Le général Valensi (1845–1918)

Le Borgel
2 min readApr 9, 2020

Par Marc Fellous

Biographie tirée de l’ouvrage
“ Le cimetière du Borgel de Tunis Patrimoine en péril ”

Le général Valensi © Famille Fellous

Né à Tunis en 1845, il fit une partie de ses études au lycée Saint-Louis. Il s’adonna ensuite à l’étude des langues étrangères et en particulier à la langue arabe où il se perfectionna sous la direction du Cheikh Souissi, l’érudit professeur à la grande mosquée de Tunis.

Il entra très jeune au ministère des Affaires étrangères du Bey Sadok dont il devint peu après l’interprète. Il fut chargé, en cette qualité, de certaines missions, entre autres celle d’aller porter au roi Georges de Grèce les insignes en brillants de la famille Husseinite.

Au retour de cette mission, accomplie avec le tact et l’habileté d’un diplomate de carrière, Gabriel Valensi reçut le grade de commandant dans la garde beylicale et fut promu à la dignité de grand Officier du Nichan-Iftikhar.

C’est encore lui qui, en 1896, accompagna à Paris le Résident général et remit au Président de la République les insignes brillants de la famille Husseinite. Il reçut à cette occasion la croix d’officier de la Légion d’honneur.

Successivement investi des grades de commandant, colonel, général de brigade et de division, Gabriel Valensi occupa pendant plus d’un demi-siècle, exactement cinquante-deux ans, les fonctions d’interprète de S.A. le Bey auxquels vinrent s’ajouter celles de chef du protocole et de la chancellerie tunisienne. Au cours de sa longue carrière administrative, le général Valensi reçut de nombreux témoignages d’estime des souverains hôtes de la Tunisie.

Tombe du général Valensi © AICJT

Au moment de l’expédition de 1881, et de la signature du traité de Kassar Saïd, il apporta au général Bréard le précieux concours de ses connaissances et de la grande influence qu’il exerçait sur le Bey Sadok.

Le Gouvernement de la France reconnut ses services en lui accordant plusieurs distinctions et en le faisant élever au grade de colonel général de brigade et de division.

Le général Gabriel Valensi est décédé en 1918. Il repose dans le carré Attias du cimetière du Borgel à côté de son épouse et de son fils.

--

--

Le Borgel

Le projet REBI initié par Marc Fellous et Joseph Krief soutenu par l’AICJT, ambitionne de remettre en état le cimetière du Borgel à Tunis