires pour financer la mise sur pied d’un centre de distribution, estimée à 125M$.

La construction de ce centre vise à améliorer la capacité de distribution de l’entreprise pour soutenir la croissance des ventes en ligne. On comprend du reste de l’article que le détaillant fait face à des vents contraires et que les décisions à venir sont cruciales. De l’aveu même de M. …


L’impact des taxes sur le commerce de détail? Sujet intéressant, et sûrement pertinent d’un point de vue fiscal.

Mais le plus urgent, le plus important? Vraiment?

Il faut se donner les outils pour gagner, pas seulement pour essayer d’arrêter de perdre.

Lire l’article dans le Journal de Québec


Pendant que les médias parlent des récentes (et nombreuses) fermetures de détaillants, on oublie une tendance encore plus lourde, et aux impacts potentiellement plus grands : l’effet du commerce en ligne sur l’immobilier commercial.

En 2017, GAP, JC Penney, H&M, Toys R Us et de nombreux autres détaillants ont annoncé des fermetures de magasins. Sears est disparu des radars, La Baie est en mauvaise posture. Au Québec, Souris Mini s’est placé sous la protection de la loi sur la faillite pour se donner un levier de négociation avec les propriétaires des centres commerciaux où se trouvent ses enseignes. …


J’ai donné le titre “Partie 1" à ce billet semi-humoristique, mais en fait, j’aurais pu l’appeler “Partie 127” vu les innombrables lenteurs & lourdeurs de Postes Canada pour les entreprises. Un point à souligner : les gens de terrain de PC font en général un très bon travail. Mais à chaque fois qu’on a affaire à l’administration ou pire, aux TI, on diminue notre espérance de vie de 5 ans.

Pendant que nous tentons d’expédier un colis vers la France pour Rituels, l’interface en ligne de Postes Canada plante constamment (QUELLE SURPRISE, COMME C’EST RARE!!!) …


J’ai eu le plaisir d’être invité à la soirée UX du 21 février où Laure Gabrielle Chatenet m’a interviewé sur mon passage de consultant à commerçant. Puisqu’on m’avait envoyé les questions à l’avance, j’ai commencé par prendre quelques notes, puis quelques autres, et encore d’autres. Finalement, je me suis dit que je partagerais le tout avec vous.

Q- Peux-tu nous parler des débuts de Rituels? Comment as-tu eu l’idée? Quels sont les besoins non satisfaits qui t’ont poussé à la lancer?

J’étais mon premier client parce que j’avais des problèmes de peau après le rasage, et que je ne trouvais personne qui vendait ce qu’il fallait pour régler mon problème d’une manière qui me convenait. Soit ils n’y connaissaient rien, soit ils se prenaient terriblement au sérieux ou étaient invisibles sur le Web. Ou même les trois. Je me suis dit qu’il y avait peut-être assez de gens comme moi pour créer une entreprise. …


À chaque fois qu’une innovation ou une menace externe bouleverse une industrie, plusieurs entreprises résistent au changement.

Le commerce de détail est secoué par une tempête parfaite : l’éclatement du marché de masse en une multitude de niches. L’importance pour une nouvelle génération de consommateurs d’acheter des produits qui correspondent aussi à leurs valeurs, pas seulement à leurs besoins. Le changement de définition des termes “centre-ville”, “classe moyenne”, “proximité”. Le vieillissement d’une part importante de la clientèle, la précarité économique prolongée d’une autre. Un marché, même local, de plus en plus multiculturel. …


Je serai l’invité/l’interviewé/la victime de Laure-Gabrielle Chatenet lors de la soirée Ux à Québec du 21 février 2017, au Cercle.

Ce sera mon premier contact “officiel” avec l’industrie du numérique depuis la vente de Sigmund il y a 2 ans. C’est avec beaucoup de plaisir mais aussi une certaine émotion que je m’y replongerai le temps d’une soirée. Après, je retournerai vendre des rasoirs. ;)

En tant que transfuge passé “du côté sombre de la marque”, mon point de vue a changé sur l’importance, la pertinence et les façons d’intégrer le Ux dans les opérations d’une entreprise. …


Il y a maintenant un peu plus d’un an que la boutique Rituels de Québec est ouverte.

En fait, l’entreprise existe depuis 2011, mais les 5 premières années, pendant lesquelles je ne m’en occupais qu’à temps très, très partiel, n’étaient qu’une longue période de gestation. Rituels est réellement venue au monde en octobre 2015, quand l’entreprise est devenue mon occupation principale. (Le magazine Les Affaires offre d’ailleurs un bon résumé de l’histoire.)

Depuis, l’ouverture d’une boutique ayant pignon sur rue, le service à la clientèle “face à face”, les relations avec le personnel dans un univers différent de ce que je connaissais, la gestion des stocks et des fournisseurs, la création de produits, la croissance importante des ventes et d’une communauté autour de la marque ont été autant d’occasions de confronter mes connaissances théoriques du commerce de détail à la réalité. …

About

J’ai vendu mon agence de marketing numérique pour devenir détaillant et créer une marque. Journal de mes apprentissages, glorieux et/ou humiliants.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store