A good fuck

Allongé sur mon lit, je peine à m’endormir, incommodé par la chaleur étouffante d’un orage naissant. La moiteur de l’air.

Je sens les gouttes de sueur perler le long de mon dos.

Je m’endors. Je m’éveille. Je m’assoupis à nouveau, et m’éveille encore.

Une vieille femme, cheveux hirsutes et rides creusant son triste visage me chevauche. Elle pose ses mains de part et d’autre de ma tête. Elle m’observe, les yeux écarquillés dans un étrange bal érotique. Elle se penche et murmure quelques mots d’enfer à mon oreille.

Orage.

En tournant la tête, je vois assis dans le coin de la pièce, la silhouette courbée d’un vieillard décrépi. Il sourit, le visage incliné, répétant sans cesse “Hey, hello there”. Les deux mains posées sur sa canne, il martèle le sol au rythme d’une baise infernale.

Chaque coup de rein s’abat comme la grêle sur les carreaux ponctué d’hurlements stridents, chaque fois que le ciel se strie d’un éclair.

La vieille martèle désormais mon torse de ses deux poings, klaxons et alarmes exposent dans la rue. Deux passants filent en criant, s’abritant comme ils le peuvent des grêlons.

Je bande, j’étouffe, je danse avec elle, broie la chair frippée de mes deux mains, puis arrache un masque après l’autre. Un voile tombe, un pas de travers et je la tue.

La courbe du temps s’inverse. Je la saisie d’un bras, et de l’autre balaie le bureau. Je plaque mes mains autour de son cou et enfonce mon sexe profondément en elle.

Le ciel explose. “Hey hello there” me dit-il.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.