Metro Plus Mood

On voudrait associer le train duquel j’écris, à un train de banlieue parisien. Pourtant il ne se rend pas en banlieue et n’a rien de commun avec la morosité de notre très cher RER B.

Dangereux à prendre de nuit, je ne l’ai vu que sous son meilleur jour. Toujours sous le soleil, Table Mountain comme paysage incessant et toujours aussi merveilleuse à contempler. À Capetown, qu’importe l’heure ou le quartier, on peut apprécier la vue sur cette sèche montagne qui, sous tout éclairage, vous entraîne dans un songe contemplatif. Aujourd’hui , demain et tout les autres jours de la semaine, me voila dans ce train à apprécier ce petit trajet entre le centre de la ville où se trouvent mes cours, et Observatory, le quartier étudiant dans lequel je vis depuis une petite semaine. 7 petites minutes me séparent du centre. Le plus long demeure l’attente sur le quai de la gare. Ici pas d’horaire (respecté) , mieux vaut ne pas être pressé.

Avant lui, je vivais chez Nathalie et Eric et c’est grâce à eux que j’ai pu découvrir un micro bout mais non moins plaisant, de l’Afrique du Sud. Nous avons partagé de beaux moments dans de superbes Wineries. Plus que les vins eux mêmes (plus alcoolisés que fruités) le trajet fut riche en paysages. Plus de Table Moutain dans ces moments là donc, jusqu’a ce matin dans ce train. 
 Il y a cette dame âgée qui me sourit. À part elle et son mari, je suis la seule blanche dans le wagon. Il doit venir de là son regard insistant dont la douceur se fait apprécier. Nous sommes assises face à face, sur ces sièges plaqués contre les parois du métro. Entre nous, l’espace est suffisamment large pour laisser à ces 8 enfants en tenues tribales, la place de nous faire une sorte de représentation musicale. Ils dansent, des canettes attachées à leurs chevilles marquant le rythme plus qu’entraînant. Ils chantent, et leurs voix criardes vous transportent une minute jusqu’à ce qu’une première fausse note vous ramène à cette réalité. Réalité me semblant encore délicieusement irréelle. Tout les visages de la middle class sont tournés vers eux. Cette Middle class que l’on appelle Metro Plus . Ici, peu de gens se risquent à ne pas se l’offrir. C’est presque à regret que je quitte le petit spectacle à Observatory Station. Même si je sais que demain, ils reviendront eux aussi ces rieurs à demi nu. Je passe le tunnel sous les rails et en moins de 3 minutes au travers d’une rue aux maisons coloniales et colorées, me voilà chez moi. À ce nouvellement très cher 3 Kimberley Road. Notre maison est grande et encore un peu vide puisqu’avec Irinja nous étions les premières à y vivre. 3 chambres, un grand salon, une cuisine toute en longueur et une terrasse sur laquelle nous passons la plupart de notre temps quand nous sommes ici. J’y prend le temps d’écrire afin de ne pas oublier. Il y a tant de choses à dire que cela n’est pas tâche facile. Chaque rencontre ici est enrichissante. À l’école, tous viennent de pays si différents du notre. Beaucoup de Soudanais , et de Brésiliens. Cette semaine j’ai dis aurevoir au seul étudiant Européen que j’ai rencontré. À 50 ans, cet espagnol était venu parfaire son anglais avant de se lancer dans une aventure qui donne envie. Débutant à Capetown, elle se terminera au Mozambique. Il passera par la Zamibie, le Botswana, le Zimbebwe, la Zambie et la Malawi. J’en rêve, mais être ici est déjà bien dépaysant quoique très européen. Mais mon ami ne me laisse pas seule en partant, et c’est avec un ami brésilien-Japonais, que je continuerai d’apprécier mes leçons. Ensemble, nous sommes allés dans un Township nous occuper d’enfant. Pour eux et le temps d’une journée, nous sommes devenus professeurs et animateurs. Expérience indescriptible au sujet de laquelle j’en dirai peut être plus au fur et à mesure que l’expérience se réitérera. Edson et moi en parlons sérieusement.

Si tout le monde dans cette école est réellement sympathique, je passe aussi du temps avec une amie Champenoise -le monde est si petit- qui je vous rassure est aussi chouette que ses origines l’exigent (cette jolie blonde déjà présente dans ma première vidéo). Ainsi qu’avec ma nouvelle colocataire. Un personnage cette Irinja. Joyeuse petite étudiante en sociologie, fraîchement diplômée en politique et relations internationales, qui sera ma colocataire ces 5 prochains mois. Finlandaise de naissance , elle a grandit en Tanzanie et a étudié en Ecosse. Premier point commun que cette affection pour Edimbourg mais loin d’être le dernier. C’est aussi la musique qui nous rapproche, raison pour laquelle nous avons assisté à un concert de jazz africain. Mais cette soirée fut bien plus que cela. Imaginez un bar, perdu au milieu de nul part mais non moins fréquenté par quelques centaines d’étudiants sud africains noirs , blancs et internationaux confondus. Veuillez croire que cette mixité fut plus qu’appréciée, dans ce pays où un reste d’apartheid est pesant à vivre parfois. Plus que joyeux, le groupe fut transportant, et lorsque l’envie nous prenait d’aller dehors…Table Mountain, la grande, toujours aussi immobile et imposante dans l’obscurité. Cette première soirée en compagnie de ma colocataire m’a certes fait passer un excellent moment, mais elle m’a permis de voir la différence entre ce centre ville dans lequel le blanc fait travailler le noir, et ce simple bar où la jeunesse et la mentalité évoluent doucement. J’y ai bien sure rencontré des sud africains peu communs, du genre colon british vantard un peu (trop) fière de son origine. Ce fut presque intéressant de converser avec cette jeunesse old school malgré tout immergé dans ce flots d’étudiants fêtards insouciants des conventions raciales (du moins le temps d’une soirée). Une première sortie en compagnie de ma colocataire donc, et cela n’est pas rien. Si je vous introduis brièvement cette nouvelle amie, c’est qu’au rythme avec lequel je commence à monter mes vidéos vous serez probablement amenés à la rencontrer souvent. Nouvelle vidéo que je vous laisse découvrir. Elle en dira peut être un peu plus que moi. 
 
 Je pense à vous en ce week end de Pâques, et vous souhaite de passer de merveilleux moments en famille. Pour ma part je festoierai avec la mienne en Afrique du Sud.

Chocolat et cacahuètes à tous,

Nolwenn.

LIEN VIDEO → https://vimeo.com/213336194