NOTRE COQ SE MEURT !

L’été dernier, les sympathisants, habitués et amis de passage du café ixellois Le Coq apprenaient le refus de la multinationale AB-Inbev, de renouveler le bail des exploitants de ce petit bistrot populaire.

AB-Inbev, ce sont plus de 400 marques de bières de par le monde et quelque 55 milliards de ventes annuelles. Le Coq, ce sont trois familles acculées à un avenir incertain.

Les clients et les amis du Coq ont alors lancé une campagne visant à alerter les riverains et les autorités communales et à exiger d’AB-Inbev qu’elle fournisse des explications à son décret.

Malgré une pétition ayant récolté près de 8000 signatures (en ligne et sur papier), malgré le travail constant d’un comité de soutien rassemblant des habitués et des voisins du Coq, malgré un nombre considérable d’articles dans la presse écrite et de reportages en radio comme en télévision, malgré la tenue de plusieurs journées et soirées festives et participatives où le café était plein à craquer, malgré surtout la présence permanente d’une clientèle fidèle et inquiète, AB-Inbev maintient son choix de faire mourir notre café au boire social.

Le café Le Coq fermera ses portes le 31 décembre prochain pour laisser la place à un “concept attrayant”, comme on dit chez AB-Inbev.

On croit nous avoir battus, mais nous ne sommes pas dupes et restons mobilisés.

C’est pour cette raison que nous lançons une campagne de boycott de cette chère bière qui nous a suivis toute au long de notre belge vie.

Car il y a une chose dont nous sommes sûrs : AB-Inbev n’a jamais vu mourir un Coq…

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.