Cette phrase est sublime c’est vrai… merci d’avoir pris le temps de réagir à mon texte.
Dimitri Arcanger
11

Beau tu l’es et tu le seras.

Ne jamais être déçu par la vie. Quoiqu’il arrive. Cela me paraît fondamental.

Savoir comment se poser sur chaque chose mais ne jamais s’attarder là où l’on sent un inconfort. Ne pas oublier que l’agressivité qui peut frapper à notre porte est souvent signe de faiblesse chez celui qui l’exprime.

S’aimer, toujours. Malgré ses faiblesses.

Aujourd’hui, comme tous ces derniers jours, le bord de mer à Marseille est sublime.

Je longe chaque jour cette force vivifiante que notre espèce ne respecte plus. Pendant ces moments de belle solitude j’ai souvent convoqué la mélancolie pour y puiser mon inspiration. Je préfère désormais converser avec la vie qui m’entoure avec délicatesse.

Dire, dire, dire…quelle jouissance quand nous pensons avoir si bien ou justement dit avec les mots, le mouvement, le son, la lumière, l’image ou le simple rapport à l’autre. Dire avec son corps joyeux sans obérer ses multiples ressources. Dire avec l’insouciance.

Tout est création.

Et puis se taire aussi. Lâcher, lâcher jusqu’à flotter. Certains vents nous transportent avec bonheur. Quand nous ne sommes pas occupés (colonisés) cela devient une telle évidence.

Ne pas mettre le monde en contradiction avec soi-même, alors qu’il suffit de d’onduler, de danser pour que ce qui pourrait nous affecter glisse à notre périphérie. Affronter tient d’avantage du dérisoire que de la résolution.

Tous les chemins nous mènent un jour à notre disparition. Celui de la souffrance morale, affective n’est pas le bon. Celui de la culpabilité, non plus.

Jouer !

Amusons nous, sans inviter nos certitudes. Sublimons nos futilités.

(Aujourd’hui, en vrac et en attendant mieux.)

Merci pour les jolis mots que tu as eu à mon égard.

Continue à écrire, si bien. Et sur ton blog. Nous gagnons tous à entendre les murmures de l’autre et connaître ses encrages, pour ne pas être confinés dans les cercles que nous avons dessinés trop tôt.

Next

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.