Olfactorama 2012, le prix des amoureux du parfum.

Les consommateurs souvent, les vendeuses, parfois, “le parfum, tout le monde s’en cogne”, résumait tristement un de mes acolytes lors du lancement pourtant très sympathique de la boutique Liquides mercredi 24 avril dernier, à deux pas de la rue de Bretagne.

Tout le monde? Non. Une petite poignée d’irréductibles, qui semble résister à ce cynisme ambiant, s’est réunie dans les locaux de l’ESP (nouvelle école destinée aux métiers de l’olfaction, accessible directement après le bac), samedi dernier pour la remise des prix de la première édition de l’Olfactorama 2012.

L’olfactorama, comme vous l’avez peut être lu sur d’autres blogs récemment, est un prix organisé par cinq blogueurs, dans l’idée de récompenser les lancement de 2012 les plus remarquables, qu’il s’agisse du mainstream, ou de la niche, d’un coup de coeur ou d’audace technique. Guerlain, qui semble rafler tous les prix cette année avec sa Petite Robe Noire (Fifi awards, Marie Claire etc…) s’est illustré ici avec Shalimar Initial L’eau, pour le prix du grand féminin. Un flanker, parmi tout autant de flankers ou éditions limitées pour les nominés… Une sélection qui semble déroutante de prime abord mais qui n’est qu’à l’image d’une année 2012 pauvre en créativité chez les grandes marques (Manifesto, La Vie est Belle et j’en passe), la qualité se révélant plutôt dans des fragrances éphémères ou des déclinaisons (Baiser Volé edt, Alien collection Le Goût du Parfum, First Eau de parfum intense, L’eau en blanc Lolita Lempicka). Thierry Wasser nous a gratifié d’un beau discours pour l’occasion, rappelant que c’est à travers notre communauté de passionnés, qui s’exprime aujourd’hui beaucoup sur la toile, que le parfum continue à vivre pleinement. Les hommes ont été plus gâtés que nous l’an passé, puisqu’entre Noir de Tom Ford, Spicebomb (la bonne surprise de Victor& Rolf) ou Déclaration d’Un Soir de Cartier, le choix fût cornélien. C’est ce dernier qui a remporté l’adhésion des jurés, pour sa beauté et son originalité, une rose sombre, boisée et épicée que nous a concoctée Mathilde Laurent, dont la présence parmi nous en a ravi plus d’un, (surtout une personne en particulier dont je tairais le nom ici…).

La parfumerie alternative n’était pas en reste, qu’il s’agisse d’émotion avec le prix de l’enthousiasme, ou d’audace créative pour le prix de la virtuosité, l’année 2012 a été plutôt prolifique côté niche. Si mon chouchou était Bijou Romantique d’Etat Libre d’Orange, avec un petit faible pour Lumière Blanche d’Olfactive Studio, c’est Séville à l’Aube de l’Artisan Parfumeur qui a séduit le jury pour le prix de l’Enthousiasme. Difficile de choisir entre des créations telles que Bois d’Ascèse de Naomi Goodsir, Musc Tonkin de Parfum d’Empire ou Perle de Mousse d’Ann Gérard, mais c’est Mito de Vero Profumo, un chypre à l’envolée hespéridée radieuse qui a remporté le prix de la virtuosité.

Parce que le parfum c’est aussi une histoire d’ambiance, la bougie Tubéreuse de Frédéric Malle, dans la veine du beau Carnal Flower, s’est imposée comme le gagnant du prix Atmosphère. Enfin, les initiatives autour de l’univers olfactif méritant qu’on s’y attarde, le jury de l’Olfactorama a souhaité souligner les démarches telles que celle de Constance de Roubaix, avec In The Ere, l’évènementiel par les Sens ou encore celle du Ministère au Parfum. Une première édition de ce prix des blogueurs très enthousiasmante, qui laisse présager d’autres bons moments en perspective.

Originally published at mybluehour.blogspot.fr on December 13, 2014.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.