Case Study
Datavisualisation

Le workshop “Dataviz” vient de se terminer et, en l’espace de deux semaines, les étudiants du groupe de travail DWM ont réalisé une visualisation de données sur un thème au choix. Nous avons décidé de travailler sur le thème de la conquête spatiale. Voici notre case study.

Choix du sujet

Pour cette première étape, nous avons confronté les différents sujets susceptibles de nous intéresser. Nous sommes rapidement tombés d’accord sur l’astronomie. Nous sommes donc partis sur l’idée de réaliser notre dataviz sur le sujet “Comment réaliser un voyage sur Mars ?”.Choix du sujet

Pour cette première étape, nous avons confronté les différents sujets susceptibles de nous intéresser. Nous sommes rapidement tombés d’accord sur l’astronomie. Nous sommes donc partis sur l’idée de réaliser notre dataviz sur le sujet “Comment réaliser un voyage sur Mars ?”.


Remise en question

Après en avoir discuté avec les professeurs et cherché des données pertinentes, nous nous sommes rapidement rendus compte que notre sujet n’était pas adapté. Nous aurions réalisé une infographie et non une réelle visualisation de données complexes. Il est donc temps de se remettre en question.

Après quelques recherches, nous avons trouvé différents jeux de données concernant les astronautes américains et les cosmonautes russes. Nous avons donc décidé de partir vers une comparaison de ces deux grandes puissances dans la conquête spatiale.


Public cible et message

Nous décidons de viser les jeunes adultes et adultes de 20 à 40 ansamateurs d’astronomie, d’histoire et de sciences. Nous ne désirons pas imposer un point de vue en faveur de l’une ou l’autre nation, mais voulons permettre aux utilisateurs de forger leur propre point de vue concernant la conquête spatiale, chacun ayant plus ou moins d’affinités avec les diverses informations présentées. Ainsi, il peut y avoir autant d’interprétations que de spectateurs, chacun amenant sa propre sensibilité.


Itération et traitement de données

Afin d’ajouter du contenu, et en même temps de l’intérêt, à notre dataviz, nous avons alors entrepris des recherches pour savoir où se situent l’Asie et l’Europe au niveau de la conquête spatiale.

Nous avons commencé à traiter les données récoltées afin de révéler les informations les plus intéressantes et pertinentes à présenter au public.


Première visualisation de données

Une fois les données pertinentes relevées, nous en choisissons cinq différentes à comparer dans notre premier graphique : nous avons choisi de réaliser un graphique en radar car il permet une bonne visualisation des données et permet une rapide compréhension.

Chaque couleur représentant une nation, ce premier graphique permet de visualiser correctement les spécificités de chacun et de se faire une idée de leur importance dans la conquête spatiale.

Un second graphique d’aires qui présente une dimension temporelle telle que “Lors de la conquête de mars, quelle nation pourrait gagner la course ?”.

Et finalement un graphique de la Station Spatiale Internationale afin de constater le poids de chaque nation dans le domaine de la recherche.


Réalisation

Styleguide

Après avoir réalisé nos choix de graphiques et de design, nous nous sommes lancés dans la réalisation concrète de notre projet.

Nous nous répartissons les tâches de sorte qu’à chaque début de session, nous vérifions le travail à accomplir, notre avancée et si l’objectif fixé est accompli.


Que retenons-nous du workshop ?

Le travail en groupe nous a permis de nous organiser et apprendre à travailler avec une équipe. Nous avons constaté qu’il est important de toujours bien se répartir le travail et de s’organiser grâce à un rétroplanning. Les compétences de chaque personnes ont été mises à profit et nous avons toujours poussé notre réflexion au maximum.

Nous sommes tous satisfaits du travail réalisé et des compétences que nous avons acquises durant ces deux semaines de travail.


La conquête spatiale est un projet réalisé dans le cadre du workshop de datavisualisation organisé par Alexandre Plennevaux pour le groupe de travail DWM.

Visiter le projet

Maxime Barthier, Gwen Bierlier, Morgane Van Oncem, Daniel Vos

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.