J’ai failli rater médecine…

Quand je suis arrivé à l’université, je ne manquais ni de rêves, ni de motivation. Mais, comme beaucoup des jeunes de mon âge, je me suis vite retrouvé confronté aux exigences universitaires, qui ne pardonnent pas les lacunes héritées des secondaires, durant lesquels j’avais d’autres chats à fouetter que la physique et la chimie.

Grande nouveauté, je devais me mettre à bosser. A énormément bosser, en fait, comme je ne l’avais jamais fait jusque là.

Quentin Spilliaert, PhD Student en neurosciences, co-fondateur

J’ai passé ma première année, de justesse. Il m’a fallu attendre ma quatrième année pour véritablement me sentir en possession d’une méthode de travail efficace, qui me permettait d’atteindre mes objectifs aux examens.

C’est à ce moment-là que j’ai commencé à tenter d’apporter mon soutien aux étudiants de première année. J’ai alors fait le constat qu’ils rencontraient les mêmes difficultés que j’avais moi-même pu rencontrer, et que l’effet de génération amplifiait ces difficultés.

En juin dernier, j’ai obtenu mon diplôme de médecine, et du même coup, l’opportunité d’entamer une thèse de doctorat en neurosciences. Je voulais également poursuivre mes activités de soutien aux étudiants, en leur donnant une plus grande ampleur.

Je me suis demandé ce que je pouvais offrir aux étudiants. J’ai alors mené mon enquête et j’ai pu identifier un double besoin chez les étudiants:

  1. Un soutien dans les sciences « dures ». Mais un soutien plus flexible qu’un cours particulier, et plus personnalisé qu’un cours collectif.
  2. Une aide dans la mise en place, par l’étudiant, d’une routine de travail efficace, qu’il gardera tout au long de ses études.

Ce deuxième point me paraissait devoir être mis en place dans un espace d’étude, afin que l’étudiant apprenne à se concentrer, et à acquérir la discipline nécessaire. Pour le premier point, on aurait dans cet espace des profs hyper calés dans leurs matières, et expérimentés niveau enseignement.

Ces 2 besoins sont bien sûr conditionnés par l’accessibilité financière, si l’on veut réellement être utile aux étudiants.

C’est pourquoi j’ai lancé, avec mon ami et collègue, le Dr Roland, l’ASBL Avempace, qui ouvrira, dès le mois de mars, ses portes.

Quentin

Olivier Roland, médecin clinicien, co-fondateur d’Avempace

Quand je suis arrivé du Canada en Belgique pour commencer médecine, mon principal problème était de trouver un endroit où étudier. Chez moi ? trop de sources de distraction. A la bibli ? trop de monde, trop de bruit. Je n’avais pas vraiment de problèmes pour m’approprier la matière, vu que j’avais déjà fait un bac en neurosciences à New York. Mais ce qui me manquait, c’était un cadre où je pouvais développer ma routine de travail. Je n’ai jamais vraiment résolu ce problème durant mes 7 années d’étude à Bruxelles. J’oscillais entre chez moi, où j’étudiais avec l’un ou l’autre ami, et la bibliothèque, quand j’avais la chance d’avoir une place dans la partie silencieuse. C’est en partie cette problématique qui m’a poussé à me lancer avec Quentin dans le projet Avempace: je voulais créer un “troisième lieu”, entre l’université, et le domicile.

Avempace c’est donc le résultat d’intenses cogitations sur ce que pourrait être le lieu d’étude idéal : un endroit, optimisé pour une concentration maximale, avec, en plus, des solutions proposées pour les difficultés que peuvent rencontrer les étudiants (questions sur les matières, méthode, stress, concentration, sommeil, nutrition….).

Selon le sociologue Ray Oldenberg, il est important de fréquenter quotidiennement un lieu où on y rencontre des personnes avec un objectif partagé. L’esprit de communauté qui en résulte permettrait de favoriser l’épanouissement et l’accomplissement de ses membres. Avempace, par sa structure, ses ressources et les qualités de son équipe, veut parier sur ce concept et créer une véritable culture de réussite.

Olivier

Like what you read? Give Olivier Bouchard-Roland a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.