Mi Fa, de Réminiscence

La marque connue pour ses bijoux et pour ses parfums Patchouli, Ambre ou Rem, a sorti l’an dernier une collection intitulée “Les Notes Gourmandes”. On y retrouve donc 4 parfums, Si Do, Sol la, Do ré et Mi Fa, dont j’ai envie de parler aujourd’hui.

Dans son flacon tout rose, Mi Fa évoque les bonbons, les macarons et autres sucreries. Il donne donc le ton puisqu’il s’agit en effet d’un parfum gourmand. Il est censé évoquer la guimauve, ce qui est en effet très réussi sans toutefois être écoeurant. Il serait peut-être un peu trop sucré pour moi pour le porter au quotidien, je ne sais pas, mais il est charmant et très sexy dans son style. L’ouverture de ce parfum m’a surprise, car je m’attendais, de par la description, à quelque chose de très sucré gourmand, or si cet aspect est bien présent, une note fraîche, presque froide , vient en contre-balancer l’effet. C’est en lisant ensuite sa composition et d’autres commentaires que j’ai mieux compris, puisque le parfum comporte de la bergamote, de la mandarine, de l’orange, du romarin et de la menthe en tête qui viennent rafraîchir le côté guimauve du “jus”. Sur ce départ qui m’a d’ailleurs évoqué l’aspect vanille solaire de Loulou Blue, amplifié peut-être par la présence du jasmin en coeur, Mi Fa évolue sur des notes plus amandées, où percent des effluves de fleur d’oranger et de poivre, ce qui lui confère une facette un peu “dragée” . Il s’épanouit ensuite sur un accord ambré et vanillé, paré d’une touche de patchouli dans le fond, ce qui prolonge cet effet sucré, sensuel et gourmand. Le tout en fait un parfum chaud, jeune, sexy, voire un peu coquin, tout en étant joyeux. Mais il n’est pas pour autant réservé aux jeunes filles. Si Angel dans le style très gourmand/culinaire m’indispose, celui-ci a quelque chose d’un peu addictif et de plus subtile à mon nez car il associe au côté guimauve de la douceur. D’une bonne tenue, ce parfum nécessite en revanche qu’on ait la main légère, car, à mon avis, à forte dose il peut se faire écoeurant.


Originally published at mybluehour.blogspot.fr on November 30, 2014.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.