La vie rêvée de ceux qui se lancent : concilier vie privée et vie professionnelle.

« Désolé, mais je bosse, moi… »

« Encore une fois, je n’ai pas pu travailler sur mon projet à cause de vous… »

« Y a jamais moyen d’avoir la paix ici ! »

Photo by Andrew Neel on Unsplash

C’est le genre de phrases qui font mal et pourtant, que nous avons déjà tous entendues. Car une activité d’indépendant empiète malgré nous sur notre vie privée.

S’il est légitime de vouloir être reconnu et respecté dans son travail, il l’est autant pour notre famille d’espérer ne pas nous perdre en chemin.

Alors comment équilibrer sa vie professionnelle et sa vie privée ? Comment se sentir mieux soutenu ? Comment ne pas négliger nos proches, mais les aider à être plus patients et plus compréhensifs ? Comment rendre, surtout, l’aventure de l’entrepreneuriat plus belle parce qu’on est bien accompagné par ceux qu’on aime?

La réponse tient en un seul mot : organisation.

Plus facile à dire qu’à faire ? On nous le dit souvent en formation. Et c’est vrai. Mais voici quelques astuces pour y arriver :

1) Marquez votre territoire.

Au début, c’est sûr, tout ira bien, mais le naturel et les (mauvaises) habitudes reviennent toujours au galop. Vous allez passer beaucoup de temps sur votre projet et les autres vous diront tôt ou tard que vous n’êtes plus assez disponible pour eux.

Avant de vous lancer en tant qu’indépendant, assurez-vous que le projet est clair. Non seulement pour vous, mais aussi pour votre entourage.

Sans cette étape, vous ne parviendrez pas à tenir vos objectifs parce que vos proches continueront à se reposer sur vous pour toutes les choses que vous assumiez auparavant.

Soyez prévoyant et annoncez clairement que vous ne transigerez pas : Je VEUX le faire, c’est mon rêve et j’ai besoin de votre soutien et de vos encouragements à tous. Mais j’aurai désormais moins de temps à vous consacrer.

Vos proches ne sont pas dans votre tête. Ils ne lisent sans doute pas dans les pensées, alors soyez précis. Éventuellement, mettez cela par écrit.

Photo by Glenn Carstens-Peters on Unsplash

2) Planifiez.

Dites aux autres ce qu’ils vont devoir gérer à votre place quand vous serez occupé sur votre projet et assurez-vous qu’ils ont compris. Il serait mal venu, en effet, de laisser les enfants sur le trottoir devant l’école parce que vous n’avez pas vu le temps passer et que vous ne vous êtes pas organisé avec les grands-parents.

Définissez avec votre famille, ensemble, les plages horaires où vous vous consacrez à votre activité et celles où vous êtes disponible. Par contre, si vous aviez l’habitude de gérer certaines choses et que vous n’en aurez plus la possibilité, trouvez vous-même les solutions pour compenser votre absence (par exemple, arrangez-vous avec les parents d’un copain pour conduire les enfants à leurs activités). Montrez votre engagement en n’attendant pas que les autres le fassent, et accueillez leurs propositions s’ils en font. Vous serez sans doute surpris positivement.

3) Puisqu’on l’a décidé, je le fais.

Si vous vous laissez distraire, vous trouverez toujours quelque chose à faire dans la maison ou à votre bureau. Il y aura toujours le lave-vaisselle à vider, l’imprimante à paramétrer correctement, l’armoire de la salle de bain à réparer, les courses à faire, une série à regarder, un coup de fil à votre mère qui ne peut attendre ou la chambre du petit dernier qui nécessite un bon rangement…

Stop ! Finies les mauvaises excuses et la procrastination. Il ne faudra pas reprocher à votre famille de venir vous déranger durant vos moments de travail si vous ne vous ne bossez pas vraiment sur votre projet.

Alors, apprenez à faire une chose facile : travaillez sur votre projet durant les plages horaires que vous avez définies avec vos proches, et uniquement durant ces plages. Respectez votre promesse et ils respecteront vos besoins.

Si votre partenaire oublie d’aller faire les courses alors que c’était son tour, vous aurez le droit de l’engueuler. Mais si vous avez laissé les gamines devant la télé au lieu de les conduire à la danse pour prolonger sournoisement votre moment de créativité, votre partenaire aura également le droit de vous engueuler.

Bien entendu, une période d’essais/erreurs permettra de faire les aménagements nécessaires pour que cela fonctionne, mais ne trainez pas à vous créer une routine. Plus vite elle sera installée, plus vite vous serez (tous) efficaces.

De plus, se respecter soi tout en respectant son entourage est une excellente occasion de s’entrainer à la relation client et plus tard, qui sait, à la gestion du personnel.

4) Fixez des rendez-vous.

L’organisation de votre agenda est une des clés de votre réussite professionnelle.

Pour être bien soutenu par votre famille et réussir sur tous les fronts, pensez à prévoir deux moments hebdomadaires essentiels dans votre planning :

1. Un rendez-vous avec votre famille : une soirée DVD, une sortie en amoureux, le match du petit que vous ne manqueriez pour rien au monde, etc.

