Image for post
Image for post

Voilà l’archétype du progrès illusoire: le rasoir moderne avec ses X lames, qui couperait plus ras, respecterait la peau, redresserait le poil avant de le trancher, hydraterait la pauvre petite peau irritée… Les pros du marketing se sont efforcés de rendre obsolètes les modèles des années précédentes, d’abord avec la compétition sur le nombre de lames, puis grâce à des gadgets toujours plus risibles (manche vibreur, lames avec gel…).

Le problème dans tout ça, c’est le coût: si les petits manches de chaque marque sont quasiment donnés, les lames jetables sont hors de prix, et elles s’usent en quelques utilisations. C’est la même magouille que les imprimantes à jet d’encre, les consommables produits à bas coût sont vendus très cher à l’utilisateur captif, qui ne peut plus choisir car seul le modèle de la marque est compatible. …


Image for post
Image for post

Voici un autre produit dont la version ancestrale est bien plus intéressante que la version industrielle: la peinture pour les bois extérieurs.

Quelle galère que de repeindre périodiquement ses volets. S’il ne s’agissait que de remettre un coup de pinceau ça irait encore, mais le plus gros morceau du travail c’est de gratter, poncer, racler, raboter… pour enlever cette saleté de peinture chimique, qui par endroit s’écaille, alors qu’ailleurs elle adhère encore comme au premier jour.

Je ne sais pas quel ingénieur chimiste à inventé ces peintures pour bois extérieurs, mais il s’est bien moqué de nous je pense: ces peintures ont presque toujours la fâcheuse habitude de former une couche lisse sur le bois, comme un vernis par dessus la couleur, et cette couche finit bien sûr par se décoller sur les zones les plus exposées au soleil et aux intempéries. …


Image for post
Image for post

C’est le moment opportun, le kairos comme disent les grecs. Le moment de quoi me direz-vous... Et bien c’est le moment d’agir dans le bon sens, le moment de faire des choix éthiques, en accord avec vos valeurs.

Est-ce que vous sentez autour de vous cette fébrilité, cette inquiétude sourde, cette peur de la crise, cette agressivité, ces transitions à tout propos?

Toutes ces angoisses humaines anticipent les changements (donc une sortie de notre zone de confort). Ce n’est pas une mauvaise nouvelle, au contraire, c’est la possibilité de choisir une nouvelle direction.

Alors il est grand temps de prendre les rènes, pour ne pas se laisser emmener là où on ne veut pas aller. Car si vous ne choisissez pas votre chemin, d’autres le choisiront à votre place, et vous n’aimerez peut-être pas la destination. …


Image for post
Image for post

Le réchauffement climatique ayant l’air de continuer malgré la récession, le soleil généreux du mois d’avril m’a incité à ressortir mon four solaire, et le confinement m’a permis d’honorer un engagement : construire un four solaire pour une amie (Voilà encore deux illustrations du principe permaculturel “le problème est la solution”).

La construction de ce nouveau four a été l’occasion de faire quelques tests de montée en température pour plusieurs configurations différentes.

Cuisine d’été

J’utilise deux équipements extérieurs pour cuisiner à la belle saison, le four solaire et le poêle rocket.

Image for post
Image for post
Notre poêle rocket

Le poêle rocket brûle efficacement des branchages, tailles, restes de bois de notre lieu de vie, et il permet de cuire de façon classique en casserole, poêle ou sur plancha. Il remplace aussi le barbecue, dont la performance de combustion est pitoyable. …


Image for post
Image for post

Le printemps est bien là, et cette saison est souvent synonyme de vache maigre dans le potager: il nous reste ce qui n’a pas été mangé cet hiver, quelques petits poireaux, quelques feuilles de chou (kale ou de Bruxelles), les dernières carottes…

Mais c’est aussi le moment de semer, de désherber, de pailler… en bref de préparer la nouvelle année de production. Et pour ces tâches là, le confinement est une aubaine si l’on a un potager autour de la maison. …


Image for post
Image for post

J’ai participé samedi 15 février 2020 à une table-ronde sur les Low-Tech, à l’INSA de Lyon, et plusieurs questions ont été débattues sur ce sujet porteur d’espoir. Il en est sorti un consensus assez net: les Low-Tech ne se limitent pas à un niveau de complexité dans les outils, mais il s’agit plutôt d’une réappropriation de l’outil par l’utilisateur, qui se libère ainsi des rapports de domination instillés par les High-Tech et la logique propriétariste moderne (capitalisme).

Je livre ici un résumé de quelques réponses que j’avais préparées en vue de cet évènement. C’est très incomplet, car ce n’est pas une retranscription des vrais échanges qui ont eu lieu, et il manque surtout les excellentes réflexions des autres intervenants de la table-ronde. …


Image for post
Image for post

L’innovation est partout: dans tous les domaines on nous vante les fantastiques progrès que nous amène la techno-science industrielle. Produits d’entretien magiques qui font briller sans frotter, rasoirs 14 lames qui redressent le poil avant de l’assommer, fenêtres autonettoyantes et volets plus “intelligents” que l’être humain moyen, chaudières connectées au cloud et à fessebouc en même temps…

Ce mythe de l’innovation bienfaitrice mérite d’être détricoté, car le réel progrès qu’elle amène se situe bien plus dans le portefeuille des actionnaires que dans l’intimité de nos chaumières. …


Image for post
Image for post

Au risque d’enfoncer une porte ouverte pour certains lecteurs, rappelons que la permaculture n’est pas une méthode de jardinage

La permaculture est une méthode globale pour concevoir un lieu confortable, productif, sans déchets, sobre en énergie et en ressources etc.

Pour atteindre son but, la méthode s’interesse à tous les aspects du lieu: les occupants, le bâti, l’énergie, les végétaux, les animaux, l’entourage… Et un design réussi contient un maximum de liens entre les éléments.

Le petit schéma ci-dessus met en évidence une partie des liens et la diversité des domaines touchés.


Image for post
Image for post

En 1998, dans un cours d’écologie industrielle, on m’a fait apprendre et recracher docilement la phrase suivante:

Le dioxyde de carbone est la forme la plus éco-compatible du carbone

Que signifie cette phrase? Simplement que, tant qu’à rejeter un déchet carboné dans l’environnement, le mieux serait encore de le rejeter sous forme de CO2 (donc dans l’atmosphère), car de cette manière il alimente la photosynthèse des plantes et donc s’intègre dans le cycle naturel du carbone.

Cependant, on peut constater aujourd’hui que cette petite phrase est polémique, car c’est justement l’accumulation du CO2 dans l’atmosphère qui crée le réchauffement climatique.

En 1998, le réchauffement climatique était déjà bien connu, et il était étudié dans ce même cours. …


Image for post
Image for post

Les gesticulations médiatiques de ces derniers mois clament l’urgence. Malgré mon assentiment évident à de nombreux propos sur la nécessité d’agir pour stopper notre comportement nuisible sur cette planète, je déplore que ce discours arrive si tard. On peut même se révolter de voir que les mêmes individus qui défendaient bec et ongles l’économie à n’importe quel prix (considérant l’environnement comme un simple magasin de ressources pour alimenter notre PIB), osent même parler aujourd’hui de décroissance! Auraient-il ouvert les yeux subitement, alors que ces vérités sont exposées depuis 30 ans, 40 ans (voire plus)?

Quoiqu’il en soit l’hyper-production et l’ hyper-consommation doit cesser si l’Homme veut se construire un futur raisonnable et vivable sur cette Terre. …

About

Benoit BRIDE

Permaculteur et chercheur de sagesses énergétiques. Des chemins pour prendre soin de l’humain et de la Terre.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store