Ensemble

Le moment où j’ai été amenée à quitter la France, quel chagrin! Le retour chez moi, bien que prévu, me paraissait comme une rupture totale avec les choses devenues très chères (les amies avec qui je m’entendais bien, le métro, les balades, la bonne colocation). Cela fait deux ans et demi déjà, la vie suit son cours mais la nostalgie me fréquente à plusieurs reprises: lors des échanges avec quelqu’un ayant connu la France, à la vue d’une photo sur Internet ou à la lecture d’une phrase en français… Pour tout dire, Paris était considéré comme mon paradis perdu:(

Plus d’une fois je me suis demandé pourquoi: pourquoi ma terre promise est inatteignable? pourquoi le travail m’a remis sur Hanoï (Quelqu’un m’a dit une fois que c’était dur d’avoir une lutte intérieure contre l’endroit où l’on vit)… Je n’ai pas encore trouvé la réponse, mais au fur et à mesure que les faits s’enchaînent, l’impression qu’en fin de compte, la vit sourit là où on s’y attend le moins me paraît de plus en plus forte.

Le retour à Hanoï pour mon 5ème boulot était une décision prise avec un peu d’audace. L’idée d’y revenir, chercher un logement et vivre dans un entourage nordiste me m’a découragée franchement. Mais petit à petit, l’oiseau fait son nid, j’ai trouvé rapidement une petite chambre à moi, équipée à mon gré où je me sens protégée et isolée du chaos extérieur.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Minh-Tam VO’s story.