Réseaux sociaux : être ou bien paraître ? Telle pourrait être la question.

Michel Nsenga Pedro
3 min readMar 7, 2023

--

Vous vous êtes déjà demandé comment applications et réseaux sociaux influent sur notre comportement et nos relations dans la vraie vie ? Qu’est-ce qui détermine l’utilisation que nous en faisons ?

La lumière au bout du tunnel

Avec l’avancée technologique, et l’avènement de l’ère internet, le début des années 2000 a constitué une période propice à de nombreuses innovations et initiatives numériques. Parmi elles, à l’image des MSN, Myspace, BBM, skyblogs, et j’en passe, de nombreux acteurs ont fait de cette évolution numérique une opportunité de relier les personnes entre elles.

C’est ainsi que la messagerie est devenue de plus en plus instantanée et que les journaux autrefois intimes, se sont peu à peu dévoilés notamment. En 2004, un acteur comme Facebook, a peu à peu littéralement révolutionné le réseau social. Et avec toutes ces évolutions, est né l’espoir d’une ouverture sur le monde qui nous entoure, de plus de partage et d’échange.

Tentation de mise en scène

La démocratisation de ces plateformes a poussé au fur et à mesure la majorité à considérer sortir de son premier cercle et à entrer en interaction avec d’autres personnes plus éloignées. Se faisant, est revenue au premier plan la pression toujours sous-jacente de validation sociale, en référer à l’avis et à l’approbation d’autrui.

Bien que dépeint ici dans le contexte des réseaux sociaux, ceci a toujours existé entraînant parfois un travestissement de notre nature profonde. Du bourgeois se donnant pour noble à l’influenceur mettant en scène sa vie parfaite d’entrepreneur à succès.

Comme on me le disait encore récemment, lorsque nous rencontrons quelqu’un, l’une des premières questions qui va toujours être posée est : « Qu’est-ce que tu fais dans la vie ? » comme pour pouvoir catégoriser chaque personne rencontrée. De cette catégorisation automatique et inconsciente, naît parfois la tentation d’enjoliver, cacher ou mettre en scène.

Et s’il était encore temps…

Prendre du recul par rapport à tout cela, et considérer mon rôle dans cet écosystème m’a poussé à me questionner. Alors sans remettre en cause les merveilleux avantages de toutes ces solutions ô combien pratiques, en regardant autour de moi, j’ai dressé le constat que le numérique n’avait pas encore pleinement contribué à plus de lien social.

Selon la visée des différents outils que nous utilisons, les interactions que nous générons numériquement n’en restent que trop superficielles. Sommes-nous vraiment conscients des pensées, opinions, aspirations, des personnes avec lesquelles nous échangeons ? Ou même dans la vraie vie, lorsqu’on nous demandons comment va notre interlocuteur(-rice), est-ce par formalité ou sommes-nous vraiment attentifs à la réponse ?

Tout cela, m’a conduit personnellement à m’engager en créant l’entreprise Qalisa avec cette vision légèrement utopique :

Il est encore temps de changer les règles et de remettre le numérique au service du réel.

Des interactions de qualité, un retour à l’essentiel, et humaniser les relations que nous pouvons générer en cassant les barrières. Si vous vous retrouvez dans ce constat et cette vision, n’hésitez pas à nous suivre sur LinkedIn et Instagram, pour plus d’actualités concernant nous comptons nous y prendre.

--

--