Le statut du Cannabis vu par un jeune entrepreneur

En Belgique, plus d’un demi-million de personnes fument du Cannabis régulièrement. La vente de ce produit est illégale mais la consommation reste toléré dans plusieurs communes, même après la politique de « tolérance zéro » menée par le MR. Fom Ly, ex étudiant à Solvay et jeune entrepreneur, a récemment crée un site internet prônant l’ouverture d’un CSC (Cannabis Social Club). Je me suis entretenu avec lui pour approfondir le sujet.

Salut Fom, que fais-tu dans la vie?

Je suis freelancer. Je fais partie de BeatChronic, un collectif basé à Bruxelles qui a comme but de promouvoir des artistes au niveau local, et leur permettre de rentrer en contact avec des maisons productrices. On sollicite des promoteurs ou des propriétaires de salle de concert pour faire performer nos artistes chez eux. On a aussi crée des événements comme « L’Apéro BeatChronic » et le « Bloomin’ ». Dans tout ça je m’occupe du WebMarketing et de la production. J’ai aussi beaucoup de projets sur le côté et j’aime créer du nouveau. C’est d’ailleurs pour cela que je me suis lancé dans la création du site web pour le CSC.

Concrètement, qu’est-ce que qu’un Cannabis Social Club?

C’est un concept qui s’est retrouvé dans pas mal de pays en Europe, comme en Espagne et au Portugal. Et dans tous les pays où on a légalisé ou presque le cannabis. Il ne faut pas qu’il soit trop facile de s’en procurer, c’est pourquoi on a préféré ouvrir des CSC au lieu d’ouvrir des coffee shop comme en Hollande. Concrètement, c’est un endroit où chaque membre a sa propre plante, qui est entretenue par le personnel du Club, et peut se procurer le Cannabis une fois que la récolte a eu lieu.

Quelle est la différence entre un Cannabis social Club et un coffee shop?

Déjà dans un coffee shop il y a moins de restrictions par rapport à la vente, car il ne faut pas être membre pour s’y procurer du Cannabis. Le CSC est une ASBL qui joue un rôle de prévention, c’est comme une grande famille. Si on remarque qu’un des membres n’est plus à sa place à cause d’une consommation excessive ou suite à des problèmes psychologiques, on essaiera de le guider vers des soins et on lui empêchera de se procurer du Cannabis. Ce qui n’aurait pas lieu dans un coffee shop qui est une organisation commerciale.

Qu’est-ce qui t’a amené à créer un « faux CSC »?

Ca fait depuis 10 ans que je fume, j’en ai actuellement 25. Et je trouve que c’est un peu hypocrite ce qui se passe en Belgique. Il suffit d’une ou deux heures de route pour aller en Hollande et se procurer du Cannabis. L’état perd beaucoup d’argent qui revient aux mains de la criminalité. J’ai fait une fausse page pour voir s’il y avait de la demande et c’était le cas. Tout en étant conscient que c’est illégal d’ouvrir un CSC. Il faudrait l’accord du bourgmestre, de la police et du procureur du roi pour faire cela en toute légalité. Le Club d’Anvers existe encore, mais ils ont dû arrêter les inscriptions de nouveaux membres après une grosse bataille juridique. Sans faire énormément de promotion j’ai reçu 400 mails en une semaine. Je voulais faire bouger les choses et mettre le débat sur la table. Il y a quand même 600000 Belges qui fument du Cannabis régulièrement et ils doivent faire valoir leurs droits. C’est pourquoi j’ai envoyé un sondage à ces 400 personnes dans lequel je leur demande : « fumez-vous du Cannabis de façon récréative ou thérapeutique ? », « à quelle tranche d’âge appartenez vous ? », « de quelle manière vous procurez vous votre Cannabis ? ».. Et plus notamment : « Pour quelle raison, pensez-vous qu’il serait indispensable où nécessaire qu’il existe un CSC à Bruxelles ? » 81% a mis Qualité du Produit en 1er choix, 68% Lutter contre le Marché Noir et 63% Légalité (donc taxé). Et : « Seriez-vous pour une manifestation afin de sensibiliser les politiques sur la dépénalisation du Cannabis en Belgique ? » avec 54% des personnes qui étaient pour à 5/5 (en moyenne 4.12/5). C’est intéressant de remarquer que tant de personnes sont prêtes à payer des taxes sur le Cannabis, et aussi à se manifester en public pour faire valoir leurs droits.

Qu’attends-tu des personnes qui s’étaient inscrites au Club via ton site internet?

Qu’ils remplissent le sondage, ce qui me permettrait d’avoir un maximum de data. Et qu’ils s’impliquent s’ils le souhaitent. J’ai donné la possibilité dans le sondage de laisser ses propres coordonnées, et dire en quoi et pourquoi telle personne pourrait m’aider à démarrer un mouvement visant à l’ouverture d’un CSC. Et par la suite, pourquoi pas, à la légalisation.

