7 mesures en faveur des entrepreneurs

Sur Medium on peut lire des expériences inspirantes sur des aventures entrepreneuriales, des changements de vie, des échecs, bref tout un tas d’articles de qualité qui sont partagés mais très peu abordent le sujet sensible, voire épidermique de la politique et du rôle des startups dans les prochaines élections, sans doute car on entend beaucoup trop souvent le même bullshit dans la bouche des communicants qui gravitent constamment autour des candidats.

L’histoire est une galerie de tableaux où il y a peu d’originaux et beaucoup de copies. Alexis de Tocqueville

Depuis un an nous sommes les témoins d’une une mise en scène redoutable et savamment orchestrée de la vie politique française en oubliant souvent une constante dans l’histoire de nos sociétés contemporaines , à savoir : la paresse intellectuelle de ceux qui souhaitent un profond bouleversement de nos institutions, un vrai renouvellement de notre classe politique, une législation adaptée à l’économie du numérique et une vision encourageante pour notre jeunesse.

Les candidats, ou devrions-nous dire les acteurs que l’on nous présente pour la prochaine élection ont, semble-t-il, tous trouvé les solutions dans leur menu électoral pour soulager nos concitoyens d’un quotidien dit hostile et stimuler notre économie avec des recettes de grands-mères qui stimuleraient tantôt l’offre, tantôt la demande. Le temps du divertissement a remplacé celui de la pédagogie et de l’éveil politique avec une grille de lecture partisane et indexée sur notre microcosme d’urbain en laissant notre situation socio-professionnelle orienter nos choix.

Chez les politiques, on retrouve un logiciel de pensée souvent bien dépassé quand il s’agit de parler de la révolution numérique que nous sommes en train de vivre ! Comment se fait-il par exemple, que nous soyons incapables d’organiser une démocratie numérique avec un vote électronique sécurisé et transparent basé sur la technologie block chain, alors que nous disposons d’infrastructures matures et de startups déjà fortement engagées sur ce sujet ?

Ces candidats qui seraient habités par les plus nobles intentions humaines aimeraient jouer le rôle principal dans une énième saison d’une série française vieillissante et très mal produite, nous obligeant à subir des diarrhées verbales indigestes avec la même musique de fond devenue inaudible et insupportable.

Il y a plus de lumière et de sagesse dans beaucoup d’hommes réunis que dans un seul. Alexis de Tocqueville

C’est parce que nous sommes persuadés que les grandes réformes seront le fruit d’une intelligence collective et non pas d’un homme providentiel entouré par ses fidèles, que nous vous présentons 7 mesures concrètes en faveur des entrepreneurs et de l’économie numérique et que nous aimerions retrouver au coeur des prochains débats. Car finalement, ce qui compte, ce ne sont ni ces hommes ni leurs programmes mais notre capacité à imposer l’exécution de nos idées :

  1. Accès aux indemnités chômage pour ceux qui souhaitant démissionner pour se lancer dans l’entrepreneuriat : créer son emploi plutôt que de le décrocher pour concilier travail, revenus et raison d’être.
  2. Zéro charges patronales pendant les trois premières années de vie d’une entreprise et limité à 3 salariés : le code du travail est difficile à réformer et les discussions avec les différents partenaires sociaux peuvent s’éterniser. Dans le même temps, une startup est souvent composée de plusieurs fondateurs qui doivent se battre constamment pour la survie de leur entreprise. La meilleure preuve de confiance que peut faire un Etat est d’accorder une exonération de ces charges dans un temps limité, celui des échecs que pour bon nombre d’entre nous connaissons.
  3. Simplifier l’accès à la commande publique pour les jeunes entreprises, sans barrière administrative à l’entrée, le tout sur une plateforme dématérialisée et avec une totale transparence sur les attributions des marchés. On parle souvent des subventions auxquelles seraient éligibles les startups qui remplissent des dossiers complexes et chronophage ! Mais ce dont ont le plus besoin ces jeunes pousses pour se développer, ce sont des clients, et donc de remporter des appels d’offres.
  4. Initiation aux bases de la programmation de manière ludique, dès le plus jeune âge et développer la pensée divergente en stimulant les interactions entre les élèves. Il est aujourd’hui impensable de ne pas apprendre à lire et à écrire, maîtriser le code sera bientôt un préalable nécessaire aux futures générations qui souhaiteront accéder à des jobs hautement qualifiés.
  5. Suppression de l’obligation d’affiliation au RSI. Lorsque l’on choisit d’être indépendant, on doit pouvoir être libre de choisir de cotiser ou pas pour bénéficier de prestations sociales, par opposition à l’employé qui cotise par défaut au régime général.
  6. Favoriser un erasmus entre startups pour accélérer les synergies au sein de l’union européenne. Une composante importante dans le succès d’une startup c’est sa scalabilité et comprendre comment fonctionnent ses voisins européens est devenu essentiel pour s’adapter et avoir une position dominante sur un marché.
  7. Un abaissement de la TVA pour les entreprises du numérique : la plupart d‘entre elles, du moins les plus influentes, ont localisé leurs ventes au Luxembourg pour bénéficier d’un taux de TVA plus faible qu’en France grâce à un régime d’exception.

Vous ne serez sans doute pas d’accord avec toutes ces mesures ou vous les jugerez certainement insuffisantes et c’est tant mieux ! Le but est de créer une forte mobilisation au sein de notre éco-système afin de faire bouger les lignes car sans cela, cet article restera simplement sans intérêt.

Merci aux think tank du numérique lancés par France Digitale avec olivier mathiot ou tout récemment par Digital New Deal Foundation avec Laurent Alexandre. Sans parler de nombreuses initiatives qui nous ont aidé à rédiger cet article :

Démocratie et Blockchain avec la startup Stratumn

Le livre de Philippe RODRIGUEZ sur “La révolution Blockchain “

Les barbares attaquent les politiques publiques avec Oussama Ammar et Nicolas Colin, co-fondateurs de TheFamily

Le rapport Colin & Colin avec des propositions innovantes en terme de fiscalité via Nicolas Colin

Enfin, on vous laisse regarder cette vidéo TED avec pour speaker Haley van dyck qui nous raconte l’histoire d’une start-up à la Maison Blanche sous la présidence Obama.

Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à le recommander et à partager.