L’hôtellerie-restauration : des métiers variés et un secteur qui recrute

Fred, Barman et gérant d’un bar parisien

L’hôtellerie-restauration souhaite attirer de nouveaux talents en cuisine, service et hébergement. Les métiers du secteur vont des restaurants gastronomiques aux cafétérias en passant par les chaines de restaurant ou la restauration collective.

Le secteur semble peu affecté par la crise puisqu’il doit créer 56.000 emplois en 2016 et constitue le 4ème employeur privé de France.

La France, pays de l’hôtellerie et de la restauration

La France est la première destination touristique au monde. L’hôtellerie se concentre dans les zones les plus touristiques et s’ouvre de plus en plus à une clientèle d’affaires.

La gastronomie française est classée au patrimoine de l’Unesco et demeure une référence dans les écoles hôtelières. La restauration constitue la part la plus importante du secteur. Parmi les métiers de la restauration, on compte :

La restauration commerciale : Elle rassemble les restaurants de type traditionnel, les cafés-restaurants, les brasseries, les cafétérias sans oublier les grands restaurants gastronomiques qui font la renommée de la France à l’international.

Les cafés et les débits de boissons : Ces lieux ne cessent de se moderniser. Les cafés traditionnels évoluent vers des établissements à thème : cafés littéraires, cybercafés, etc.

La restauration collective : Elle répond aux besoins de l’alimentation au quotidien. Ainsi, elle prépare et fournit des repas pour les collectivités : entreprises, administrations, établissements d’enseignement, établissements de santé, etc.

Quelques métiers du secteur

  • Barman
  • Commis de cuisine
  • Pâtissier
  • Réceptionniste
  • Maître d’hôtel
  • Employé de restauration collective

Les établissements sont souvent gérés par des cadres issus de fonctions opérationnelles telles que :

  • Directeur d’hôtel
  • Directeur de restaurant
  • Gérant de restauration collective

Comment y accéder ?

Le secteur offre un large choix de formations et d’opportunités de carrière. Les diplômes sont bien ciblés et vont du CAP au Bac professionnel. ll existe plus de 20 formations différentes et plusieurs peuvent se faire en apprentissage.

Certaines écoles privées préparent aux métiers du secteur. Celles-ci sont assez onéreuses puisqu’il faut compter 8.500 euros pour un CAP boulangerie, pâtisserie ou cuisine à la prestigieuse école FERRANDI et un peu plus de 4.000 euros à l’Institut Paul Bocuse à Lyon pour apprendre à créer et diriger son restaurant.

Pour ceux qui ne possèdent aucune formation et qui souhaitent se convertir à ce secteur, la chambre de commerce et d’industrie de chaque région prépare à des CQP, des certificats de qualification professionnelle, utiles pour se faire embaucher.

Pour accéder aux postes les plus qualifiés, il est possible de faire une licence professionnelle après un Bac +2 ou un Master qui mène à un niveau Bac +5.

Quel futur pour cette industrie ?

Les émissions culinaires, les cours et les ateliers de cuisine ont eu un réel impact sur la restauration et cuisiner est devenu un effet de mode. Le secteur attire de plus en plus de monde. Il y a de la place pour tous, compte tenu des nombreuses structures dans lesquelles on peut exercer le métier et du fait que le secteur peine à recruter. Dans ce secteur, les évolutions sont rapides et il est tout à fait envisageable d’ouvrir son propre restaurant.

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.

Like what you read? Give Myfuture a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.