Ça vous tente Festi’neuch en tant que responsable du stock?

Festi’neuch 2017, c’est fini! Je vous propose de vous baigner encore un peu dans l’ambiance du festival, à travers trois portraits réalisés sur les lieux. Glissez-vous dans la peau de l’un des acteurs qui font vivre l’événement neuchâtelois. Piqûre de rappel: ici, on aborde tous les points de vue, sauf celui du festivalier!

Les portraits de Sarah, bénévole au bar Le Chapiteau et celui de Luana, responsable des chefs de bar, c’est par iciet là.

Aujourd’hui, découvrez Festi’neuch quand on est Thomas, l’un des responsables du stock. Oui parce que si vous voulez boire vos verres avant, pendant, ou entre deux concerts, il en faut des braves bénévoles qui ré-approvisionnent le bar. Avec son témoignage, les images tournées et autres GIFs, vivez l’expérience à travers ses yeux.

Salut c’est Thomas

Samedi 17 juin, 20h. Ce soir Damian Marley se produit à la grande scène. Le festival se remplit. Thomas me donne rendez-vous à la technique. Je commence à connaître.

Il va bientôt finir de travailler. Il a assuré (chaudement) sa journée et va pouvoir aller se détendre dans le festival. Mais d’abord, il se présente et nous parle de son job à Festi’neuch.

Dans la forêt

Vous ne vous en étiez jamais rendu compte? Moi non plus. Mais oui, il y a bien une petite forêt au sein de Festi’neuch.

Quand le responsable stock a un moment de libre, il aime aller voir ce qu’il se passe à la scène de La Marée. Avec un peu de chance il pourra voir un groupe de cumbia se produire. Car à ce beau blond, rien de mieux qu’une bonne cumbia pour le faire vibrer. Juste au cas où, hehe!

Thomas, raconte-nous cette fois-là

Je l’ai déjà mentionné dans le portrait de Luana, mais apparemment, et c’était sans grande surprise pour ma part: les bénévoles dorment sur place quand ils ont trop “travaillés”… à passer une belle fin de soirée.

Thomas ça lui est arrivé et d’après ses dires, ça donnait à peu près cela:

Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce responsable du stock ne quitte jamais les lieux. Ils nous raconte son anecdote. Et il le fait bien. Alors du coup je vous laisse avec lui.

Pas ce poste-là, s’il-vous-plaît!

Il y a un poste bénévole où il ne faut pas placer à Thomas. Découvrez lequel!

“Non, là bas, j’y vais pas”

Quand je lui ai posé la question, je ne pensais pas qu’il allait me citer cet endroit. Mais bon, à chacun ses “endroits de Festi’neuch bannis à jamais”.

On tient une info! Et une bonne en plus. Là où Thomas ne va pas, c’est “aux toilettes du phare”. Je ne sais pas si c’est leurs nom officiel mais c’est assez imagé pour qu’on le retienne comme tel.

Il nous explique en quelques secondes pourquoi à ces toilettes, ben… il n’y va pas.

Ça vous a plu?

On arrive déjà à la fin de ce troisième et dernier portrait. J’espère que cette série de portraits vous a divertis. Dans tous les cas et en ce qui me concerne, c’est fini pour ce Festi’neuch 2017. Moi je vous dis ciao et peut-être à l’année prochaine pour de nouveaux portraits d’autres acteurs du festival!

Si cet article vous a plu, que vous êtes un adepte de Festi’neuch, que Thomas est un copain, ou encore que vous voulez soutenir mon travail, n’hésitez pas à le partager sur les réseaux sociaux :)

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.