J’ai pris la poudre d’escampette

Novembre 2014

La vie c’est (également) de belles rencontres, aussi inattendues qu’improbables. Des personnes qui traversent votre histoire puis s’en vont, ou parfois s’y installent. 
 
Après avoir doucement mais longuement dévalée la pente ces dernières années c’est les yeux écarquillés et le cœur (z)ailé que j’ai enfin pu, en belles compagnies, (re)prendre la poudre d’escampette. 
Au programme, ni fuite ou pirouette. Ni intention de (me) voiler la face réalité mais simplement le besoin d’en ré-enchanter quelques traits.
Un rêve d’abord (puis-je me l’autoriser ?) puis un désir (est-ce à ma portée ?) avant de croiser la route de ces personnes, là où en aucun cas je ne les attendais.
 
La machine s’est alors par à-coups décrassée, emballée, ré-humanisée… l’inventivité s’est redéployée et la poésie s’est installée. 
Ces moments sans ma fille — la sachant bien entourée en soirée, ou à l’école en journée — j’ai enfin cessé de les passer enfermée à culpabiliser, à ruminer.
Ces moments sans ma fille sont devenus autant d’occasions de me recharger en légèreté et de lui en faire ensuite profiter.
 
J’ai alors renoué avec le plaisir de dévorer des chouquettes en refaisant le monde ; de passer des soirées avec la musique comme seul mode d’échange et de partage ; d’être allongée sur un plaid, dans un parc et de discuter jusqu’à l’aube ; de faire la course à vélo pour gagner une coin de nature ; de prendre la voiture, rouler sans destination, arriver au sommet d’un col et observer les étoiles en compagnie d’un renard joueur ; d’être assise sur un muré, les pieds dans le vide, à regarder le soleil se coucher sur les montagnes ; d’utiliser un bosquet comme boite aux lettres pour adresser un message ; ou encore de recevoir en cadeau une coquille d’oursin et un fragment de cristal et d’en être profondément touchée. 
 
Aussi, à ces personnes avec qui ces derniers mois j’ai (eu) la joie de prendre la poudre d’escampette je leur dis merci, infiniment merci !
Merci pour cette énergie, ces flâneries et toute cette poésie. 
Je vous rêve autres qu’étoiles filantes dans ma vie, je vous espère étoile de berger comme le sont déjà mes amis.