La Défense : au coeur des préoccupations du MR

Les menaces ont profondément évolué ces dernières années, elles se sont aussi multipliées et se font sentir sur la défense de l’espace euro-atlantique et sur notre sécurité au sens large, dans notre pays ou à l’étranger. Analyser notre situation sécuritaire actuelle à l’aune uniquement des menaces diplomatiques et militaires classiques serait une erreur. Les conflits d’aujourd’hui sont de nature asymétrique et hybride.

Image for post
Image for post

Des puissances comme la Chine ou la Russie ont réémergé ; elles proposent un modèle idéologique alternatif autoritaire et moins soucieux des droits de l’homme que le modèle démocratique et libéral transatlantique. La pression migratoire provenant d’Afrique et du Proche-Orient déséquilibre nos sociétés et notre système social. Le terrorisme, à grande ou à petite échelle, représente un risque majeur pour notre sécurité et pour l’importante cohésion de nos sociétés. Le déploiement de système de propagande et de désinformation (fake news) est aussi une arme de l’arsenal hybride déployé par ces puissances.

L’ordre diplomatique multilatéral basé sur les Nations Unies, l’Union européenne, l’OSCE et l’OTAN est le socle des relations internationales de la Belgique depuis la fin de la seconde guerre mondiale. C’est un choix que le MR confirme avec d’autant plus de force que ce multilatéralisme est gravement menacé.

La Belgique, qui compte sur ce multilatéralisme pour assurer sa sécurité, sa défense et, par déduction, la stabilité indispensable au maintien et au développement de la prospérité du pays, son développement économique et son bien-être social, doit y respecter ses engagements et y jouer pleinement son rôle.

Ces engagements, le Gouvernement Michel les a respectés : après des années de sous-investissements et de réductions du personnel, notre Défense va bénéficier d’un effort budgétaire conséquent pour procéder à des réinvestissements et acheter du matériel moderne.

Image for post
Image for post

Le développement d’une capacité de sécurité au niveau européen, y compris militaire, s’inscrit fidèlement dans l’alliance atlantique, qui reste la pierre angulaire de la défense pour les pays qui en sont membres. Il n’y a ni contradiction ni concurrence, mais au contraire complémentarité, entre la Politique de sécurité et de défense commune (PSDC) et la défense collective de l’OTAN qui reste la plus efficace des organisations de défense dont nous disposons.

La Stratégie globale de l’UE adoptée en 2016 place l’UE comme un acteur essentiel de sa propre sécurité. Elle doit se doter d’une autonomie stratégique propre. A cette fin, les mécanismes de décision de la PSDC devront être profondément revus. La règle de la majorité qualifiée doit être introduite progressivement.

Les priorités du MR sont :

1. Mettre en œuvre la vision stratégique et la Loi de Programmation Militaire

Le renouvellement complet des capacités opérationnelles est un impératif absolu. Il ne peut être, comme par le passé, « abandonné au milieu du gué ». L’accroissement des investissements dans les infrastructures dévolues à l’entraînement, à la simulation ou à l’accueil des nouveaux programmes permettra l’amélioration du niveau de qualité de la préparation de nos forces. Le concept « train as you fight » sera la règle.

Image for post
Image for post

2. Recruter et fidéliser le personnel via un statut attractif

Recrutement de plus de 10.000 militaires et civils au cours de la période 2019–2024.

Lancement d’une nouvelle dynamique pour attirer et fidéliser au sein de la Défense des jeunes de tous les horizons et de toutes les qualifications, à la fois dans les domaines opérationnels ou techniques. Ce défi sera l’enjeu de la prochaine législature : faire correspondre niveau d’ambition, qualité et quantité des équipements et qualité et quantité des membres du personnel.

Aucune fermeture de quartier ne sera nécessaire sous la prochaine législature. Amélioration de la transition professionnelle : les conditions d’accès des militaires à la fonction publique doivent être simplifiées. Les modalités de reconnaissance des qualifications et de l’expérience acquises par les militaires seront développées. Pour les fins de carrières, mise en place de dispositifs spécifiques d’aides au départ pour les militaires amenés à quitter la défense en tenant compte de la carrière effectuée ainsi que de la spécificité du métier.

3. Contribuer à la consolidation d’une défense en Europe

Révision du mécanisme de décision d’engagement des EU Battle Group. Augmentation de la part des coûts communs financés à travers le Fonds pour la Paix (European Peace Facility — EPF). Réduction de la diversité des matériels utilisés en Europe en travaillant sur des programmes d’équipement communs.

Le MR est conscient que les engagements pris par 25 membres de l’UE dans le cadre de la PESCO demanderont un effort budgétaire accru en matière de dépenses afin de contribuer honnêtement à notre devoir en matière de sécurité commune, européenne et atlantique.

4. Consolider les partenariats au profit de nos entreprises

Les liens avec l’industrie et la création d’emplois, notamment en Wallonie (pour rappel, 51 % des retours sociétaux des programmes d’investissement passés par le Gouvernement Michel se font en Wallonie et à Bruxelles), sont très étroits pour tout ce qui concerne le développement et la production des capacités. La Défense peut apporter une contribution déterminante à notre croissance, à notre attractivité et à notre innovation. Nous devons soutenir nos industries de défense pour qu’elles puissent s’intégrer à des regroupements en cours voire être le moteur de regroupement (consolidateur).

Image for post
Image for post

5. Développer les liens entre la recherche universitaire et la Défense

Soutien aux initiatives permettant plus d’interactions au niveau de la recherche entre les universités qui le souhaitent et la Défense.

6. Renforcer la réserve

Fidéliser et conforter la situation des réservistes. La volonté du MR est de procéder au renforcement de la réserve militaire et de son employabilité afin de faire face aux besoins opérationnels des forces armées. Ceci peut impliquer des modifications au cadre légal de la réserve (loi de 2001) et une concertation avec les employeurs.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store