En tant que parent, accepteriez-vous qu’un fabriquant de jouet soit en permanence présent dans la chambre de votre enfant, l’écoute parler, l’observe en train de jouer, enregistre tout et utilise ces données sans votre autorisation et sans que vous sachiez précisément ce qu’il en sera fait?

Il y a fort à parier que non. Et pourtant c’est ce qu’il se passe de plus en plus avec l’adoption des jouets connectés.

Les nouveaux jouets connectés (poupées, robots, etc.) posent un sérieux risque quant au respect de la vie privée de vos enfants. Et vous, parents, ne vous en rendez sans doute pas compte.

D’après le Wall Street Journal, une plainte a été déposée dans ce sens par diverses organisations, dont Campaign for a Commercial Free Childhood et Consumers Union — auprès de l’Union Européenne, en France, aux Pays-Bas, en Belgique, en Irlande, en Norvège et aux USA — contre Genesis Toys Inc., la société qui fabrique et commercialise les jouets My Friend Cayla et I-Que Intelligent Robot.

La poupée My Friend Cayla fonctionne par reconnaissance vocale, grâce à un micro intégré. L’enfant peut donc lui parler, et ce qu’il dit est envoyé à une app smartphone, qui envoie en retour une réponse que la poupée prononce ensuite à voix haute. Le robot fonctionne de manière similaire.

Genesis Toys Inc. ne demande pas l’autorisation des parents avant de collecter, de stocker et de partager les enregistrements vocaux de l’enfant ainsi que d’autres données personnelles. Et Genesis Toys envoit ensuite ces données à une entreprise tierce qui peut du coup utiliser ces données à de toutes autres fins.

“Lorsqu’un fabriquant de jouets collecte des informations personnelles à propos d’un enfant, les familles ont le droit de savoir, et ont besoin d’avoir le choix de décider comment les données sur leurs enfants sont utilisées,” déclare Katie McInnis, conseillère en politique technologique pour le groupement de défense de consommateurs Consumers Union.

Un des gros soucis est que pour les deux jouets les conditions d’utilisation sont floues sur les données collectées et ce qui est fait avec.

Les enfants forment d’authentiques relations amicales avec leurs poupées et d’autres jouets compagnons, ils leur confient des détails intimes sur leur vie, sur eux-mêmes. Il est absolument essentiel que les données sensibles récoltées par ces fabriquants de jouets soient sujettes à la protection la plus stricte et ne soient pas utilisées à des fins de manipulation ou de marketing pernicieux. Et étant donné que le profit domine l’activité, il y a fort à parier que ces protections ne seront pas mises en places ou pas respectées.

La preuve? La poupée My Friend Cayla est préprogrammée pour intégrer des éléments faisant référence à Disney World et aux films Disney. Pensez-vous que votre enfant se rendra compte qu’il s’agit d’un bon gros coup marketing?

#privacy #vieprivée

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Nicolas Collignon’s story.