La Dolce Vita selon Dior…

J’avais gardé un bon souvenir de Dolce Vita de Dior. Je l’avais essayé en échantillon quand j’avais 19 ans et il me plaisait pas mal, mais quelque chose m’avait retenu, je ne me l’étais pas approprié. Il me semble que je lui reprochais sa faible tenue sur ma peau, à l’époque.


Je porte aujourd’hui ce floral-oriental-boisé, (j’ai du mal à le décrire précisément), dont j’ai demandé un échantillon l’autre jour en boutique pour m’en refaire une idée. C’est curieux car il me plait toujours, mais peut-être pas au point de me l’acheter, (moi-même en tout cas ☺), pourtant je le sens avec plaisir sur ma peau. Tout simplement peut-être parce qu’il me correspond, mais pas autant que d’autres que je porte déja.

Ode au bien-être, à la douceur et au bonheur, Dolce Vita est d’emblée séduisant de par son nom, évoquant les charmes de l’Italie, et de par sa publicité. Je cède pourtant peu au marketing au niveau des parfums, au mieux ça éveille ma curiosité , mais la qualité du “jus” comme on dit l’emporte toujours. Mais j’avoue qu’ici la publicité m’a parlé. L’image est belle, la fille sublime, tout ça respire la sensualité, la beauté, un doux glamour à l’italienne des années 60.

Petite bulle de Méditerranée, de douceur de vivre comme son nom l’indique et de soleil, Dolce Vita est un floral boisé et féminin. A la fois frais et sensuel, je lui trouve aujourd’hui plus de présence et de tenue que lorsque j’étais plus jeune. Aérien aux couleurs chaudes et ensoleillées, ce parfum oscille entre des notes florales et épicées. Rose, lys et magnolia viennent apporter un côté bouquet floral à ce parfum qui s’épanouit ensuite sur des notes plus poivrées (du moins sur ma peau), entre cannelle, girofle et cardamome. Pêche, prune et abricot se mèlent au bois de cèdre, bien présent et au santal. La vanille et l’héliotrope viennent réchauffer cette composition, évoquant ici la caresse d’une peau ensoleillée. Glamour et frais, sensuel tout en douceur, Dolce Vita de Dior est un parfum que je ressens avec plaisir. Un parfum que je porterais volontiers au printemps ou en été. Mais je ne m’explique toujours pas ce qui m’a toujours empêchée de craquer complètement, probablement le fait que je possède déja pas mal de parfums qui me correspondent et qu’il faut bien se limiter un peu. mais bon…

Originally published at mybluehour.blogspot.fr on November 30, 2014.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.