L’unique utilité de la notification à laquelle personne n’a encore pensé

Ou comment la notification a tué les priorités ?

Sans souffrir d’Alzheimer, il peut nous arriver parfois d’oublier de faire des choses nécessaires. Par mécanique, nous agissons sans penser à ce que nous faisons et c’est le blanc de mémoire qui nous surprend d’avoir “oublié” les choses. La petite pastille rouge qui apparaît, chantant et vibrant de notre téléphone aurait peut-être bien loupé son réel intérêt…

Les femmes oublient leur pilule comme les personnes âgées leur traitement médical.
Les enfants oublient d’éteindre les appareils comme les adultes oublient les rendez-vous.

Malgré notre sur-connexion aux notifications (vous noterez qu’on vous notifie que vous avez des notifications en attente), notre dépendance n’améliore pas notre mémoire des choses.
Dans un monde où nous sommes de plus en plus assistés et dans l’anticipation de nos besoins, quelle place reste-il pour nous rappeler ce qui est vraiment important ?

Comment la notification a tué les priorités ?

La notification apparait comme un bouton d’acné sur la rangée d’icônes organisées sur nos écrans.
Toujours d’un rouge vif pour nous provoquer un stress inconscient d’urgence, voilà ce qu’elle nous dit : il se passe quelque chose, quelqu’un est lié à vous (mail, message, like, demande, ajout, commentaire, etc), l’application VEUT attirer votre attention.
Il faut le reconnaître : la pastille Drill sur l’écran fait tache.
Votre pouce l’élimine en un rien de temps…
En revanche, le temps que vous êtes sur le point de consacrer à cette alerte, vous ne le mesurez pas. Et vous le contrôlez encore moins !

La version 2.0 de la notification pour les choses importantes :

L’agence Method a imaginé un système de rappel peu intrusif, peu stressant pour se rappeler des choses vraiment importantes.
Ce système ne vibre pas, ne sonne pas : Nightingale brille.

Pour l’instant, uniquement dans le cadre de la prise de médicaments durant une période de traitement, l’intelligence artificielle est mise à contribution pour aider aux bonnes habitudes.

En effet, un grand nombre de récidives ou d’échec de traitement sont dus au mauvais suivi des horaires et des doses.

A l’aide d’une interface intelligente liée à votre téléphone (oui toujours) et d’objets du quotidien lumineux connectés en bluetooth, il est possible d’avoir le service minimum d’un médecin ou tout du moins d’un tiers pour répondre à vos questions santé ou vous rappeler qu’il faut renouveler votre ordonnance.

Un bot docteur, Flo, est aussi présent dans le cadre de votre traitement.

L’idée n’était pas d’être dans l’assistanat : nous le savons déjà, à l’heure actuelle il est intrusif et stressant, voire inapproprié et approximatif.
Le concept cherche plutôt à optimiser les rituels, aider à développer de bonnes habitudes.

Programmer quelques objets dans la maison pour avoir un doux mémo de l’horaire auquel il faut prendre son traitement paraît plus contrôlable.
Le choix d’une lumière rose a d’ailleurs à voir avec l’idée d’apaisement, de sécurité, de douceur mais a le pouvoir également de nous détourner de l’activité que nous faisons.
En effet, le rose est utilisé dans certains prisons et certains hôpitaux pour calmer les addictions et les comportements compulsifs (lisez cet ouvrage pour découvrir l’Etonnant pouvoir des couleurs).

Flo, le bot, se veut vraiment comme une plate-forme de conversation avec le patient, un peu comme une infirmière pourrait répondre à vos questions concernant l’alimentation, les boissons, les contre-indications liées à votre traitement, elle pourrait même vous rassurer sur les symptômes que vous ressentez.

Ce bot intelligent s’adapterait également au patient : un enfant de 10 ans aura une communication différente d’un homme de 30 ans ou d’une femme de 50 ans.

Santé et Intelligence Artificielle : pas de blague

La prudence est de mise nécessairement dans le cadre de traitement lourds ou de cas psychologiques fragiles. Nous n’en jugerons pas car le concept Nightingale se veut bienveillant et dans le cadre d’un traitement simple.
En partant de l’idée de rompre avec une forme de solitude et de tristesse liée à la maladie et au traitement, la petite lumière rose bienveillante se révèle être une jolie idée technologique.
Cependant, il vaudrait peut-être mieux qu’il reste à l’état de gadget intelligent, à utiliser ponctuellement, sans qu’une data trop personnelle soit en jeu.

Nous avons déjà vu quel genre d’idée dérangeante l’Intelligence Artificielle pourrait tenter de développer en analysant nos goûts.