27 juillet, treize jours.

Treize jours depuis ce 14 juillet, treize jours depuis mes 30 ans, treize jours que se joue la symphonie des cons. Ils font tellement de bruit que j’avais déja oublié qu’Henri Guaino, expert des armes antichars, avait proposé de poster des militaires avec des lance-roquettes sur la Promenade des Anglais.

Aucune ambition à ce blog, simplement se souvenir. Ecrire pour ne pas se laisser emporter par le flot, pour consigner les paroles et écrits de ceux qui ont fait le choix de s’exprimer, non pour expliquer ou apaiser, mais pour exister, gouverner, et diviser.

Ecrire pour observer les petits changements de la France, ceux qui sont imperceptibles, qu’on accepte au jour le jour avant de se rendre compte un an plus tard que l’Immonde est là. Ecrire dans une année électorale qui devrait être sale, en France comme aux US.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.