Nicolas,
le berre
21

Bonsoir,

Pour ma part je détacherai largement le capitalisme du libéralisme, mais ce n’est pas l’objet de votre message.

Effectivement il faut avant tout agir sur les mentalités : le consommateur est roi et comme disait Coluche : “Dire qu’il suffirait que personne n’achète pour que ça ne se vende plus !”.

Alors bien sûr les désirs sont exacerbés par le système qui valorise les richesses superficielles au détriment des valeurs humaines.

J’espère que mon projet apportera des solutions à tout cela :
- l’éducation à l’environnement, à la coopération, à la santé…
- la gratuité des transports en commun en ville
- la lutte contre l’obsolescence programmée
- un développement durable avec des méthodes davantage naturelles
- une économie circulaire où le déchet devient ressource
- l’indépendance politique vis-à-vis des lobbies afin de prendre des décisions conformes à l’intérêt général
- etc.

Nicolas

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.