Découvrez « Tatoué », le premier robot tatoueur

Image Source: pix-geeks.com

Pratique ancestrale, l’histoire du tatouage a su évoluer au fil des âges. Passant de simples aiguilles à un dermographe, de pigments de charbon à des encres phosphorescentes, le monde du tatouage est en pleine émulation après la mise au point du premier robot tatoueur. Révolution ou simple effet d’annonce ?

Nous devons cette première mondiale à deux ingénieurs français, Pierre-Emm et Johan. Ce sont les fiers créateurs du robot/imprimante 3D, appelé « Tatoué ». Cette machine a été configuré pour utiliser une ou plusieurs aiguilles sous la peau du cobaye afin d’y injecter de l’encre selon un fichier prédéfini.

Une telle machine offre de nombreux avantages pour le sujet : Un tatouage parfait, aux lignes fines et régulières. Mais qu’en est-il de la relation entre le tatoueur et le tatoué ?

Le tatouage est avant tout une aventure Humaine. La pratique se réalise par un humain, sur un humain. En effet cette relation est essentielle lors de la création d’un dessin et de sa réalisation. Le client choisit son tatoueur de par ses qualités, son style ou encore sa personnalité. De même le professionnel choisit son client selon son projet et ses demandes. Lorsque l’on réalise un tatouage, la créativité est le premier facteur. La vision de l’artiste, la compréhension de la part du tatoueur, le lien qui s’instaure au fil des heures, le temps passé sur une table. Tous ces facteurs sont autant de raisons qui peuvent rendre le développement des machines tatoueuses difficiles.
Mais il est compliqué d’avoir un avis tranché sur la question. Un robot tatoueur peut apporter une autre relation, un autre ressenti. Le fait de se faire tatouer par une machine peut être vu comme une démarche différente, moins personnel mais tout aussi artistique. Nous côtoyons des machines tous les jours, porte de métro, escalator, scanner, ordinateur … Alors pourquoi pas pour un tatouage ? Concernant les risques, ils sont justes différents. Que ce soit par un homme ou par une machine, il existe toujours un risque résiduel. Je préfère un tatouage parfaitement réalisé par une machine, qu’un dessin vulgaire et épais réalisé par un tatoueur, à moitié coiffeur, dans une arrière-boutique.

Cette idée de machine tatoueuse est aussi une occasion de redéfinir la relation entre tatoueur et tatouer, d’explorer un nouveau concept. Les techniques traditionnelles ne disparaîtront jamais, il suffit de citer les centaines de tatoueurs qui utilisent encore les os de sèche ou les pointes en fer. Je pense qu’il est intéressant de suivre le développement de cette machine, qui, avouons-le, n’est pas encore au niveau des plus grands maîtres-tatoueurs. Les motifs qui ont été réalisés sont de simples formes, sans ombres ni profondeur. Et puis, si un jour les machine venait remplacer les tatoueurs traditionnels, ne serait-ce pas le choix des clients ?

Lire la suite de l’article de Camille Anglares: Le premier robot tatoueur “ici”