J’ai perdu 20 ans à chercher ma vocation alors qu’elle était juste en face de moi

« Christophe Colomb a traversé l’océan Atlantique en espérant rejoindre les Indes, mais il s’est retrouvé en Amérique à la place » expliquais-je frénétiquement à Léa, ma petite cousine de 10 ans.

Grâce au globe poussiéreux qu’elle avait sorti de sa chambre, je tentais de lui donner un petit cours d’histoire et de géographie. Il faut dire qu’avec tous mes voyages, j’en ai des choses à raconter sur cette belle planète Terre.

Malheureusement, Léa ne semble pas aussi passionnée que moi sur le sujet. Il semblerait qu’elle préfère les jeux de son iPad plutôt qu’à chercher des pays aux noms obscurs sur le globe.

Par contre, ces moments passés avec elle à faire tourner ce globe m’a projeté en arrière. Très loin en arrière. Lorsque j’avais 10 ans et que je faisais tourner mon globe en rêvant d’explorer ces pays dont je connaissais les capitales par cœur.

À ce moment, une révélation est apparue.

Laissez-moi vous expliquer.

Le jeu des capitales

Demandez à mes parents mon jeu préféré lorsque j’étais plus petit, ils vous répondront surement « le jeu des capitales ». Le principe est simple, on me dit un pays et je dois deviner les capitales.

Oulan Bator en Mongolie, Canberra en Australie, Rabat au Maroc … je connaissais toutes les capitales compliquées et j’en étais fier.

Qu’est-ce que j’aimais contempler mon globe, l’analyser et le faire tournoyer avec ardeur sur son axe.

Je me souviens d’ailleurs en CM2 lors d’un cours de géographie, mon professeur a décidé de prendre une carte du monde et de nous faire découvrir de nouveaux pays.

L’excitation est montée d’un cran. Je savais que j’allais aimer cette heure !

Étant plutôt timide, je n’ai jamais été un cador de la participation à l’école, au contraire. Par contre, je peux vous dire que lors de ce cours, j’avais le bras levé à tous les coups. Je n’avais qu’une envie, cracher ma science et montrer que je savais quelque chose. Je me suis rendu compte que toutes ces heures à regarder ce globe étaient finalement utiles.

Avez-vous déjà ressenti ce sentiment ? Celui où vous connaissez plus de choses que 90% des gens présents ? Ce sentiment où vous avez l’impression d’être utile, d’apporter une valeur ajoutée.

Je m’en souviens encore.

Pour être honnête, je n’ai jamais vraiment compris d’où venait cette « passion » pour la géographie. Je suppose que c’était juste gravé en moi.

Vous avez probablement vécu quelque chose de similaire étant enfant.

Une sorte d’obsession inexplicable qui occupait tout votre temps libre. La construction avec des légo, faire des courses en vélo, écrire des histoires, chanter à tue-tête …

Cette obsession présageait probablement quelque chose …

20 ans après, j’ai compris la signification de ce globe

Lorsque Léa m’a quitté pour une activité plus distrayante, je discute rapidement avec Céline, ma tante. Je lui raconte que j’adorais regarder ce globe lorsque j’étais petit.

Elle m’a répondu « tu étais surement prédestiné à voyager ».

Et là, tout s’est stoppé net.

En quelques secondes, elle avait résolu l’une des plus grandes questions de ma vie !

« À quoi suis-je destiné ? »

Et si cette passion du voyage développée au cours de ces dernières années n’était pas une coïncidence ?

Et si cette passion du voyage était en moi durant toutes ces années, mais qu’elle ne s’est jamais exprimée clairement ?

Et si cette passion du voyage était ma vocation, devrait être à l’essence même de ma vie ?

Depuis 8 ans, je parcours le monde. 
Depuis 18 mois, je suis en voyage à durée indéterminée.

J’ai vécu en Slovaquie, au Canada, en Espagne ou en Colombie et je vis actuellement à Cluj en Roumanie. Je ne compte plus le nombre de pays par lesquels je suis passé, mais on doit bien friser la cinquantaine.

Je me rends compte d’un truc.

Je suis en train de réaliser mon rêve de gosse, sans l’avoir vraiment cherché.

Depuis ces années à l’école primaire, j’étais en fait destiné à voyager, vivre à l’étranger et explorer les beautés de ce monde.

Réaliser tout ça a renforcé mes choix de vie.

Celui de passer le plus clair de mon temps à voyager et vivre en dehors de la France. Et confirme plus encore, l’idée de faire de mon blog, Traverser La Frontière une véritable référence pour ceux qui veulent d’une autre vie, ailleurs.

Il a juste fallu que je passe ces instants avec Léa, au fin fond de la campagne lyonnaise pour m’en rendre compte.

Votre vocation est-elle enfouie quelques années en arrière ?

Trouver sa vocation, faire un travail qui compte et s’épanouir tous les jours forme un rêve qui semble parfois inaccessible.

Maintenant, je sais dans quelle direction aller dans ma vie. A l’aube de mes 30 ans, je sais que le voyage fera partie inhérente à mon existence.

(au pire j’irais me réfugier dans les bois à construire des cabanes, un autre de mes passetemps favori étant gamin)

Et vous ?

Et si votre destinée était ancrée au fond de vous ?

Et si le but de votre vie était en fait juste devant vos yeux ?

Et si votre vocation se trouve en fait loin, dans votre enfance ?

Si vous avez l’impression de ne pas être vraiment heureux dans votre vie ou votre travail, essayez de vous remémorer vos souvenirs d’enfance. Ce que vous aimiez faire, à quoi passiez-vous votre temps, quels étaient vos rêves.

Avec un peu de chance, vous trouverez là les réponses à vos questions les plus profondes.

Je vous le souhaite.

Mais que va devenir Léa ?

Inspirée par mon oncle, Léa est une vraie sportive ! Elle s’essaye à tous les sports, elle est tout le temps en train de bouger et possède une énergie incroyable, une vraie pile électrique.

Elle a aussi un véritable talent pour écrire et raconter des histoires. Son imagination est presque sans limites. Sans compter sur son aisance à jouer la comédie et faire son show devant un public.

Il est impossible de prévoir ce que va devenir Léa, mais il y a de fortes chances que ses passions actuelles jouent un rôle important dans son futur. Promis, dans 10 ans j’écrirais un nouvel article sur ce qu’elle est devenue.

En attendant, allez fouiner dans votre passé. Vous y ferez probablement de fascinantes découvertes.


PS : Il s’agit de mon premier article sur Medium. Si cela vous a plu, cliquez sur le joli cœur juste en bas et partagez-le, cela me rendra heureux !

PS 2 : Si vous ne voulez pas louper les prochains articles, j’ai créé une petite newsletter (inscription ici). Je vous enverrais un email uniquement lorsque je publierais un article sur Medium.