Let’s go tribal !

Inspirations pour demain (part 1)

Il est clair que l’économie traditionnelle va devoir se réinventer pour continuer à jouer un rôle majeur demain. Si personne n’a de boule de cristal pour prédire le futur, quelques précurseurs expérimentent des formats d’avenir. Je me suis lancée à leur rencontre et partage ici mes impressions. En espérant que chacun y trouve l’inspiration pour s’y mettre à sa manière.

Depuis un moment, il ne se passait une journée sans que je n’entende parler d’entreprise libérée. Il était question de participatif, d’intelligence collective, de sens, de confiance, de transparence, de rémunération choisie, de responsabilisation et de plaisir au travail. A la fois alléchant et utopiste.

A quoi ressemble cette structure où chacun serait animé par le collectif ? Où la hiérarchie serait abolie ? Où les collaborateurs prendraient plaisir à travailler ensemble ? Où l’on aimerait sa boite ?

Extrait de la série « Vivement vendredi » imaginée par Icomène pour Expectra

Quand le collectif est tribu

C’est Duc Ha Duong qui m’a fait découvrir ce qui se cachait derrière le concept. L’envers du décor. En me parlant de son entreprise Officience.

De prime abord, on pourrait voir Officience comme une SS2I franco-vietnamienne qui propose des prestations de service autour de processus et de données, le tout enrobé de code et de design.

Mais si on regarde plus près, on s’aperçoit vite qu’il n’est pas question de offshoring mais de offsharing

Duc Ha Duong

D’ailleurs quand il se présente ou présente Officience, Duc parle des cinq causes qui lui tiennent à cœur : développer le Vietnam, encourager la mondialisation positive, créer de la valeur partagée, penser et agir durable et partager le savoir.

Officience rassemble celles et ceux qui se reconnaissent dans ces causes. Telle une tribu investie d’une mission. En cercles concentriques plus ou moins serrés. Dans un climat de confiance et de bienveillance, chacun participe à la hauteur de ses moyens et disponibilités.

Pour simplifier, on pourrait dire que ceux qui ont du temps en sont les salariés, ceux qui ont de l’argent, les clients. Mais il y a aussi, les amis qui viennent partager bureaux et idées.

Une jolie illustration est ce rendez-vous hebdomadaire, le mercredi midi, dans leurs locaux parisiens. Le Care’n Share. C’est tout simple. Les coworkers du jour ou de passage se rassemblent pour présenter leur projet, leurs dernières réalisations et leur challenge pour la semaine suivante. Avec bienveillance, chacun accueille les différents pitchs, réagit, suggère… et fait directement ou indirectement avancer chaque projet.

Ce qui surprend le plus quand on observe ces entrepreneurs avec un prisme traditionnel, ce n’est pas la mission ou le partage d’informations. Ces ingrédients de la nouvelle économie sont souvent mis en avant et commenceraient presque à devenir communs ;-) !

Ce qui surprend le plus, c’est l’absence de management intermédiaire. A quoi bon si chacun est libre de s’engager dans les projets qui résonnent chez lui ?! A quoi bon si chacun est responsable ?! A quoi bon s’il n’y a plus matière à contrôler ?! Chaque membre de la tribu est ainsi véritablement créateur de richesse.

Et ça marche !

Déjà plus de 250 emplois créés. Et un dixième anniversaire qui se profile dans quelques semaines.

Le bons sens mis en pratique finalement, non ?!

Une vision qui résonne. Des collaborateurs en qui on a confiance. L’ouverture comme levier d’amélioration. N’est-ce pas le propre de l’entreprise ?

L’entreprise se serait-elle donc compromise ?

L’entreprise se serait-elle compromise en accordant peu à peu trop de crédit à l’Argent ? Avec un grand A, oui, car je fais référence à l’ensemble des déformations associées.

La pression des actionnaires qui attendent leur retour sur investissement, l’écart grandissant entre les petits et les hauts salaires d’une entreprise, l’énorme processus de budgétisation si essentiel qu’il en est doublonné des fonctions financières à celles du cœur de métier, le florilège de tableaux de bord au milliers d’indicateurs sur lesquels est indexée la performance au point d’en devenir une fin en soi…

On se rassure de la pertinence du poids accordé à ces flux financiers en valorisant les biens et services associés. Il y a bien quelque chose de concret qui peut s’échanger en contrepartie. Certains n’ont-ils pas essayé de revenir au troc d’ailleurs ?!

Qu’en est-il de ce qui nous fait vibrer ?

Qu’en est-il de ce qui fait de nous des hommes ? Nos émotions… Notre envie d’apprendre… La confiance…

Cela peut vous sembler très utopiste. Mais c’est la promesse de l’entreprise libérée. Simplement. De considérer ses collaborateurs comme des personnes à part entière. Donner un sens à leur/notre travail. Valoriser notre action, individuelle et collective. Croire en nous. S’offrir les moyens de se réaliser et d’enrichir nos connaissances.

C’est d’ailleurs le message que Duc Ha Duong va faire passer lors de son intervention aux Tedx de Cannes samedi.

Pour vous inscrire, c’est par ici. Je reviens du Sud et peut vous assurer qu’en plus d’apprendre des choses très intéressantes, vous pourrez profiter du soleil, le Mistral ayant fait fuir tous les nuages ;-) !

N’allez pas croire que je vous suggère ici de bouleverser radicalement l’ordre établi de vos structures. Encore que…

Et si vous essayiez ?!

Dans un coin pour commencer. Puis dans un autre… Avec un bout de métier. Puis un autre. Jusqu’à rassembler une première équipe pluridisciplinaire. Puis une autre… En ouvrant juste une fenêtre. Puis une autre. Puis la porte aussi…

Attention ! Vous risqueriez de voir émerger des leaders d’opinions qui embarqueront vos troupes défendre les missions que vous leur aurez confié. Ils pourraient même inviter leurs collaborateurs à se dépasser en leur faisant confiance à leur tour.

Vous risqueriez de renouer le contact avec vos clients, en dehors des négociations financières, autour de leur propre business et de ce que vous pourriez leur apporter.

Vous risqueriez de mobiliser une tribu autour de ces causes auxquelles vous croyez, où vos collaborateurs progressent et font progresser vos partenaires rassemblés dans ce nouvel écosystème.

Alors, prêts à lâcher prise ?!

Pour aller plus loin :

Crédits Image : Pixabay