Un moment où vous ne parlerez ni de votre projet, ni de vous, mais où vous vous intéresserez à eux et juste à eux.

Photo by Caleb Jones on Unsplash

Si vos proches sentent que vous ne vous éloignez pas d’eux et qu’ils vous voient vous épanouir dans votre projet, ils auront moins de mal à accepter et à gérer leurs nouvelles responsabilités.

2. Un rendez-vous avec vous-même ; une promenade dans les bois, une heure de sport, un moment à bouquiner au parc, un massage, etc.

Ne devenez pas un bourreau de travail et ménagez-vous des moments de repos, de plaisir et de détente, seul(e).

Démarrer un projet en jonglant avec une vie de famille et/ou un travail alimentaire demande énormément d’énergie et pourtant, même Superman dort. Batman se promène parfois les mains dans les poches, et le dimanche, Wonder Woman fait du cheval avec des copines. Faites comme eux : prenez soin de vous et de ceux que vous aimez.

5) Fermer les portes et soyez totalement à ce que vous faites

Apprenez, tous les jours, durant un moment plus ou moins long, à couper vos téléphone, tablette et ordinateur pour retrouver le monde réel et vos proches.

Être connecté et disponible pour ses clients et/ou ses fournisseurs, ne rien manquer de l’actualité de son marché ou surveiller ses concurrents est utile. Mais éteindre la lucarne sur le monde extérieur est indispensable dès que vous faites quelque chose d’important qui nécessite toute votre attention: entretien avec un client, moment de création ou, évidemment, un moment en famille.

Offrez-vous des moments sans notifications, accordez-vous un délai le matin au réveil avant de checker vos mails, ménagez un moment dans la journée pour être avec vos enfants… Ne devenez pas esclave de vos outils multimédias. C’est vous le maître. Gardez le pouvoir en décidant, comme un leader, à quel moment vous écoutez ce que vos conseillers ont à vous dire.

Dans l’autre sens, si vous travaillez à la maison, coupez aussi les notifications familiales quand vous bossez.

Expliquez à votre entourage que vous êtes peut-être là physiquement, dans la maison, mais que vous n’êtes pas là pour eux. Si vous passez prendre un café dans la cuisine, faites leur comprendre que vous n’êtes pas disponible pour parler des courses ou de l’organisation d’une fête d’anniversaire pour votre belle-mère, que vous n’allez pas relire les devoirs des enfants ni remplir le lave-vaisselle. Vous bossez. N’en abusez évidemment pas.

Photo by Kristin Hume on Unsplash

Si cela devient trop compliqué à faire entendre, envisagez de déménager votre lieu de travail chez une connaissance qui a une pièce disponible, dans un bureau à louer, un espace de co-working dynamique, un café au coin de la rue, un espace dans votre garage, peu importe, pour peu qu’il s’agisse d’un endroit où vous ne vous laisserez pas déranger toutes les 5 minutes.

L’un des secrets de l’efficacité est d’être 100% à ce qu’on fait quand on le fait.

6) Profitez du voyage plutôt qu’espérer la destination.

Enfin, réjouissez-vous ! Oui, vous gérez tout de front. Rien que pour cela, vous pouvez vous féliciter.

Affronter la vie professionnelle d’un indépendant, c’est aussi alterner des grands moments de joie avec des grands moments de doute. C’est exaltant. Si vous avez une famille, ne pensez pas qu’ils comprendront (même s’ils disent qu’ils comprendront). Vous voir tour à tour totalement absorbé par vos affaires puis soudain réclamer toute l’attention pour être rassuré/auréolé/plaint/consolé/admiré/écouté (biffer les mentions inutiles) peut les déconcerter. Surtout si, jusqu’ici, vous ne les aviez pas habitués à cela.

Parlez-leur avec des introductions simples. Si vous sortez la bouteille de champagne en hurlant dans la cuisine « je viens de décrocher un gros contrat », le mouvement de joie sera immédiatement compris et certainement suivi par votre entourage enthousiaste. Mais n’espérez pas que vos proches comprennent, quand vous dites « les clients veulent tout pour rien », que vous espérez qu’ils cessent brusquement toutes leurs activités pour venir vous écouter vous plaindre ou vous consoler. Si c’est de cela dont vous avez besoin, dites-le ouvertement. Et si vous vous respectez les uns les autres depuis le début, ils sauront prendront du temps pour vous.

N’oubliez cependant pas que c’est votre projet. A vous de tenir le cap ! Mais faites en sorte de ne pas être tout seul à bord. Un excellent capitaine n’est rien sans un bon équipage. Profitez du voyage et faites ce que vous avez à faire en expliquant aux autres que vous comptez sur eux et que vous avez besoin d’eux pour réussir.

Et puis voguez, toutes voiles dehors, et profitez, car le meilleur moment de l’aventure, c’est toujours maintenant!

Bon voyage !