Trouver sa voie ET le bon environnement professionnel : le Graal ?

“Et toi, tu as trouvé ta voie?” Lorsque je pose cette question à mon entourage, mes client(e)s ou à de nouvelles rencontres : la réaction est quasi-systématiquement la même : “ma quoi ? ma voie ? ah est-ce que je suis content de mon job ?”. Ensuite la réponse varie évidemment…

Trouver sa voie semblerait donc, pour beaucoup, être synonyme de “bien vivre son job”. Si je suis content au boulot, si je ne le vis pas trop mal ou que je m’y épanouis, c’est que j’ai trouvé ma voie…l’équation TROUVER SA VOIE = HEUREUX AU TRAVAIL vous paraît-elle juste ?

Pas moi. Pourquoi ? parce qu’on peut très bien avoir trouvé sa voie et :

  • ne pas pouvoir en faire son métier ;
  • en faire son métier mais être malheureux au travail du fait de conditions difficiles (éloignement géographique avec sa famille ou ses proches, saturation des transports, mésentente avec un ou plusieurs collègues, missions concrètement éloignées de ce que l’on avait imaginé, rémunération faible, etc) ;
  • avoir plusieurs “voies” et être dans la frustration de n’en approcher qu’une.

Autrement dit, avoir trouvé sa (ou ses) voie(s) ne constitue pas le seul gage de l’épanouissement professionnel. D’autres paramètres jouent effectivement un rôle non négligeable, et en premier lieu : l’environnement professionnel.

Qu’est-ce que l’environnement professionnel ?

  • le lieu, la distance d’avec votre domicile ;
  • les conditions matérielles dans lesquelles vous exercez votre travail ;
  • les moyens mis à votre disposition ;
  • les procédures, le droit du travail ;
  • les personnes côtoyées sur le lieu de travail (collègues, clients, patients, hiérarchie, partenaires, conseillers, etc) ;
  • les horaires de travail ;
  • le type de bureau (open space, bureau individuel, télé-travail, etc) ;
  • rémunération/honoraires, etc.

De très nombreux facteurs rentrent dans ce que l’on appelle “l’environnement professionnel”. Il n’en demeure pas moins évident que pour être heureux au travail, encore faut-il que ces éléments satisfassent.

Réfléchir à la façon dont on souhaite travailler est tout aussi important que de se poser la question “qu’est-ce que je veux faire?”.

Un bon bilan de carrière doit vous permettre de travailler aussi bien sur la vocation, les envies, les compétences, les motivations que sur vos besoins en termes d’environnement professionnel. Parce que trouver sa voie, c’est bien, c’est même essentiel, mais une fois trouvée, la vocation devient terrain. Et le terrain devient la réalité quotidienne. Pour que celle-ci soit la plus belle et douce possible, il faut que vous soyez en accord avec elle.

Prenez le temps de réfléchir et de travailler sur vos envies en vous posant la question suivante : “dans quel environnement professionnel ai-je envie de travailler ?”. Cela vaut le coup ! Parfois, point n’est besoin d’une reconversion, ni même d’une bifurcation : un ajustement dans vos conditions de travail suffira à y voir plus clair et à retrouver du souffle !


Si cet article résonne en vous, n’hésitez pas à cliquer sur ❤ et à le partager.