Que faire après une crémation ?

Une expérience bien souvent traumatisante pour la famille…

Image for post
Image for post
Qui souhaite finir ici ?

Comme beaucoup de gens de ma génération, j’ai eu l’occasion d’accompagner des proches, membres de ma famille et une fois une amie, dans le cadre d’une crémation. Même si je partage avec la grande majorité des Français le choix de la crémation, j’avoue que j’ai toujours été un peu ébranlée par ces cérémonies. Le jour venu, ce n’est pas simple: l’être qu’on aimé, connu, fréquenté, brûle dans une pièce à côté et vous revient dans une urne.

Mais le plus problématique reste hélas à venir…

Image for post
Image for post
Puits ou… poubelle ?

Car ces cendres, il faut bien en “faire” quelque chose. Mais quoi? Les garder, comme dans les films, dans une urne sur la cheminée? Les disperser parmi les roses trémières du jardin? Les entreposer… au grenier, à la cave? Dans tous les cas, sentimentaux ou négligeant, c’est tout bonnement interdit par la loi française. Oui, on l’ignore souvent avant un décès, mais il est illégal de conserver ou de répandre les cendres chez soi — et cela entendu au sens large: maison, jardin, parc, etc…

Certains ont un contact avec la nature et, de la Savoie à la Bretagne, sauront où répandre en toute légalité les cendres de leur proche: un rivage, un sommet enneigé, une forêt profonde… Mais pour les autres? Pour nous? Et je ne parle pas ici de ceux qui ont le malheur de s’improviser disperseurs de cendres en pleine nature: un peu de vent et la cérémonie vire au cauchemar.

Première possibilité: le columbarium. C’est bien, propre, mais pas vraiment intime. Une plaque parmi les autres plaques. En espérant qu’elle ne soit ni trop haute ni trop basse pour Mamy. Vraiment pas propice au souvenir… Et provisoire car ce sont rarement des concessions “perpétuelles”.

Deuxième possibilité: un monument cinéraire. D’abord, ils n’ont rien de “monuments”: ils sont petits, très chers (quoiqu’importés pour presque rien de… Chine) et à la merci d’une tempête de vent comme la France en connaît fréquemment. Renversé, cassé… Pas réjouissant.

Et puis, de plus en plus, s’impose un troisième choix: l’espace légal aménagé obligatoirement (enfin… normalement) dans tous les cimetières de notre pays (1). J’ai joint ici quelques photos des “jardins” du souvenir et de “puits” de dispersion.

Image for post
Image for post
Ceci n’est pas un parking.

Je suis persuadée que cela se passe de tout commentaire…

Image for post
Image for post
© Vosges Matin

Ces “jardins” et “puits” posent d’abord un énorme problème légal: dans la mesure où les cendres y sont mélangées, “cérémonies” après “cérémonies”, on peut considérer qu’ils sont “à l’extrême limite de la légalité”.

Et puis, ils sont franchement moches. Parfois d’une laideur insoutenable: qui aurait envie d’y trouver son repos éternel? Graviers, herbes noircies et piétinées…
Et c’est très grave: d’une part, parce que lors de la cérémonie (je parle d’expérience) la famille, et particulièrement la veuve ou les enfants, est traumatisée. Il n’y a rien de joli dans cet “au revoir”. D’autre part, cela peut nourrir une sorte de culpabilité: on dépose à la “décharge” celui ou celle qui nous a quitté. C’est terrible. Et cela n’aide pas à réaliser un deuil serein. Enfin, et c’est une réalité, personne ne vient jamais s’y recueillir. Trop pénible.

Inutile, donc, de se voiler la face: nous sommes face à un problème de société majeur. Explosif. La crémation devient majoritaire en France, comme dans la plupart des pays développés. Mais les choix offerts aux familles pour ce qui suit la crémation n’est pas satisfaisant.

Il va falloir changer tout cela.

(1) Il ne faut pas blâmer les municipalités: le foncier coûte cher et beaucoup de villes et villages n’ont tout simplement la possibilité (espace, budget) d’aménager ces “jardins” et “puits”.

Written by

Fière membre de l’équipe spoternity.com

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store