Quel genre d’ambiance souhaiterais-tu avoir à l’intérieur du Club?

Moi je suis très Jazz / Hip-Hop, et j’y vendrait de la bière. Après il faut voir si le cocktail « joint&bière » est envisageable légalement.. Je voudrais qu’il y ait des règles, donc une charte. Et si j’arrive à ouvrir le premier CSC à Bruxelles je pense que par la suite plusieurs vont suivre et chaque Club aura sa propre ambiance.

Comptes-tu utiliser des fertilisants chimiques ou faire du 100% bio?

En principe dans les CSC on préfère le bio, après si le client veut booster sa plante avec des engrais pourquoi pas. Je ne peux encore rien avancer officiellement car le projet est encore incertain. Mais chaque client aura sa plante et pourra choisir de son avancée.

Est-ce que les touristes seraient les bienvenus dans ton CSC ?

J’ai reçu des mails d’italiens qui avaient vu mon annonce et qui voulaient se procurer du Cannabis. Un d’entre eux est même allé à la fausse adresse que j’avais postée sur le site du CSC. Après est-ce que c’est des touristes ou pas? Il faudra une carte de membre pour pouvoir faire partie d’un Club et chaque membre aura sa plante, si quelqu’un reste en Belgique pour 4 mois on pourra peut-être lui faire une carte provisoire. Mais je pense qu’étant une ASBL et pas une structure commerciale ce sera plus pour les Belges que pour les touristes.

Quelle est ta position face à ce produit?

Je pense que c’est comme la bière, ça dépend si on en prend avec modération ou pas. C’est une drogue récréative, après à chacun de se gérer. Moi ça me relaxe et ça me permet de m’évader un peu du train-train quotidien. On l’a beaucoup diabolisé, alors que, outre usage récréatif, on peut l’utiliser dans le domaine médical. Je pense que c’est surtout une question de business avec l’industrie pharmaceutique qui ne veut pas la faire légaliser car ça leur ferait perdre beaucoup d’argent. En reprenant l’exemple de la bière, en Belgique on en boit depuis des centaines d’années, est-ce que c’est bon ou pas? On ne se pose pas vraiment la question. Avec le Cannabis on part du principe que c’est illégal, donc « mauvais », mais de plus en plus d’états le légalisent et nos deux mains ne suffisent pas pour énumérer ses bienfaits. Il y aura bien un moment ou ça se dépénalisera et 5 ans après sa légalisation on trouvera tout à fait normal le fait de fumer un joint.

As-tu déjà du faire face aux autorités à cause du cannabis?

Oui, j’ai déjà dû donner un de mes pax (sachet contenant du Cannabis) à un flic, il n’y avait rien dedans, il ne m’a rien fait à part prendre le joint que j’avais en main. En général je trouve que la police en Belgique est assez tolérante, sauf si on se promène avec 10 grammes et une balance. C’est stupide car on peut fumer (c’est toléré) mais on ne peut pas vendre. C’est clair que le fumeur doit se procurer son produit quelque part et on n’a pas tous le temps d’aller se refournir en Hollande. La plupart des fumeurs belges achètent leur produit auprès d’un dealer en Belgique. Ces dealers, une fois arrêtés, vont en prison. Et en consequent on se retrouve avec des prisons surpeuplés.

Penses-tu que certaines personnes aient commencé à consommer du cannabis comme effet de mode, pour se donner une sorte d’identité et faire partie d’un groupe? Que penses-tu de ces personnes?

Malheureusement oui. Comme partout il y a des gens qui cherchent à se trouver une identité en suivant un mouvement. Je connais des jeunes filles qui fument la clope pour paraitre grandes. Est-ce que c’est un effet de mode ? Non. C’est devenu global, la jeunesse a depuis toujours besoin d’expérimenter. Il y a des gens qui ont commencé comme ça, est-ce que j’ai un avis sur ces gens-là? Non, moi aussi j’ai commencé comme ça. J’ai fumé avec mon pote parce que je voulais avoir l’impression d’être grand. Tout ce que j’ai à dire, que ce soit par rapport à la weed ou à n’importe quelle substance c’est « gère-toi! » , apprend à connaitre tes limites. S’il faut chuter pour réaliser les choses et par la suite se reprendre en main, d’accord ce n’est pas la meilleure des solutions mais pour certaines personnes c’est comme ça. On est tous des êtres humains et c’est dans notre nature de vouloir expérimenter.

Actuellement la situation du Cannabis bascule entre illégalité et tolérance. La seule façon de faire bouger les choses est l’action. Fom Ly a créé un sondage pour remettre le sujet sur la table. Toute personne ayant le désir de prendre part à la lutte pour la légalisation du Cannabis en Belgique peut le compléter et laisser ses coordonnées via la page Facebook « Cannabis Social Club Brussels »